Habib El Malki reçoit le directeur général de l'ISESCO    Tanger: des gérants de restos classés visés par des enquêtes (DGSN)    Règles de bonne gouvernance des émetteurs: L'AMMC livre son 1er bilan    BAM pessimiste sur la croissance    Tempête au sein du PJD    La Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    Secousse tellurique à Larache    Mineurs isolés en France: Darmanin se rendra au Maroc    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    L'ONG Al Jisr crée un Fab Lab    COVID19: Retour progressif de la Omra    Centre d'immatriculation: suspension des services à Errachidia    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Derby Wydad-Raja : Le choc de la saison à ne surtout pas perdre    Le Serbe Zoran Manojlović nouvel entraîneur du MAT    Coronavirus au Maroc: mercredi 23 septembre, 2397 cas positifs…    Dakhla: des Subsahariens impliqués dans une sale affaire    Automobile : CDG Invest et le groupe Abdelmoumen signent un contrat d'investissement    La BERD octroie un prêt au Crédit Agricole du Maroc    El Guergarat: Mise en échec d'une tentative de trafic de 513 kilogrammes de chira    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Retour progressif de la Omra : et le Maroc ?    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le PPS élu à la présidence de la commune Ouled Aissa à Taroudant    Ismahane Elouafi nommée au poste de Scientifique en chef à la FAO    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Communiqué du bureau politique du PPS    La beauté de la langue et la richesse de la culture    Henri Konan Bédié appelle à la «désobéissance civile»    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Gabon: La deuxième ligne de production de la CIMAF    Le roi Mohammed VI adresse un message au roi Salmane    Cinq individus déférés devant le juge d'instruction    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Lutte contre le cash: ce que propose Jouahri    Vaccin anti-covid: un virologue marocain annonce une bonne nouvelle    Santé : Le ministre de la Santé tend la main au « secteur libéral »    Le complot planétaire. Nabila Mounib révèle tout    La sécurité en Afrique en débat    Un regard intelligent sur un monde désorienté!    L'Institut français de Meknès expose les graffiti de Reda Boudina    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président algérien par intérim propose un dialogue sans participation de l'Etat
Publié dans Libération le 05 - 07 - 2019

Le président par intérim en Algérie, Abdelkader Bensalah, a proposé jeudi dans un discours à la nation un dialogue pour préparer la présidentielle dans lequel ni les autorités politiques ni l'armée ne seront selon lui impliquées.
L'Algérie, où le président Abdelaziz Bouteflika a démissionné en avril sous la pression de l'armée et de la rue, est en proie à une crise politique majeure.
Un mouvement de contestation lancé en avril continue de refuser que le "système" en place organise la présidentielle et réclame au préalable le départ de tous les anciens soutiens de Bouteflika et la mise sur pied d'institutions de transition chargées de réformer l'Etat et d'élaborer une nouvelle Constitution.
"Le processus de dialogue sera conduit et mené en toute liberté et en toute transparence par des personnalités nationales, crédibles, indépendantes, sans affiliation partisane et sans ambition électorale", a déclaré M. Bensalah.
"(...) L'Etat dans toutes ses composantes, y compris l'Institution militaire, ne sera pas partie prenante à ce dialogue et observera la plus stricte neutralité tout au long du déroulement de ce processus", a-t-il affirmé.
Selon lui, "il est devenu aujourd'hui nécessaire de mettre de côté (...) les exigences irréalistes qui sont de nature à prolonger la situation actuelle et d'entraîner notre pays dans une situation de vide constitutionnel, source d'incertitude et d'instabilité".
Son discours est intervenu à quelques jours de l'expiration prévue le 9 juillet de la période d'intérim à la tête de l'Etat, ouverte par la démission de Bouteflika.
L'impossibilité d'organiser le scrutin à la date du 4 juillet, faute de candidats, la présidentielle ne permet pas à M. Bensalah, qui assure l'intérim depuis le 9 avril, de rendre le pouvoir avant l'issue de la période de 90 jours prévue par la Constitution.
M. Bensalah a déjà annoncé qu'il prolongerait ses fonctions jusqu'à l'élection d'un nouveau président, à une date pour l'heure non indiquée.
Il s'agit de la deuxième proposition de dialogue du chef de l'Etat par intérim. Le 6 juin, il avait appelé l'ensemble de la classe politique au dialogue afin d'arriver à un consensus autour de l'organisation de l'élection présidentielle, une proposition rejetée par la contestation.
Le discours est survenu le jour même où des personnalités algériennes ont appelé leurs compatriotes à participer massivement vendredi à la 20e manifestation hebdomadaire contre le régime, qui coïncidera avec le 57e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.
Cette année, "faisons du 5 juillet la concrétisation de la libération de l'Homme, après la libération de la patrie" du pouvoir colonial français, le 5 juillet 1962, ont lancé dans une vidéo postée sur Internet des universitaires, un avocat, un ancien diplomate et un responsable d'un petit parti d'opposition.
Le célèbre avocat et défenseur des droits de l'Homme Me Mustapha Bouchachi, la professeure de droit Fatiha Benabbou, l'économiste Smail Lalmas, le diplomate Abdelaziz Rahabi, ex-ministre et ex-ambassadeur, le sociologue Nacer Djabi et Karim Tabbou, porte-parole de l'Union pour la démocratie sociale (UDS), ont aussi réclamé du pouvoir "des mesures dans le sens de l'apaisement" montrant une "ouverture du dialogue pour sortir de l'impasse politique actuelle".
De fait véritable homme fort du pays depuis la démission de Bouteflika, le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, refuse lui avec acharnement depuis des semaines les revendications du mouvement de contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.