Reprise de l'activité des cafés et restaurants    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Le tabagisme tue!    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    Est-ce que la Bourse sur-anticipe la reprise?    Un exercice difficile dans des conditions difficiles    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Le parcours original du grand combattant    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    CGEM: Les pertes des industries culturelles et créatives estimées à 2 milliards de dirhams    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Le chef du gouvernement entame ses concertations avec les partis politiques représentés au Parlement    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe
Publié dans Libération le 23 - 08 - 2019

C'est dans les rues étroites de l'ancienne médina de la ville de Larache, que réside Abdelhamid Azzubair, calligraphe, sculpteur, peintre et écologiste. Cet artiste éclectique qui ne cesse de se découvrir et de faire découvrir son univers, incarne les qualités inhérentes des artistes authentiques, à savoir la passion, l'hospitalité et la générosité. Reçue dans son atelier avec un sourire franc qui trahit sa timidité, Abdelhamid confie à la MAP que ce lieu a été longtemps un dépotoir avant qu'il ne lui redonne vie en le transformant en espace vert où on retrouve objets recyclés et une variété de plantes. Son atelier comprend également des pots remplis de porte-plumes, de calames, des roseaux taillés pour l'écriture, des matériaux de sculpture, d'autres sculptures construites avec des objets récupérés, ainsi que des tableaux. Originaire de la ville de Larache, la soixantaine passée, Abdelhamid a puisé ses sources d'inspiration des grands hommes de la littérature marocaine et arabe, tels que Mohamed Bennis, Mahmoud Darwich, Ahmed Bel Badaoui ou encore Abdellatif Laabi. Même s'il a quitté les bancs de l'école sans décrocher son baccalauréat, cet artiste n'a pas coupé le cordon avec la lecture. "Je rentrais toujours à la maison avec plusieurs journaux et livres dans la main et ma mère me demandait souvent ce que j'allais faire avec des bouts de papiers", se remémore Abdelhamid, un brin sarcastique. Ce sont justement ces "bouts de papiers" qui ont fait redécouvrir à cet artiste la calligraphie. Au début des années 80, le sculpteur se rappelle du "mouvement" initié par Mohamed Bennis en publiant des recueils poétiques en calligraphie marocaine. Les temps passés à l'école coranique ont refait surface dans sa mémoire. Aussi, "je me rappelle l'écriture remarquable de mon père qui me signait mes cahiers d'écoles", dit-il avec un brio dans les yeux mêlé au ton mélancolique de sa voix d'un Larachien pur jus. Passionné par ce moyen d'expression, cet artiste redonne vie aux poésies arabe et marocaine à partir de mouvements précis.
Il assoit l'encre sur une feuille, à l'aide d'un kalam de bambou. Entre gestuelle artistique et textualisée, cet héritage fondateur de l'art islamique rappelle la place primordiale qu'occupait l'écriture dans la religion musulmane. La calligraphie arabe est originellement dédiée à délivrer le message du divin. On retrouve dans ses œuvres et tableaux des motifs arabo-mauresques, la calligraphie est illustrée dans plusieurs représentations artistiques et notamment en peinture. Avec des formes variées, des traits vifs et des courbes prononcées, Abdelhamid n'en finit pas de s'inspirer des grands poètes arabes. "Les gens associent souvent la calligraphie au Coran, on ne demande souvent lors de mes expositions si le contenu dans mon oeuvre est un verset coranique", a révélé Abdelhamid. Cette passion qu'il exerça avec amour sans chercher à en tirer un quelconque profit matériel, lui a valu plusieurs expositions. Ses oeuvres ont voyagé jusqu'au Guatemala. A l'ère du numérique où l'écriture est en perte de vitesse, Abdelhamid Azzubair, ce père et mari dévoué, continue à graver ses mots, comme un acte de résistance face à la déferlante numérique. Aujourd'hui, "tout le monde est connecté à son smartphone ou sa tablette", déplore-t-il. La calligraphie devenant moins attrayante, Abdelhamid se donne pour mission de la promouvoir, à travers notamment des ateliers organisés à Larache pour faire découvrir aux plus petits et jeunes cet art ancestral. Pour cet artiste accompli, un peuple ne peut se "mondialiser" sans préserver ses spécificités. C'est pour cette raison qu'il est convaincu que le premier pas pour conserver notre héritage commence tout d'abord par inculquer aux enfants les arts qui ont fondé notre identité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.