Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    La justice algérienne expulse Ahmed Reda Benchemsi    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Industrie pharmaceutique: Doukkali benchmarque l'expérience chinoise    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Jeux africains 2019 : Plus de 6.000 athlètes présents au Maroc    Karim Alami perd tragiquement son fils    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La prise de conscience!    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    La France se prépare à accueillir le G7    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le fauteuil    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Sept personnes arrêtées à Fès : Saisie de plus de 7.000 comprimés psychotropes    Météo: les prévisions de ce lundi    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bras de fer autour de Mellilia
Publié dans Libération le 16 - 07 - 2019


Le Maroc a commencé cette semaine à interdire le passage aux porteurs de marchandises qui transportent des vêtements neufs achetés dans le préside occupé Mellilia pour être écoulés dans le reste du Maroc, selon l'agence espagnole Europa Press. Il convient de rappeler que notre pays avait décidé il y a un an de fermer sa frontière commerciale avec cette ville occupée. «Les autorités marocaines considèrent que cette fermeture est une décision souveraine qui concerne le Royaume et que Rabat l'a prise conformément à sa souveraineté nationale», avait souligné le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi en 2018. Par contre, le gouvernement local du préside occupé avait qualifié cette fermeture de décision «unilatérale [impactant] une coutume commerciale qui existe depuis 1959 à la frontière de Beni-Ansar», tout en la jugeant comme une «atteinte» à l'activité commerciale de Mellilia. Selon Europa Press, le nouveau président du préside occupé, Eduardo de Castro (appartenant au parti Ciudadanos, Les Citoyens en espagnol), a souligné que les hommes d'affaires « devront s'adapter aux mesures » imposées par le Maroc, tandis que l'ancien président, Juan José Imbroda (Parti populaire ‘PP'), a accusé Eduardo de Castro et le PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) d'avoir «jeté l'éponge » alors qu'il y a un an, ils avaient organisé des manifestations contre la fermeture des frontières commerciales lorsque le PP dirigeait le gouvernement local de ce préside occupé. L'interdiction imposée par les autorités marocaines a conduit la coopérative des bus publics de Mellilia à mettre à l'arrêt, dès lundi 15 juillet, leurs lignes de transport entre le poste de Beni-Ansar et le quartier chinois du préside occupé (Barrio Chino). D'après la même source, Eduardo de Castro a assuré que son gouvernement «ne pouvait empêcher qu'un autre pays, notamment le Maroc, de fixer ses propres normes concernant sa frontalière et a demandé aux commerçants de se conformer à la nouvelle situation ». Et comme à son accoutumée, le parti d'extrême droite Vox s'est lancé dans une enchère démagogique et verbale. En effet, le président et député de Vox-Mellilia, Jesus Delgado Aboy, a appelé à la nécessité de prendre des «mesures drastiques» au cas où le Maroc empêcherait l'entrée dans son territoire des marchandises en provenance dudit préside. « On devrait faire de même et fermer la frontière pour empêcher les ambulances transportant des femmes enceintes ou des malades d'entrer dans la ville », a-t-il déclaré selon le journal El Faro de Melilla. Selon cet élu, le Maroc veut « étouffer Mellilia » dont« le gouvernement local ne fait absolument rien». « S'il ferme les frontières devant nos commerces et s'il force nos citoyens à vivre des moments difficiles, notre exécutif local devrait faire de même. Il ne devrait laisser passer aucune ambulance, ni assister les femmes marocaines enceintes. Que la frontière soit fermée à tout, et lorsqu'il y aura de la famine dans les environs de Mellilia, on va voir ce que le gouvernement marocain va faire», a tempêté le président de ce parti populiste. Face à cette surenchère verbale, la réaction du PP s'est faite plutôt modérée et raisonnable. Selon El Faro de Melilla, le PP n'a pas l'intention d'ouvrir un conflit avec le Maroc ou de fermer unilatéralement la frontière. A cet effet, le député du PP (qui représente le préside occupé au Congrès espagnol), Fernando Gutiérrez Díaz de Otazu, a affirmé qu'il ne présentera, pour le moment, aucune question à propos des mesures prises récemment par le Maroc, tout en soulignant que le Royaume est « un pays allié et ami » et que les relations entre Rabat et Madrid sont au beau fixe. Pour cette raison, sa proposition vise à « faire comprendre au gouvernement marocain que la vie à Sebta et Mellilia doit être bonne et que cela dépend dans une large mesure de l'attitude de l'Exécutif marocain». Pour sa part, Abdesslam Bouteyeb, président du Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix, a affirmé dans une déclaration à Libé que le parti d'extrême droite, Vox, est un parti qui «ne connaît pas bien pas la région et les problématiques qui se posent aux niveaux social et économique. C'est un parti qui ne connaît pas parfaitement le développement des relations entre le Maroc et l'Espagne sur le plan économique ». En plus, ce parti ne sait pas que le Maroc se développe sur le plan politique et démocratique et au niveau des droits de l'Homme. Selon lui, « le Royaume a une vision humaniste pour régler les problèmes liés aux frontières », c'est-à-dire qu'il cherche des alternatives en vue de mettre fin au calvaire et à la souffrance de milliers de Marocains et de Marocaines qui font des allersretours entre le Royaume et le préside occupé avec plusieurs dizaines de kilos de marchandises sur le dos.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.