La Commission de l'UA appelée à jouer un rôle dans le renforcement de l' efficacité du Processus intergouvernemental    La Kafala, objet d' une circulaire du procureur général    Nasser Bourita s'entretient avec Olivér Várhelyi    600 infractions à la réglementation sur les produits alimentaires constatées durant Châabane    L'activité portuaire poursuit sa tendance baissière à fin mars    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    L'Egypte réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Le Kremlin juge " positif" que Biden, comme Poutine, souhaite renforcer le dialogue    La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet    L'efficacité des vaccins chinois remise en question    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    "Raya " , "Godzilla vs Kong " : les sorties directes sur petit écran se multiplient    Jeux Olympiques de Tokyo / Football : Tirage des groupes le 21 avril    Real Madrid: clap de fin pour Sergio Ramos    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Maroc/Covid-19 : 7 décès et 587 nouvelles contaminations en 24h    Intempéries: Khouribga sous l'eau (PHOTOS)    Coupe de la CAF : Le Raja en Tanzanie sans ses cadres    Il n'y a pas que la Covid-19, Aubameyang hospitalisé à cause de la malaria    Ramadan 2021 : 2M s'accapare 45% de l'audience télévisuelle en prime time    Quant Ali Aarass fournissait des armes à feu au mouvement des moudjahidines du Maroc    Tanger: un centre affilié au ministère des Habous vandalisé    Al Hoceima : un jeune homme rompt son jeûne en public    Barça: l'offre de Laporta à Messi    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    Le roi Mohammed VI écrit à la reine du Danemark    Maroc : Africa Business School lance à nouveau le mastère spécialisé en action publique    Botola Pro : Le WAC tenu en échec par le MCO    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    La BVC débute en hausse    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 13 nouveaux pays    Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec treize nouveaux pays    Généralisation de la protection sociale : Les réactions des agriculteurs (reportage)    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/36619424-32634805.jpg?v=1566386174" alt="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" title="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/36619424-32634805.jpg?v=1566386385" alt="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" title="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" width="708" /
Giuseppe Conte - un avocat inconnu propulsé l'an dernier à la tête d'un gouvernement populiste italien par ses deux hommes forts - a annoncé mardi avec force sa démission tout en s'en prenant au chef de La Ligue Matteo Salvini.
Dans un discours clef au Sénat ressemblant à un "règlement de comptes", le très discret professeur d'université a qualifié "d'irresponsable" son ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre qui a fait voler en éclats la coalition au pouvoir le 8 août.
Il a poursuivi "ses propres intérêts et ceux de son parti", a fait "courir de graves risques à notre pays", a attaqué Giuseppe Conte. "Faire voter les citoyens est l'essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable", a-t-il assené.
Juste avant ce discours, Luigi Di Maio, son autre vice-Premier ministre et chef du Mouvement cinq étoiles (anti-système), lui avait lancé un hommage marqué dans une lettre ouverte: "Tu es une perle rare, un serviteur de la Nation que l'Italie ne peut pas perdre".
Le dirigeant de 55 ans avait habitué les Italiens à un langage terne et ampoulé, mais il s'est montré plus incisif depuis le début de la crise. Il avait surpris en attaquant M. Salvini la semaine dernière dans une lettre ouverte sur sa "focalisation obsessionnelle" sur le thème de l'immigration.
Avant le coup de théâtre au Sénat, des manifestants ont déployé une banderole "Conte, l'Italie t'aime" en hommage à un Premier ministre passé en 12 jours du statut de "Monsieur Nobody à Mister Conte", selon la formule de l'ancien journaliste politique Aldo Garzia.
Proche du Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système), après avoir voté toute sa vie à gauche, il avait été présenté avant les élections législatives comme leur possible ministre de la Fonction publique.
C'est finalement à la tête du gouvernement qu'il avait été propulsé, quasiment du jour au lendemain.
Parti un matin pour donner ses cours à l'université de Florence, il avait prêté serment le lendemain et représentait l'Italie à la table du G7 au Canada une semaine plus tard.
Un tout nouvel univers pour cet homme né en 1964 à Volturara Appula, un village de 500 habitants dans les Pouilles (sud de l'Italie), qui a grandi auprès d'un père secrétaire communal et d'une mère maîtresse d'école à San Giovanni Rotondo, la ville de Padre Pio, le saint le plus révéré d'Italie.
A sa nomination, il s'était présenté comme "l'avocat du peuple", mais il a rarement eu l'occasion de plaider.
En février, une caméra indiscrète avait surpris une conversation privée en marge des discussions de Davos dans laquelle il expliquait à la chancelière allemande Angela Merkel son désarroi face au peu d'espace que Matteo Salvini, vice-Premier ministre, laissait à ses alliés, dont l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maïo, le chef de file du Mouvement 5 Etoiles.
"Ma force c'est que quand je dis +maintenant on arrête+, ils ne se battent pas", avait-il cependant assuré à Angela Merkel.
Avec la campagne pour les européennes de mai, et le renversement du rapport de force qui en a découlé entre la Ligue et le M5S, le fossé s'est creusé entre les deux alliés.
Giuseppe Conte a bien tenté parfois de s'imposer, prenant à son compte les discussions avec Bruxelles, exigeant la démission d'un sous-secrétaire d'Etat de la Ligue soupçonné de corruption, ou mettant fin tout récemment à la polémique sur le projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin que les M5S refusent.
L'homme à la mise toujours impeccable a toujours affirmé que ce poste serait son unique incursion dans la vie politique et qu'il reprendrait sa vie professionnelle.
Reste que son nom se murmure pour le poste de commissaire européen italien, qui constituerait une prestigieuse porte de sortie pour cet avocat.
Lui qui a fait de brillantes études de droit à la Villa Nazareth, une université catholique pour étudiants défavorisés à Rome, a enseigné le droit privé en Sardaigne, à Rome, à Florence et à Malte.
Il a aussi été membre du Conseil d'administration de l'Agence spatiale italienne, consultant juridique de la Chambre de commerce de Rome et membre du comité de surveillance de plusieurs compagnies d'assurances en faillite.
Séparé de son épouse, il a un fils de 11 ans avec lequel il partage une passion pour le football.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.