Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2019

A peine une semaine après l'incident diplomatique qui a enflammé les relations entre Londres et Washington, des archives britanniques déclassifiées jeudi montrent qu'avant l'administration de Donald Trump, celle de Bill Clinton a bénéficié des mêmes appréciations peu flatteuses.
L'ambassadeur du Royaume-Uni aux Etats-Unis Kim Darroch a dû démissionner le 10 juillet, victime des fuites dans la presse de ses câbles diplomatiques pas vraiment à l'avantage du président républicain et de la fureur de ce dernier qui l'a traité en retour "d'imbécile prétentieux".
Donald Trump n'a guère apprécié que Kim Darroch écrive que "le chaos et les luttes féroces" qui agitent la Maison Blanche sont "pour la plupart véridiques". Mais les documents déclassifiés jeudi, couvrant la période 1994/1995, montrent qu'il n'y a rien de nouveau à l'horizon et que l'administration de son prédécesseur, de 1993 à 2001, Bill Clinton a bénéficié de la même évaluation.
"L'organisation de la Maison Blanche reste chaotique", écrivait l'ambassadeur de l'époque Robin Renwick, à la suite de la démission de deux membres de l'équipe Clinton.
"Une série de désastres en matière de relations publiques à la Maison Blanche donne l'image d'une nouvelle administration sans but et désorganisée", écrivait-il encore.
Pour les défenseurs de Kim Darroch, les câbles qui ont fuité font donc partie d'une longue tradition nécessaire de franchise de la part des diplomates britanniques en poste à l'étranger.
Mais ses détracteurs estiment qu'il est allé trop loin en écrivant qu'il ne pensait "pas vraiment que cette administration va devenir plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins divisée, moins maladroite et inepte diplomatiquement".
Comme Trump, Clinton bataillait contre des accusations de comportement personnel inapproprié - avant même l'affaire Monica Lewinsky -, et pour l'ambassadeur Renwick "les réactions maladroites de la Maison Blanche aux allégations ont commencé à créer le soupçon de dissimulation".
Alors que Kim Darroch a qualifié la politique de Trump envers l'Iran d'"incohérente et chaotique", Robin Renwick critiquait aussi sévèrement la politique étrangère de Clinton.
"Clinton s'intéresse aux questions diplomatiques mais d'une manière pas très naturelle. Au lieu de parler calmement et de se donner de vigoureux moyens de sanction, il est accusé de parler trop fort et de ne pas agir".
Comme l'occupant actuel de la Maison Blanche, Clinton se voit reprocher sa "préoccupation excessive" pour les médias.
Robin Renwick tenait des propos plus approbateurs sur l'épouse de Bill Clinton, Hillary Clinton, candidate malheureuse à la présidentielle contre Trump en 2016.
"Elle est très intelligente et très motivée", écrivait-il. "Elle est très bien disposée et beaucoup plus amicale que ce que l'on dit d'elle".
Les câbles, conservés aux archives nationales britanniques, révèlent aussi l'opinion de Bill Clinton sur le dirigeant italien Silvio Berlusconi.
"Nous ne devrions pas le sous-estimer", a-t-il dit au Premier ministre britannique de l'époque John Major selon un enregistrement de leur conversation, soulignant qu'il était apprécié du public et avait une épouse "renversante".
Les documents publiés révèlent aussi la préoccupation permanente des Britanniques pour leur soi-disant "relation spéciale" avec les Etats-Unis.
"On écrit beaucoup d'inepties sur la relation avec les Etats-Unis", écrivait Robin Renwick. "Il y a toujours eu des désaccords intenses".
Toutefois, "il n'y a pas de doute que nous avons une relation particulièrement proche. La valeur pour nous de notre relation en matière de défense est incalculable", ajoutait-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.