La démocratie locale…reportée    Un fidèle en amitié et en militantisme    Tourisme: Ebranlés par la crise, les professionnels dans l'expectative    Mendyl, direction Bordeaux?    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    Le grand défi!    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Fès-Meknès : amphithéâtres et salles couvertes pour les épreuves du baccalauréat    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    L'insécurité juridique extrinsèque au droit du travail    La crise sanitaire; une opportunité ?    L'illustration du nombrelisme européen: allons nous vers l'explosion?    Coronavirus : le ministère de la Santé lance l'application «Wiqaytna »    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Modeste grandeur    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    La Hongrie tord le cou à la propagande du Polisario    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Marie-Hélène El Youssoufi adresse un message de condoléances au Souverain    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Khalid Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion

La sortie peu honorable du Onze-marocain de la CAN 2019 a énormément déçu et a permis de soulever encore une fois les failles de ce sport budgétivore pour la nation marocaine. Mais cette sélection, objet de tous lesintérêts, n'est finalement que la partie émergente de l'iceberg. Aussi, il est grand temps que ce football, sport-passion des Marocains, fasse son autocritique au lieu de chercher encore une fois des boucs-émissaires.

I-Une réaction surdimensionnée du public qui révèle beaucoup de frustrations
L'échec à la CAN 2019 a été suivi d'un flot d'insultes, de critiques acerbes fondées ou infondées, qui ontrévélé les frustrations de pseudo-spécialistes, de pseudo-supporters et d'une armada de citoyens devenus soudainement plus nationalistes que la nation elle-même. Devant ce bouillonnement surdimensionné, l'entraineurHerveRenard, devenu indésirable, n'a pas présenté sa démission comme l'ont souhaité de nombreux « acteurs » du football national. Mais Hervé Renard n'est finalement qu'un homme lié à la Fédération par un contrat que les deux parties se doivent de respecter pour éviter de trop importantes pénalités financières.
II- A la recherche d'un boucémissaire, comme d'habitude
Devant l'absence de réaction d'Hervé Renard, les « fins limiers » de la Fédération ont de nouveau adopté la tactique qui avait réussi à écarter Eric Gerets; à savoir, dévoiler lessalaires du staff technique pour entretenirla colère populaire etfaire du technicien français, le bouc-émissaire de tous les maux footballistiques nationaux et éviter ainsi de rendre des comptes en faisant l'autocritique du football national budgétivore tout en essayant d'ignorer les responsabilités d'une Fédération dépensière et peu transparente.
III-Les vraies questions auxquelles la Fédération devra répondre impérativement ?
Face à cet énième échec du football national, il est temps de poserles vraies questions pour ne plus réitérer les mêmes résultats et les mêmes déceptions. J'en propose humblement quelques-unes : 1—Combien de sélections (U17, U21, U23, olympiques, etc.) se sont qualifiées aux compétitions internationales ? 2—Combien de joueurs de la Botola dite « pro » ont été transférés dans de rands clubs, notamment européens?(les championnats d'Egypte ou du Khalije quisont du niveau de laBotola pro ne sont pas concernés) 3— Des clubs comme Khénifra, Oued-Zem ou le RAC qui ont accédé à la Botola dite « Pro », ont-ils des centres de formation ?Respectent-ilsle cahier de charges exigé par la FIFA pour les clubs-pro ? 4— les grands clubs (Raja, WAC, FUS, FAR, etc.) respectent-ils le cahier des charges FIFA pour les clubs-pro ? notamment en ce qui concerne : ——-L'existence de centres de formation ; ——-Existence d'équipes dans toutes les catégories (minimes, cadets, juniors, espoir, féminine, etc.) ; ——-Respect du budget exigible ; ——-Infrastructures (terrains d'entrainements, notamment) ; 5—Un encadrement technique incontestable ; ——Quel estle rôle de MustaphaHajji dans la sélection ? ——Pourquoi le Dr Hifti n'a pas été remplacé après que son incompétence a été révélée au monde entier lors de la Coupe du monde 2018 avec le cas d'Amrabat ? 6— La sélection marocaine est-elle en train de devenir l'hécatombe des bons entraîneurs ? Et plusieurs y ont laissé des plumes comme Eric Gerets, Cuelho, Lemerre, Kasperzak et le plus récent Hervé Renard, pourtant tout auréolé de deux titres continentaux (avec la Zambie et la Côte d'Ivoire), etc.

IV—Les erreurs d'Hervé Renard, un des meilleurs coaches qu'ait eu le Maroc
Que le public marocain l'admette ou non, Hervé Renard a été un des meilleurstechniciens à avoir dirigé la sélection nationale. Durant 4 ans, il a réalisé de bonnes performances (belle participation à la CAN 2017, qualification et participation honorable à la Coupe du monde 2018 enRussie) et a bâti un groupe performant qui, potentiellement, aurait pu ramener la CAN 2019. Mais il a fini par faire des erreurs fatales parmi lesquelles on peut citer : —Des défaillances tactiques. Il reste impuissant devant les équipes qui présentent un bloc défensif bas comme l'Iran en Coupe du monde, la Namibie ou même le Bénin à la CAN 2019 ; —Le choix peu opportun de certains titulaires comme Dirar ou Ziyech, quand ils étaient défaillants ; —Une mauvaise gestion du cas Ziyech. Hakim Ziyech fait partie des meilleurs joueurs du monde dans son club mais lors de la CAN 2019, il s'est montré discret au cours des 3 premiers matchesmaisHervéRenard, inexplicablement, n'a pas osé le remplacer ;

V—La première brèche dans le navire : le cas Hamdallah
L'ambiance négative développée autour de l'équipe nationale a été révélée à partir du cas du joueur Hamdall a h . Hamdallah est un buteur-vedette au championnat saoudien qui n'a pas convaincu Hervé Renard mais il a fini parle convoquersousl'effet de la pression du public et peut-être de celle du président Faouzi Lakjah. Ce joueur arrive en concentration, a créé unemultitude de petits problèmes avant de plier bagages et de quitter la c o n c e n t r a t i o n . Ce joueur, parson attitude irresponsable, avait créé une grosse brèche dans le navire marocain.

VI—Conclusion à méditer
C'est plus facile de critiquer des joueurs formés ailleurs (qui ont échoué) ou un entraîneur qu'on a déstabilisé (en lui collant des parasites comme Hamdallah) et qui n'a pas atteint ses objectifs, au lieu d'évaluer le travail d'une institution étatique (la FRMF) budgétivore chargée du football national. Toutes les raisons évoquées ne permettront pas au football national d'éviter un nouveau diagnostic et l'analyse de son fleuron : la Botola-pro qui ne produit que très peu de joueurs pouvant alimenter les équipes nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.