Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Ligue des champions: Le Bayern atomise La Lazio et Chelsea s'offre l'Atlético    Le Maroc et la Serbie, deux marchés prometteurs au potentiel énorme    Le prix du poisson et des huiles en hausse à fin janvier    Abdellatif Maâzouz : « Le retrait du Maroc de la liste grise de l'UE devrait renforcer l'intérêt des investisseurs »    Le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Astrazeneca    Météo: les villes où il va pleuvoir au Maroc à partir de jeudi    Face aux accusations du syndicat des avocats, la DGAPR répond    Insertion des jeunes par le sport : TIBU Maroc partage son expérience    Perturbations et lenteur: Maroc Telecom s'explique    Nouveau Hyundai Creta : encore plus audacieux    Economie : la longue marche vers le rétablissement    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    Le fiduciarisme face au sécularisme    La classe politique évoque « un non-événement »    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Multilinguisme entre défis et opportunités    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zarif, cheville ouvrière de l'accord sur le nucléaire iranien
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2019

Visage affable de la République islamique, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, visé par des sanctions américaines, a été l'artisan pour Téhéran de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.
Au lendemain de l'accord de Vienne, fruit d'années d'âpres négociations entre Téhéran et les grandes puissances, des milliers d'Iraniens descendus dans la rue scandaient le nom de Zarif.
Le diplomate en chef iranien était alors célébré pour son rôle dans l'accord du 14 juillet 2015, qui plaçait sous contrôle international strict le programme nucléaire iranien, en échange d'une levée des sanctions économiques.
Quatre ans plus tard, le pacte ne tient plus qu'à un fil depuis le retrait unilatéral de Washington en mai 2018, et M. Zarif est désormais soumis à des sanctions américaines.
Souriant, mais réputé comme un redoutable négociateur, M. Zarif, âgé de 59 ans, a passé une grande partie de sa vie aux Etats-Unis, ce qui le rend hautement suspect aux yeux des ultraconservateurs iraniens.
Ministre des Affaires étrangères depuis août 2013, il a consacré l'essentiel de son temps à la négociation de l'accord nucléaire. Durant les discussions marathons menées en Suisse, à Vienne ou à New York, il a rencontré à de multiples reprises son homologue américain de l'époque John Kerry, tissant des relations personnelles et cordiales avec le représentant du "grand Satan" américain.
Bête noire des ultraconservateurs iraniens --qui n'ont jamais accepté cet accord ni la politique de détente du président iranien Hassan Rohani vis-à-vis de l'Occident--, M. Zarif a vu les critiques de ses adversaires s'intensifier contre lui après la décision du président américain Donald Trump de quitter l'accord en mai 2018.
Titulaire d'un doctorat en droit international de l'Université de Denver (Ouest des Etats-Unis), M. Zarif connaît parfaitement la culture américaine.
Pour Hooman Majd, journaliste irano-américain auteur de plusieurs ouvrages sur l'Iran et qui a suivi les négociations nucléaires, il "est probablement le diplomate et le négociateur le plus doué de la République" islamique.
Elevé dans une famille religieuse à Téhéran, M. Zarif raconte dans ses mémoires, intitulés "Monsieur l'ambassadeur", n'avoir écouté aucune chanson "jusqu'à 15 ans".
Son engagement pour une République islamique remonte à son adolescence. A 16 ans, alors qu'il est menacé d'être arrêté par la police du Chah, ses parents l'envoient finir ses études secondaires à San Francisco, où il devient membre de l'Association islamique des étudiants.
Il y côtoie le frère d'Akbar Hachemi Rafsandjani, futur président de la République islamique (de 1989 à 1997) et d'autres responsables en devenir.
Dans ses mémoires, M. Zarif raconte qu'aux Etats-Unis, sa femme, "croyante et révolutionnaire", a refusé pendant dix ans dans les années 80 d'avoir une télévision à la maison pour éviter les mauvaises influences.
Mais plus tard, elle est devenue une adepte de Mohammad Esmail Dulabi, un mystique chiite dont l'enseignement l'a transformée en une "personne calme avec beaucoup de patience et de tolérance". "Cela a eu une grande influence sur notre famille", raconte M. Zarif, qui a deux enfants.
Soucieux de son apparence, bouc blanc bien taillé sur un visage rond, il porte toujours d'élégants costumes sombres sur des chemises claires à col Mao.
En 1980, après la rupture des relations diplomatiques entre l'Iran et les Etats-Unis provoquée par la prise d'otages à l'ambassade américaine à Téhéran, il est chargé de fermer le consulat d'Iran à San Francisco. Puis il étudie les relations internationales.
Parallèlement, il intègre la délégation iranienne à l'ONU où il devient ambassadeur, de 1989 à 1992 puis de 2002 à 2007. Entre ces deux affectations, il sera vice-ministre des Affaires étrangères pendant une décennie.
Limogé en 2007 par le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, il rejoint le Centre de recherches stratégiques dirigé par le réformateur Hassan Rohani, qui le fera ministre des Affaires étrangères après son élection en juin 2013.
Les deux hommes se connaissent bien: ils ont fait partie de l'équipe qui a négocié en 1988 un cessez-le-feu avec l'Irak, puis la libération d'otages américains au Liban en 1991.
En 2003, M. Zarif était ainsi avec M. Rohani, alors chef de l'équipe iranienne chargée de négocier sur le nucléaire, lorsque ce dernier a accepté de suspendre l'enrichissement d'uranium des sites nucléaires d'Iran avant que cette accord ne soit dénoncé en 2005 par M. Ahmadinejad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.