Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street
Publié dans Libération le 23 - 07 - 2019

Le vote des conservateurs britanniques pour désigner le successeur de la Première ministre Theresa May devait s'achèver lundi, avant l'annonce le lendemain des résultats, une course au pouvoir dont l'excentrique et controversé Boris Johnson, champion des pro-Brexit, est le grandissime favori.
Boris Johnson, 55 ans, ex-maire de Londres, ancien ministre des Affaires étrangères, est opposé à Jeremy Hunt, 52 ans, l'actuel chef de la diplomatie britannique.
Sauf énorme surprise, la victoire ne devrait pas échapper à "BoJo", comme il est parfois surnommé, donné gagnant par les sondages comme par les bookmakers: selon une enquête d'opinion publiée par le blog conservateur Conservativehome, il raflerait 73% des suffrages.
C'est aux 160.000 membres du parti tory qu'il revient de départager les deux hommes. Les votes devaient être clos hier à 16H00 GMT, avant l'annonce des résultats mardi matin.
Le vainqueur sera désigné chef du Parti conservateur et se présentera mercredi devant la reine Elizabeth II, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.
Le futur Premier ministre aura alors la lourde responsabilité de réussir là où Theresa May a failli: mettre en oeuvre le Brexit, dans un pays toujours profondément divisé sur la question, trois ans après le référendum du 23 juin 2016.
Le futur chef du gouvernement devra aussi gérer un autre dossier brûlant: l'arraisonnement vendredi par l'Iran du Stena Impero, un pétrolier battant pavillon britannique, à l'origine de nouvelles tensions dans le Golfe.
Connu pour ses frasques et ses gaffes, Boris Johnson suscite une profonde inimitié chez les adversaires du Brexit, nombre d'entre eux considérant son ralliement à la sortie de l'UE, quelques mois avant le référendum de 2016, comme un moyen d'assouvir ses ambitions personnelles.
En témoignent les dizaines de milliers de personnes qui se sont réunies samedi dans les rues de Londres pour dire "Oui à l'Europe" et "Non à Boris".
Pour l'emporter, Boris Johnson joue la carte de sauveur du Brexit, prévu initialement le 29 mars mais repoussé au 31 octobre, et vante sa détermination, son "optimisme": "Là où il y a de la volonté, il y a une solution", déclare-t-il à l'envi.
Le Brexit, assure-t-il, aura lieu le 31 octobre, quitte à sortir sans accord ("no deal") si l'Union européenne refuse de rouvrir les négociations, comme elle l'a déjà fait savoir.
Reste que la perspective d'un divorce sans accord, redouté par les milieux économiques, ne fait pas non plus l'unanimité chez les conservateurs.
Dimanche, le ministre des Finances Philip Hammond a ainsi annoncé sur la BBC qu'il mettrait un point d'honneur à démissionner en cas de victoire de Boris Johnson.
"En supposant que Boris Johnson devienne le prochain Premier ministre, je comprends que ses conditions pour servir dans son gouvernement incluraient l'acceptation d'une sortie sans accord le 31 octobre, et ce n'est pas quelque chose à laquelle je pourrais jamais adhérer", a-t-il déclaré.
Le chancelier de l'Echiquier, partisan d'un Brexit en douceur, a souligné qu'il démissionnerait avant même qu'on lui demande de faire ses valises, ou que ses fonctions s'arrêtent de facto avec la fin du gouvernement de Theresa May.
S'il semblait de toute manière très improbable que Philip Hammond soit maintenu dans ses fonctions avec Boris Johnson à Downing Street, ses déclarations illustrent l'opposition que risque de rencontrer ce dernier dans les semaines à venir.
Quitter le club européen sans accord constituerait une "humiliation", a aussi estimé le ministre de la Justice David Gauke, annonçant également, dans le Sunday Times, qu'il démissionnerait si Boris Johnson arrive au pouvoir.
Pour le journal The Guardian, "la marche triomphale de Boris Johnson vers Downing Street" pourrait "être freinée par une série de démissions soigneusement planifiées de ministres de haut rang, qui se retireront sur les (bancs du Parlement), avec le voeu de contrecarrer tout mouvement vers un Brexit sans accord".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.