De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion

La sortie peu honorable du Onze-marocain de la CAN 2019 a énormément déçu et a permis de soulever encore une fois les failles de ce sport budgétivore pour la nation marocaine. Mais cette sélection, objet de tous lesintérêts, n'est finalement que la partie émergente de l'iceberg. Aussi, il est grand temps que ce football, sport-passion des Marocains, fasse son autocritique au lieu de chercher encore une fois des boucs-émissaires.

I-Une réaction surdimensionnée du public qui révèle beaucoup de frustrations
L'échec à la CAN 2019 a été suivi d'un flot d'insultes, de critiques acerbes fondées ou infondées, qui ontrévélé les frustrations de pseudo-spécialistes, de pseudo-supporters et d'une armada de citoyens devenus soudainement plus nationalistes que la nation elle-même. Devant ce bouillonnement surdimensionné, l'entraineurHerveRenard, devenu indésirable, n'a pas présenté sa démission comme l'ont souhaité de nombreux « acteurs » du football national. Mais Hervé Renard n'est finalement qu'un homme lié à la Fédération par un contrat que les deux parties se doivent de respecter pour éviter de trop importantes pénalités financières.
II- A la recherche d'un boucémissaire, comme d'habitude
Devant l'absence de réaction d'Hervé Renard, les « fins limiers » de la Fédération ont de nouveau adopté la tactique qui avait réussi à écarter Eric Gerets; à savoir, dévoiler lessalaires du staff technique pour entretenirla colère populaire etfaire du technicien français, le bouc-émissaire de tous les maux footballistiques nationaux et éviter ainsi de rendre des comptes en faisant l'autocritique du football national budgétivore tout en essayant d'ignorer les responsabilités d'une Fédération dépensière et peu transparente.
III-Les vraies questions auxquelles la Fédération devra répondre impérativement ?
Face à cet énième échec du football national, il est temps de poserles vraies questions pour ne plus réitérer les mêmes résultats et les mêmes déceptions. J'en propose humblement quelques-unes : 1—Combien de sélections (U17, U21, U23, olympiques, etc.) se sont qualifiées aux compétitions internationales ? 2—Combien de joueurs de la Botola dite « pro » ont été transférés dans de rands clubs, notamment européens?(les championnats d'Egypte ou du Khalije quisont du niveau de laBotola pro ne sont pas concernés) 3— Des clubs comme Khénifra, Oued-Zem ou le RAC qui ont accédé à la Botola dite « Pro », ont-ils des centres de formation ?Respectent-ilsle cahier de charges exigé par la FIFA pour les clubs-pro ? 4— les grands clubs (Raja, WAC, FUS, FAR, etc.) respectent-ils le cahier des charges FIFA pour les clubs-pro ? notamment en ce qui concerne : ——-L'existence de centres de formation ; ——-Existence d'équipes dans toutes les catégories (minimes, cadets, juniors, espoir, féminine, etc.) ; ——-Respect du budget exigible ; ——-Infrastructures (terrains d'entrainements, notamment) ; 5—Un encadrement technique incontestable ; ——Quel estle rôle de MustaphaHajji dans la sélection ? ——Pourquoi le Dr Hifti n'a pas été remplacé après que son incompétence a été révélée au monde entier lors de la Coupe du monde 2018 avec le cas d'Amrabat ? 6— La sélection marocaine est-elle en train de devenir l'hécatombe des bons entraîneurs ? Et plusieurs y ont laissé des plumes comme Eric Gerets, Cuelho, Lemerre, Kasperzak et le plus récent Hervé Renard, pourtant tout auréolé de deux titres continentaux (avec la Zambie et la Côte d'Ivoire), etc.

IV—Les erreurs d'Hervé Renard, un des meilleurs coaches qu'ait eu le Maroc
Que le public marocain l'admette ou non, Hervé Renard a été un des meilleurstechniciens à avoir dirigé la sélection nationale. Durant 4 ans, il a réalisé de bonnes performances (belle participation à la CAN 2017, qualification et participation honorable à la Coupe du monde 2018 enRussie) et a bâti un groupe performant qui, potentiellement, aurait pu ramener la CAN 2019. Mais il a fini par faire des erreurs fatales parmi lesquelles on peut citer : —Des défaillances tactiques. Il reste impuissant devant les équipes qui présentent un bloc défensif bas comme l'Iran en Coupe du monde, la Namibie ou même le Bénin à la CAN 2019 ; —Le choix peu opportun de certains titulaires comme Dirar ou Ziyech, quand ils étaient défaillants ; —Une mauvaise gestion du cas Ziyech. Hakim Ziyech fait partie des meilleurs joueurs du monde dans son club mais lors de la CAN 2019, il s'est montré discret au cours des 3 premiers matchesmaisHervéRenard, inexplicablement, n'a pas osé le remplacer ;

V—La première brèche dans le navire : le cas Hamdallah
L'ambiance négative développée autour de l'équipe nationale a été révélée à partir du cas du joueur Hamdall a h . Hamdallah est un buteur-vedette au championnat saoudien qui n'a pas convaincu Hervé Renard mais il a fini parle convoquersousl'effet de la pression du public et peut-être de celle du président Faouzi Lakjah. Ce joueur arrive en concentration, a créé unemultitude de petits problèmes avant de plier bagages et de quitter la c o n c e n t r a t i o n . Ce joueur, parson attitude irresponsable, avait créé une grosse brèche dans le navire marocain.

VI—Conclusion à méditer
C'est plus facile de critiquer des joueurs formés ailleurs (qui ont échoué) ou un entraîneur qu'on a déstabilisé (en lui collant des parasites comme Hamdallah) et qui n'a pas atteint ses objectifs, au lieu d'évaluer le travail d'une institution étatique (la FRMF) budgétivore chargée du football national. Toutes les raisons évoquées ne permettront pas au football national d'éviter un nouveau diagnostic et l'analyse de son fleuron : la Botola-pro qui ne produit que très peu de joueurs pouvant alimenter les équipes nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.