Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    L'opération Marhaba 2020 dans l'incertitude    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mercredi 27 mai    Levée partielle des restrictions sur les déplacements inter-provinces pour les salariés du privé et du public    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    L'épreuve du covid-19, opportunité pour innover et s'approprier les nouvelles technologies    Allons nous vers l'explosion?    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Super League : Reprise le six juin pour Youssef El-Arabi et consorts    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Le Covid-19 fait chuter les exportations marocaines en Barytine    Banques, télétravail, prise de température…Les décisions anti-covid 19 de la CNDP    Consultations directes entre avocats et détenus dès le 1er juin    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Hakimi buteur contre Wolfsburg    L'essentiel de la lutte contre les trafics illicites en 2019    HPS affiche une hausse de 16,9% des produits d'exploitation au premier trimestre    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Collecte record des recettes douanières    Redémarrer ou pas le Calcio ? Le championnat des réticents    ‘'Coronavirus et discours'', nouvel ouvrage de Ahmed Cherrak    Un bilan fidèle à sa courbe en dents de scie    Pour une meilleure place du monde rural dans le nouveau modèle de développement    La Premier League va voter sur l'autorisation des entraînements avec contacts    "The Last Lance" Le documentaire qui révèle toute la vérité sur Armstrong    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Un programme culturel intercatif avec une série d'activités à distance    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    France: La demande du CFCM aux mosquées    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption
Publié dans Libération le 18 - 07 - 2019

Le FMI l'a réclamé depuis fort longtemps et il n'a cessé de le répéter. Pour lui, le Maroc doit mettre les bouchées doubles pour « progresser vers un modèle de croissance plus inclusive », « réduire les inégalités » et « protéger les plus vulnérables ».
Son Conseil d'administration avait, à cet effet, tiré la sonnette d'alarme dès février 2013 en appelant les autorités marocaines « à redoubler d'efforts pour promouvoir une croissance plus élevée et plus solidaire, notamment en créant des emplois pour les jeunes et en réduisant les inégalités dans la distribution des revenus et l'accès aux soins de santé et à l'éducation ».
Il a réitéré ses recommandations les années suivantes comme si la situation n'avait pas changé d'un iota.
Dans son rapport daté de mars dernier, il a, en effet, demandé d'initier des « réformes qui visent à rendre la croissance plus élevée et plus inclusive afin de réduire les tensions sociales » en rappelant que « malgré une économie dynamique, le chômage a augmenté à 10,6% au troisième trimestre 2017, contre 10,4% un an auparavant, et reste élevé parmi les jeunes (29,3 %), en particulier en zone urbaine (45,2 %) ».
Après avoir rappelé que «les tensions sociales se sont accrues en 2017 », il a demandé aux autorités marocaines de «s'attaquer aux sources du mécontentement» et « d'augmenter la croissance et de la rendre plus inclusive » tout en appelant à « mettre en place des réformes structurelles qui se renforcent mutuellement dans l'éducation, le marché du travail et l'environnement des affaires ».
Après avoir indiqué que « des facteurs intentionnels peuvent peser sur le mouvement efficace des emplois et la création d'emplois dans les secteurs à forte productivité, y compris la gouvernance, la réglementation du travail, les restrictions sur le commerce, la qualité de l'éducation, l'infrastructure et l'accès à la finance », il a souligné qu'«un meilleur ciblage des programmes sociaux est la clef pour réduire davantage la pauvreté et les inégalités et limiter le risque de mécontentement social ».
Le communiqué publié à l'issue de la mission qui a séjourné dans le Royaume du 19 mars au 3 avril 2019 pour entamer avec les autorités marocaines les discussions relatives à la consultation de 2019 au titre de l'article IV et à la première revue de l'accord au titre de la ligne de précaution et de liquidité (LPL) approuvé en décembre 2018, en a également fait mention en rappelant qu' « un meilleur ciblage des programmes sociaux sera essentiel pour en améliorer l'impact et réduire les inégalités sociales ». Ce que l'examen annuel de l'économie marocaine dont le FMI a rendu public les résultats mardi a remis en lumière en soulignant «la nécessité de réorganiser les politiques du marché du travail et mettre en oeuvre des réformes dans l'éducation pour créer des emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes» et en appelant à la «poursuite des efforts visant à renforcer la gouvernance et à lutter contre la corruption».
Il a, dans ce sens, noté que «le taux de chômage reste proche de 10% et est particulièrement élevé chez les jeunes», que les perspectives prévisibles restent soumises à des «risques internes et externes importants». .
Après avoir confirmé que la croissance marocaine a baissé à 3% en 2018, en raison d'une saison agricole moyenne, il a indiqué que «malgré les bonnes performances à l'exportation dans les secteurs de l'automobile et des phosphates, le déficit commercial s'est creusé à 5,4% du PIB, en raison de la hausse des importations de produits énergétiques et de biens d'équipement », appelé les autorités à «poursuivre l'assainissement budgétaire» et insisté sur «la nécessité de réorganiser les politiques du marché du travail et mettre en oeuvre des réformes dans l'éducation pour créer des emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.