Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019

Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible et fiable de l'Europe, a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
«Le Maroc a toujours été pionnier dans ses relations avec l'Europe: le Royaume est géographiquement le pays de la rive sud (de la Méditerranée) le plus proche de l'Europe avec laquelle il entretient des relations d'environ un demi-siècle, le premier accord entre le Maroc et l'UE remontant à 1969», a-t-il souligné dans un entretien accordé à l'agence de presse italienne.
«Nous avons tous les atouts pour nous positionner en tant que partenaire fiable et utile. C'est pourquoi nous ne voulons pas une relation déséquilibrée avec l'Europe, mais plutôt une relation qui soit mutuellement bénéfique», a poursuivi le ministre dans cet entretien.
Il a indiqué, dans ce sens, que «le Maroc peut proposer son modèle de lutte contre l'immigration clandestine et le terrorisme, ceux d'énergie renouvelable et de développement économique. En contrepartie, le Royaume peut aussi bénéficier du partenariat avec l'Europe en termes économiques, pour renforcer les échanges et améliorer l'intégration du marché européen».
S'agissant des relations du Maroc avec l'Italie, Nasser Bourita a relevé que les deux pays «sont liés par de solides amitiés dont la dimension humaine est de plus en plus importante en raison de la présence d'une grande communauté marocaine en Italie».
Après avoir souligné que le Maroc et l'Italie partagent «des défis communs en Méditerranée», il a noté que «ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de l'ambition», précisant qu'«aujourd'hui, l'Italie n'est pas dans le Top 5, ni même dans le Top 10 des partenaires économiques du Maroc». Et de poursuivre : «Nous pouvons faire tellement de choses: le Maroc, qui est aujourd'hui une plate-forme pour les investissements étrangers, peut attirer les Italiens, compte tenu de la position naturelle du Royaume en tant que pont vers l'Afrique».
De même, les deux pays «peuvent renforcer leur dialogue politique», a-t-il enchaîné, faisant observer qu'ils sont « confrontés à différents défis liés au terrorisme, à l'immigration clandestine et au changement climatique».
Pour le ministre, les deux pays sont liés par «une bonne relation amicale, qui a beaucoup de potentiel, mais l'ambition est d'aller au-delà et de lui donner un contenu encore plus concret et plus stratégique pour que l'Italie devienne l'un des principaux partenaires du Maroc».
Par ailleurs, Nasser Bourita a souligné que le Maroc a une politique étrangère fondée sur la clarté, l'ambition et les principes. La politique du Maroc s'appuie sur «la clarté avec les amis, la clarté avec les opposants, et la clarté sur les différents dossiers, mais en même temps guidée par l'ambition de faire mieux», a-t-il soutenu.
Il a indiqué, en outre, que la politique africaine de S.M le Roi Mohammed VI s'articule autour du lien historico-religieux solide, mais surtout autour de projets concrets de coopération Sud-Sud, de développement et de consolidation des infrastructures.
Il a cité, à ce propos, les projets de mise en valeur de la baie de Coccodi en Côte d'Ivoire, de restructuration de la ville de Conakry en Guinée, ainsi que des projets sociaux et la présence du secteur privé marocain (compagnies d'assurance, banques, opérateurs économiques) pour créer des emplois et renforcer les échanges.
Concernant la question du Sahara marocain, le ministre a indiqué que «cette question est, pour le Maroc, une affaire aux contours bien définis: le Sahara est marocain, le Maroc est dans son Sahara et le Sahara est dans son Maroc», notant que «ce qu'il reste à faire aujourd'hui, c'est de trouver une solution définitive à ce problème et d'amener l'Algérie et le Front Polisario à s'inscrire dans cette logique pour qu'ils comprennent qu'il est grand temps de résoudre ce différend autour de ces paramètres».
Dans un autre registre, le ministre a évoqué des défis liés au contexte dans lequel agit la diplomatie marocaine au regard des instabilités et des crises politiques que connaissent certains pays de la région, comme la Libye, en plus de la menace terroriste dans la région sahélo-saharienne et les problèmes liés à l'immigration et à la traite des êtres humains.
«Le Maroc agit dans un contexte de turbulences qui fait apparaître notre pays comme un îlot de stabilité», a-t-il précisé, estimant que cette situation «confère des atouts à la diplomatie marocaine mais pose, en même temps, le défi de préserver la stabilité du Royaume et la nécessité d'oeuvrer pour la stabilité de toute la région».
Nasser Bourita a mis en avant la vocation historique et naturelle du Maroc, de par sa position géographique, son histoire, ses choix politiques, et la vision de S.M le Roi, en tant que «pont entre l'Afrique et l'Europe, entre le monde arabe et l'Europe, entre le monde musulman et le monde non musulman».
Le Maroc, sous la conduite éclairée de S.M le Roi Mohammed VI, s'est engagé dans un processus de réformes ayant créé un contexte différent de celui des autres pays de la région, a-t-il dit, rappelant que depuis son intronisation, le Souverain a accéléré le rythme des réformes économiques, politiques et sociales, notamment celles ayant trait aux droits de la femme et à la lutte contre l'exclusion et la précarité sociale, en plus de l'ouverture politique.
«Aujourd'hui, le Maroc est une plateforme de construction automobile, l'une des plus importantes de la Méditerranée. Le Royaume attire les constructeurs aéronautiques, possède la plus grande installation d'énergie solaire au monde et a lancé le premier TGV en Afrique, en plus du port de Tanger qui est le plus grand de la Méditerranée», a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.