Alerte Météo : temps chaud le week-end dans plusieurs provinces du Maroc    Premier League: Manchester United renaît de ses cendres    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Serie A L'inter Milan accroché par Verone    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    Données personnelles : la CNDP renforce son arsenal de protection    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 115 nouveaux cas, 15.194 au total    25 ans déjà pour l'Université Al Akhawayn : 6.000 lauréats et un nouveau cap stratégique    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 10 juillet    L'Homme refuse d'être libre    Covid-19 : Privatisation, «dommage collatéral»    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Casablanca: elle se fait passer pour la femme d'un policier afin d'avoir son visa    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Fonds Innov Invest : Un plan d'urgence pour les start-up lancé    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Le nouvel ordre mondial post-Covid-19: Quel positionnement pour le Maroc?    La Covid-19 est sous contrôle, mais cela ne signifie pas que le virus a disparu    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le Maroc rouvre partiellement ses frontières    Débat en commission parlementaire sur le projet de loi relatif au ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Préparation des prochaines échéances électorales    Débat sur la réforme du Code électoral    Saad Dine El Otmani : Relance économique et vigilance sanitaire, maîtres-mots de la prochaine étape    Lamia Chakiri, directrice régionale de la santé à Marrakech-Safi : La pandémie nous a permis d'augmenter notre capacité litière et de renforcer nos équipements    City se balade, Wolverhampton s'égare    Formation pour l'obtention de la licence A CAF d'entraîneur    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Agadir se prépare pour relancer l'activité et accueillir les touristes nationaux    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Ecriture jubilatoire    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Ligue des champions : Le Cameroun toujours favori pour abriter les demi-finales et la finale    De nouveaux jalons pour l'écriture poétique proposés par Salah Boussrif    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen dépose un projet de résolution    Situation en Libye: le Maroc s'inquiète    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le WAC interjette appel en désespoir de cause L'EST championne sans l'avoir été
Publié dans Libération le 09 - 08 - 2019

Coup dur pour le WAC. La Commission de discipline au sein de la CAF (Confédération africaine de football) a rendu, mercredi, son verdict concernant l'affaire de la finale retour de la Ligue des champions entre l'Espérance de Tunis et le Wydad de Casablanca.
Ladite commission a pris plus d'un de court, en annonçant le club tunisois vainqueur de la Ligue des champions, édition 2019, déclarant par la même le WAC perdant par forfait. Alors que si l'on se tient à l'argument du forfait, le règlement est des plus clairs, puisque la sanction ne devrait pas se limiter à la perte du match sur tapis vert mais elle doit aussi porter sur une suspension de la compétition continentale durant deux ans pour le Wydad.
A défaut d'une application correcte du règlement, la Commission de discipline de la CAF suit une logique propre à elle, et ce n'est pas une première. Il y a lieu de rappeler le cas du fameux arbitre égyptien Guereicha qui a « brillé » par ses bévues lors de la finale aller à Rabat entre le WAC et l'EST, écopant par la suite d'une sanction de six mois et qui, à la surprise générale, se trouve « gracié » sans qu'il y ait le moindre communiqué de la CAF dans ce sens. Le bouquet, c'est que le bonhomme a été retenu pour officier lors des débats du match de classement de la dernière CAN entre la Tunisie et le Nigeria.
Outre la décision injuste de perdre la finale, le WAC s'est vu infliger «une amende de 50.000 dollars pour abandon du match et une autre de 15.000 dollars pour utilisation de fumigènes par ses supporteurs», rapporte le communiqué de la CAF. Quant à l'EST, d'après la même source, elle « a été sanctionnée de 50.000 dollars pour usage de fumigènes, de deux matches à huis clos avec sursis». Alors que le président du club de l'Espérance, Mohamed Meddeb, qui a manqué de respect au président de la CAF Ahmad Ahmad ne devra s'acquitter que de 20.000 dollars, comme si de rien n'était.
Le WAC a toutes les raisons du monde de voir rouge, parce que tout simplement, on lui a volé un titre. Sauf que ce feuilleton, aussi navet soit-il, ne devrait pas connaître de sitôt son dernier épisode. Le Wydad, dans son droit le plus légitime, va interjeter appel devant la CAF, voire saisir de nouveau le Tribunal arbitral du sport.
Le WAC ne compte donc pas s'arrêter à mi-chemin et en allant jusqu'au bout, même en perdant cette affaire, il aura réussi à faire rappeler aux Espérantistes qu'il s'agit là d'une consécration au goût insipide. Le WAC aura surtout le mérite de dévoiler devant tout le monde les mic-macs d'une équipe phare du football tunisien, d'une EST qui, pas plus tard, que lors de la finale de la précédente édition de la C1, avait eu recours au même subterfuge : absence de VAR et une Ligue des champions dans la poche au détriment du National du Caire.
Il convient de rappeler que ce dossier a atterri chez la Commission de discipline de la CAF sur décision du TAS qui avait déclaré que le Comité exécutif de la Confédération africaine de football n'était pas habilité à se prononcer sur le sort de la finale retour.
Le Comité exécutif, réuni le 5 juin dernier à Paris, avait demandé à ce que le match entre l'EST et le WAC soit rejoué sur terrain neutre, tout en tenant compte du résultat de la finale aller, disputée à Rabat et sanctionnée par une issue de parité, un partout.
La finale retour a été, elle, des plus rocambolesques marquée par un arbitrage maison du Gambien Bakary Gassama, auquel s'est ajouté un VAR défaillant ou absent. Mené au score, le WAC était parvenu à remettre les pendules à l'heure sur une réalisation de Walid El Karti, refusée pour un hors-jeu inexistant. Le WAC avait demandé le recours à la vidéo et c'est là où la supercherie a éclaté avec cette histoire de pièce manquante du VAR qui devait arriver au stade de Radès en plein match. Du grand n'importe quoi qui débouche sur un champion d'Afrique de la honte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.