Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran se dit prêt à négocier si Washington lève ses sanctions
Publié dans Libération le 07 - 08 - 2019

L'Iran est prêt à négocier avec les Etats-Unis si ces derniers lèvent leurs sanctions contre Téhéran, a annoncé mardi le président iranien Hassan Rohani, dont le chef de la diplomatie a dit la veille avoir refusé une invitation à rencontrer Donald Trump.
"La République islamique d'Iran est en faveur des négociations et si les Etats-Unis veulent vraiment discuter, avant toute chose ils doivent lever l'ensemble des sanctions", a déclaré Hassan Rohani à la télévision, sans préciser sur quoi porteraient ces négociations.
Après s'être retiré en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015, Washington a rétabli une série de lourdes sanctions économiques contre Téhéran, accusé de déstabiliser la région.
Depuis lors, les tensions n'ont cessé d'augmenter entre les deux pays ennemis.
L'Iran s'est affranchi début juillet de certains engagements pris dans le cadre de l'accord et menace de poursuivre son désengagement graduel du pacte si les autres Etats parties (Royaume-Uni, Allemagne, France, Chine, Russie) ne l'aident pas à contourner les sanctions américaines, qui asphyxient son économie.
Mardi, le président iranien a affirmé que Téhéran était disposé à discuter, que les Etats-Unis soient ou non partie prenante à l'accord.
"Qu'ils veuillent intégrer ou non le JCPOA (sigle désignant l'accord, ndlr), c'est à eux de décider", a déclaré M. Rohani.
"S'ils veulent des discussions, ils doivent en préparer le chemin. Le chemin qui y mène passe par la repentance. Il n'y a pas d'autres voies", a encore affirmé M. Rohani, estimant que "la paix avec l'Iran est la mère de toutes les paix" et "la guerre avec l'Iran, la mère de toutes les guerres".
Le président s'exprimait depuis le ministère des Affaires étrangères à Téhéran, où il a rencontré le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif.
M. Zarif a confirmé lundi des informations selon lesquelles il avait refusé une invitation à rencontrer le président Trump, malgré des menaces de sanctions à son encontre.
Deux jours auparavant, le magazine américain The New Yorker avait rapporté que le sénateur américain Rand Paul avait joué, avec la bénédiction de M. Trump, le rôle d'intermédiaire auprès de M. Zarif pour l'inviter à la Maison Blanche.
Lors de leur entretien mi-juillet à New York, le sénateur aurait proposé à M. Zarif de venir présenter ses idées pour mettre fin à l'impasse sur le nucléaire à Donald Trump en personne, selon le magazine. La Maison Blanche n'avait pas commenté ces informations. "On m'a dit à New York que je serai la cible de sanctions dans deux semaines si je n'accepte pas cette offre qu'heureusement je n'ai pas acceptée", a dit vendredi M. Zarif.
Les sanctions contre M. Zarif, nouvelle étape dans la campagne américaine de "pression maximale" sur Téhéran, interviennent après celles ciblant en juin le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, ultime décideur dans les dossiers sensibles en Iran.
Depuis mai, la pression est encore montée entre Washington et Téhéran après des sabotages et attaques de navires dans le Golfe --imputées par les Etats-Unis à l'Iran, qui dément-- et la destruction d'un drone américain par l'Iran.
La destruction de ce drone, entré dans l'espace aérien iranien selon Téhéran, avait fait craindre un embrasement général. Donald Trump, qui a envoyé des soldats supplémentaires dans la région, avait affirmé avoir annulé à la dernière minute des frappes de représailles contre l'Iran.
"Si vous voulez la sécurité, si vos soldats veulent la sécurité dans la région, (alors acceptez) la sécurité en échange de la sécurité", a dit M. Rohani mardi. "Vous ne pouvez pas nuire à notre sécurité et ensuite vous attendre à ce que votre propre sécurité" soit préservée, a-t-il ajouté.
"La paix en échange de la paix, le pétrole en échange du pétrole", a poursuivi le président iranien, alors que les exportations de brut du pays ont plongé après le rétablissement des sanctions américaines.
Dans ce contexte de vive animosité, la saisie par l'Iran de trois pétroliers étrangers dans le Golfe en moins d'un mois a encore exacerbé les tensions.
Le deuxième arraisonnement, d'un navire suédois battant pavillon britannique, a eu lieu 15 jours après la saisie le 4 juillet du tanker iranien Grace 1 par les autorités britanniques au large de Gibraltar.
Le Grace 1 a été intercepté car il violait selon Londres les sanctions européennes en se dirigeant avec du pétrole vers la Syrie en guerre, ce que Téhéran dément.
"Il est impossible que le détroit d'Ormuz soit libre pour vous et que le détroit de Gibraltar ne le soit pas pour nous", a affirmé M. Rohani. "Un détroit en échange d'un détroit", a-t-il résumé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.