Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2019

A peine une semaine après l'incident diplomatique qui a enflammé les relations entre Londres et Washington, des archives britanniques déclassifiées jeudi montrent qu'avant l'administration de Donald Trump, celle de Bill Clinton a bénéficié des mêmes appréciations peu flatteuses.
L'ambassadeur du Royaume-Uni aux Etats-Unis Kim Darroch a dû démissionner le 10 juillet, victime des fuites dans la presse de ses câbles diplomatiques pas vraiment à l'avantage du président républicain et de la fureur de ce dernier qui l'a traité en retour "d'imbécile prétentieux".
Donald Trump n'a guère apprécié que Kim Darroch écrive que "le chaos et les luttes féroces" qui agitent la Maison Blanche sont "pour la plupart véridiques". Mais les documents déclassifiés jeudi, couvrant la période 1994/1995, montrent qu'il n'y a rien de nouveau à l'horizon et que l'administration de son prédécesseur, de 1993 à 2001, Bill Clinton a bénéficié de la même évaluation.
"L'organisation de la Maison Blanche reste chaotique", écrivait l'ambassadeur de l'époque Robin Renwick, à la suite de la démission de deux membres de l'équipe Clinton.
"Une série de désastres en matière de relations publiques à la Maison Blanche donne l'image d'une nouvelle administration sans but et désorganisée", écrivait-il encore.
Pour les défenseurs de Kim Darroch, les câbles qui ont fuité font donc partie d'une longue tradition nécessaire de franchise de la part des diplomates britanniques en poste à l'étranger.
Mais ses détracteurs estiment qu'il est allé trop loin en écrivant qu'il ne pensait "pas vraiment que cette administration va devenir plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins divisée, moins maladroite et inepte diplomatiquement".
Comme Trump, Clinton bataillait contre des accusations de comportement personnel inapproprié - avant même l'affaire Monica Lewinsky -, et pour l'ambassadeur Renwick "les réactions maladroites de la Maison Blanche aux allégations ont commencé à créer le soupçon de dissimulation".
Alors que Kim Darroch a qualifié la politique de Trump envers l'Iran d'"incohérente et chaotique", Robin Renwick critiquait aussi sévèrement la politique étrangère de Clinton.
"Clinton s'intéresse aux questions diplomatiques mais d'une manière pas très naturelle. Au lieu de parler calmement et de se donner de vigoureux moyens de sanction, il est accusé de parler trop fort et de ne pas agir".
Comme l'occupant actuel de la Maison Blanche, Clinton se voit reprocher sa "préoccupation excessive" pour les médias.
Robin Renwick tenait des propos plus approbateurs sur l'épouse de Bill Clinton, Hillary Clinton, candidate malheureuse à la présidentielle contre Trump en 2016.
"Elle est très intelligente et très motivée", écrivait-il. "Elle est très bien disposée et beaucoup plus amicale que ce que l'on dit d'elle".
Les câbles, conservés aux archives nationales britanniques, révèlent aussi l'opinion de Bill Clinton sur le dirigeant italien Silvio Berlusconi.
"Nous ne devrions pas le sous-estimer", a-t-il dit au Premier ministre britannique de l'époque John Major selon un enregistrement de leur conversation, soulignant qu'il était apprécié du public et avait une épouse "renversante".
Les documents publiés révèlent aussi la préoccupation permanente des Britanniques pour leur soi-disant "relation spéciale" avec les Etats-Unis.
"On écrit beaucoup d'inepties sur la relation avec les Etats-Unis", écrivait Robin Renwick. "Il y a toujours eu des désaccords intenses".
Toutefois, "il n'y a pas de doute que nous avons une relation particulièrement proche. La valeur pour nous de notre relation en matière de défense est incalculable", ajoutait-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.