Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019

Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible et fiable de l'Europe, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
«Le Maroc a toujours été pionnier dans ses relations avec l'Europe: le Royaume est géographiquement le pays de la rive sud (de la Méditerranée) le plus proche de l'Europe avec laquelle il entretient des relations d'environ un demi-siècle, le premier accord entre le Maroc et l'UE remontant à 1969», a-t-il souligné dans un entretien accordé à l'agence de presse italienne.
«Nous avons tous les atouts pour nous positionner en tant que partenaire fiable et utile. C'est pourquoi nous ne voulons pas une relation déséquilibrée avec l'Europe, mais plutôt une relation qui soit mutuellement bénéfique», a poursuivi le ministre dans cet entretien.
Il a indiqué, dans ce sens, que «le Maroc peut proposer son modèle de lutte contre l'immigration clandestine et le terrorisme, ceux d'énergie renouvelable et de développement économique. En contrepartie, le Royaume peut aussi bénéficier du partenariat avec l'Europe en termes économiques, pour renforcer les échanges et améliorer l'intégration du marché européen».
S'agissant des relations du Maroc avec l'Italie, Nasser Bourita a relevé que les deux pays «sont liés par de solides amitiés dont la dimension humaine est de plus en plus importante en raison de la présence d'une grande communauté marocaine en Italie».
Après avoir souligné que le Maroc et l'Italie partagent «des défis communs en Méditerranée», il a noté que «ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de l'ambition», précisant qu'«aujourd'hui, l'Italie n'est pas dans le Top 5, ni même dans le Top 10 des partenaires économiques du Maroc». Et de poursuivre : «Nous pouvons faire tellement de choses: le Maroc, qui est aujourd'hui une plate-forme pour les investissements étrangers, peut attirer les Italiens, compte tenu de la position naturelle du Royaume en tant que pont vers l'Afrique».
De même, les deux pays «peuvent renforcer leur dialogue politique», a-t-il enchaîné, faisant observer qu'ils sont « confrontés à différents défis liés au terrorisme, à l'immigration clandestine et au changement climatique».
Pour le ministre, les deux pays sont liés par «une bonne relation amicale, qui a beaucoup de potentiel, mais l'ambition est d'aller au-delà et de lui donner un contenu encore plus concret et plus stratégique pour que l'Italie devienne l'un des principaux partenaires du Maroc».
Par ailleurs, Nasser Bourita a souligné que le Maroc a une politique étrangère fondée sur la clarté, l'ambition et les principes. La politique du Maroc s'appuie sur «la clarté avec les amis, la clarté avec les opposants, et la clarté sur les différents dossiers, mais en même temps guidée par l'ambition de faire mieux», a-t-il soutenu.
Il a indiqué, en outre, que la politique africaine de S.M le Roi Mohammed VI s'articule autour du lien historico-religieux solide, mais surtout autour de projets concrets de coopération Sud-Sud, de développement et de consolidation des infrastructures.
Il a cité, à ce propos, les projets de mise en valeur de la baie de Coccodi en Côte d'Ivoire, de restructuration de la ville de Conakry en Guinée, ainsi que des projets sociaux et la présence du secteur privé marocain (compagnies d'assurance, banques, opérateurs économiques) pour créer des emplois et renforcer les échanges.
Concernant la question du Sahara marocain, le ministre a indiqué que «cette question est, pour le Maroc, une affaire aux contours bien définis: le Sahara est marocain, le Maroc est dans son Sahara et le Sahara est dans son Maroc», notant que «ce qu'il reste à faire aujourd'hui, c'est de trouver une solution définitive à ce problème et d'amener l'Algérie et le Front Polisario à s'inscrire dans cette logique pour qu'ils comprennent qu'il est grand temps de résoudre ce différend autour de ces paramètres».
Dans un autre registre, le ministre a évoqué des défis liés au contexte dans lequel agit la diplomatie marocaine au regard des instabilités et des crises politiques que connaissent certains pays de la région, comme la Libye, en plus de la menace terroriste dans la région sahélo-saharienne et les problèmes liés à l'immigration et à la traite des êtres humains.
«Le Maroc agit dans un contexte de turbulences qui fait apparaître notre pays comme un îlot de stabilité», a-t-il précisé, estimant que cette situation «confère des atouts à la diplomatie marocaine mais pose, en même temps, le défi de préserver la stabilité du Royaume et la nécessité d'oeuvrer pour la stabilité de toute la région».
Nasser Bourita a mis en avant la vocation historique et naturelle du Maroc, de par sa position géographique, son histoire, ses choix politiques, et la vision de S.M le Roi, en tant que «pont entre l'Afrique et l'Europe, entre le monde arabe et l'Europe, entre le monde musulman et le monde non musulman».
Le Maroc, sous la conduite éclairée de S.M le Roi Mohammed VI, s'est engagé dans un processus de réformes ayant créé un contexte différent de celui des autres pays de la région, a-t-il dit, rappelant que depuis son intronisation, le Souverain a accéléré le rythme des réformes économiques, politiques et sociales, notamment celles ayant trait aux droits de la femme et à la lutte contre l'exclusion et la précarité sociale, en plus de l'ouverture politique.
«Aujourd'hui, le Maroc est une plateforme de construction automobile, l'une des plus importantes de la Méditerranée. Le Royaume attire les constructeurs aéronautiques, possède la plus grande installation d'énergie solaire au monde et a lancé le premier TGV en Afrique, en plus du port de Tanger qui est le plus grand de la Méditerranée», a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.