Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/36619424-32634805.jpg?v=1566386174" alt="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" title="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/36619424-32634805.jpg?v=1566386385" alt="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" title="Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière" width="708" /
Giuseppe Conte - un avocat inconnu propulsé l'an dernier à la tête d'un gouvernement populiste italien par ses deux hommes forts - a annoncé mardi avec force sa démission tout en s'en prenant au chef de La Ligue Matteo Salvini.
Dans un discours clef au Sénat ressemblant à un "règlement de comptes", le très discret professeur d'université a qualifié "d'irresponsable" son ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre qui a fait voler en éclats la coalition au pouvoir le 8 août.
Il a poursuivi "ses propres intérêts et ceux de son parti", a fait "courir de graves risques à notre pays", a attaqué Giuseppe Conte. "Faire voter les citoyens est l'essence de la démocratie mais leur demander de voter tous les ans est irresponsable", a-t-il assené.
Juste avant ce discours, Luigi Di Maio, son autre vice-Premier ministre et chef du Mouvement cinq étoiles (anti-système), lui avait lancé un hommage marqué dans une lettre ouverte: "Tu es une perle rare, un serviteur de la Nation que l'Italie ne peut pas perdre".
Le dirigeant de 55 ans avait habitué les Italiens à un langage terne et ampoulé, mais il s'est montré plus incisif depuis le début de la crise. Il avait surpris en attaquant M. Salvini la semaine dernière dans une lettre ouverte sur sa "focalisation obsessionnelle" sur le thème de l'immigration.
Avant le coup de théâtre au Sénat, des manifestants ont déployé une banderole "Conte, l'Italie t'aime" en hommage à un Premier ministre passé en 12 jours du statut de "Monsieur Nobody à Mister Conte", selon la formule de l'ancien journaliste politique Aldo Garzia.
Proche du Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système), après avoir voté toute sa vie à gauche, il avait été présenté avant les élections législatives comme leur possible ministre de la Fonction publique.
C'est finalement à la tête du gouvernement qu'il avait été propulsé, quasiment du jour au lendemain.
Parti un matin pour donner ses cours à l'université de Florence, il avait prêté serment le lendemain et représentait l'Italie à la table du G7 au Canada une semaine plus tard.
Un tout nouvel univers pour cet homme né en 1964 à Volturara Appula, un village de 500 habitants dans les Pouilles (sud de l'Italie), qui a grandi auprès d'un père secrétaire communal et d'une mère maîtresse d'école à San Giovanni Rotondo, la ville de Padre Pio, le saint le plus révéré d'Italie.
A sa nomination, il s'était présenté comme "l'avocat du peuple", mais il a rarement eu l'occasion de plaider.
En février, une caméra indiscrète avait surpris une conversation privée en marge des discussions de Davos dans laquelle il expliquait à la chancelière allemande Angela Merkel son désarroi face au peu d'espace que Matteo Salvini, vice-Premier ministre, laissait à ses alliés, dont l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maïo, le chef de file du Mouvement 5 Etoiles.
"Ma force c'est que quand je dis +maintenant on arrête+, ils ne se battent pas", avait-il cependant assuré à Angela Merkel.
Avec la campagne pour les européennes de mai, et le renversement du rapport de force qui en a découlé entre la Ligue et le M5S, le fossé s'est creusé entre les deux alliés.
Giuseppe Conte a bien tenté parfois de s'imposer, prenant à son compte les discussions avec Bruxelles, exigeant la démission d'un sous-secrétaire d'Etat de la Ligue soupçonné de corruption, ou mettant fin tout récemment à la polémique sur le projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin que les M5S refusent.
L'homme à la mise toujours impeccable a toujours affirmé que ce poste serait son unique incursion dans la vie politique et qu'il reprendrait sa vie professionnelle.
Reste que son nom se murmure pour le poste de commissaire européen italien, qui constituerait une prestigieuse porte de sortie pour cet avocat.
Lui qui a fait de brillantes études de droit à la Villa Nazareth, une université catholique pour étudiants défavorisés à Rome, a enseigné le droit privé en Sardaigne, à Rome, à Florence et à Malte.
Il a aussi été membre du Conseil d'administration de l'Agence spatiale italienne, consultant juridique de la Chambre de commerce de Rome et membre du comité de surveillance de plusieurs compagnies d'assurances en faillite.
Séparé de son épouse, il a un fils de 11 ans avec lequel il partage une passion pour le football.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.