Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bras de fer autour de Mellilia
Publié dans Libération le 16 - 07 - 2019


Le Maroc a commencé cette semaine à interdire le passage aux porteurs de marchandises qui transportent des vêtements neufs achetés dans le préside occupé Mellilia pour être écoulés dans le reste du Maroc, selon l'agence espagnole Europa Press. Il convient de rappeler que notre pays avait décidé il y a un an de fermer sa frontière commerciale avec cette ville occupée. «Les autorités marocaines considèrent que cette fermeture est une décision souveraine qui concerne le Royaume et que Rabat l'a prise conformément à sa souveraineté nationale», avait souligné le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi en 2018. Par contre, le gouvernement local du préside occupé avait qualifié cette fermeture de décision «unilatérale [impactant] une coutume commerciale qui existe depuis 1959 à la frontière de Beni-Ansar», tout en la jugeant comme une «atteinte» à l'activité commerciale de Mellilia. Selon Europa Press, le nouveau président du préside occupé, Eduardo de Castro (appartenant au parti Ciudadanos, Les Citoyens en espagnol), a souligné que les hommes d'affaires « devront s'adapter aux mesures » imposées par le Maroc, tandis que l'ancien président, Juan José Imbroda (Parti populaire ‘PP'), a accusé Eduardo de Castro et le PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol) d'avoir «jeté l'éponge » alors qu'il y a un an, ils avaient organisé des manifestations contre la fermeture des frontières commerciales lorsque le PP dirigeait le gouvernement local de ce préside occupé. L'interdiction imposée par les autorités marocaines a conduit la coopérative des bus publics de Mellilia à mettre à l'arrêt, dès lundi 15 juillet, leurs lignes de transport entre le poste de Beni-Ansar et le quartier chinois du préside occupé (Barrio Chino). D'après la même source, Eduardo de Castro a assuré que son gouvernement «ne pouvait empêcher qu'un autre pays, notamment le Maroc, de fixer ses propres normes concernant sa frontalière et a demandé aux commerçants de se conformer à la nouvelle situation ». Et comme à son accoutumée, le parti d'extrême droite Vox s'est lancé dans une enchère démagogique et verbale. En effet, le président et député de Vox-Mellilia, Jesus Delgado Aboy, a appelé à la nécessité de prendre des «mesures drastiques» au cas où le Maroc empêcherait l'entrée dans son territoire des marchandises en provenance dudit préside. « On devrait faire de même et fermer la frontière pour empêcher les ambulances transportant des femmes enceintes ou des malades d'entrer dans la ville », a-t-il déclaré selon le journal El Faro de Melilla. Selon cet élu, le Maroc veut « étouffer Mellilia » dont« le gouvernement local ne fait absolument rien». « S'il ferme les frontières devant nos commerces et s'il force nos citoyens à vivre des moments difficiles, notre exécutif local devrait faire de même. Il ne devrait laisser passer aucune ambulance, ni assister les femmes marocaines enceintes. Que la frontière soit fermée à tout, et lorsqu'il y aura de la famine dans les environs de Mellilia, on va voir ce que le gouvernement marocain va faire», a tempêté le président de ce parti populiste. Face à cette surenchère verbale, la réaction du PP s'est faite plutôt modérée et raisonnable. Selon El Faro de Melilla, le PP n'a pas l'intention d'ouvrir un conflit avec le Maroc ou de fermer unilatéralement la frontière. A cet effet, le député du PP (qui représente le préside occupé au Congrès espagnol), Fernando Gutiérrez Díaz de Otazu, a affirmé qu'il ne présentera, pour le moment, aucune question à propos des mesures prises récemment par le Maroc, tout en soulignant que le Royaume est « un pays allié et ami » et que les relations entre Rabat et Madrid sont au beau fixe. Pour cette raison, sa proposition vise à « faire comprendre au gouvernement marocain que la vie à Sebta et Mellilia doit être bonne et que cela dépend dans une large mesure de l'attitude de l'Exécutif marocain». Pour sa part, Abdesslam Bouteyeb, président du Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix, a affirmé dans une déclaration à Libé que le parti d'extrême droite, Vox, est un parti qui «ne connaît pas bien pas la région et les problématiques qui se posent aux niveaux social et économique. C'est un parti qui ne connaît pas parfaitement le développement des relations entre le Maroc et l'Espagne sur le plan économique ». En plus, ce parti ne sait pas que le Maroc se développe sur le plan politique et démocratique et au niveau des droits de l'Homme. Selon lui, « le Royaume a une vision humaniste pour régler les problèmes liés aux frontières », c'est-à-dire qu'il cherche des alternatives en vue de mettre fin au calvaire et à la souffrance de milliers de Marocains et de Marocaines qui font des allersretours entre le Royaume et le préside occupé avec plusieurs dizaines de kilos de marchandises sur le dos.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.