La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La montée des tensions commerciales pèse lourdement sur l'économie mondiale
Publié dans Libération le 24 - 08 - 2019

et explique en partie les récentes révisions à la baisse des prévisions de croissance pour 2019-2020, révèle mercredi une analyse du Fonds monétaire international (FMI).
"Face à une croissance molle et à une inflation inférieure aux objectifs, de nombreuses économies avancées et émergentes ont assoupli de manière appropriée leur politique monétaire, ce qui a toutefois suscité des inquiétudes quant à la politique dite du "chacun pour soi" et aux craintes d'une guerre des devises", peut-on lire dans cette analyse publiée sous forme de blog mercredi sur le site du FMI.
"L'assouplissement monétaire peut aider à stimuler la demande intérieure, ce qui profite à d'autres pays en augmentant la demande de leurs produits", relève le FMI, notant toutefois que "l'inquiétude, c'est que l'assouplissement monétaire affaiblit également le taux de change d'un pays, rend les exportations plus compétitives et réduit la demande d'importations d'autres pays à mesure qu'elles deviennent plus chères, un phénomène connu sous le nom de transfert des dépenses".
"L'espace monétaire conventionnel étant limité pour certaines économies avancées, ce canal d'assouplissement monétaire a fait l'objet d'une attention considérable", indique-t-on.
"Mais il ne faut pas trop insister sur le fait qu'un assouplissement de la politique monétaire peut affaiblir suffisamment la monnaie d'un pays pour permettre une amélioration durable de sa balance commerciale grâce au changement de dépenses", préviennent les experts de l'institution de Bretton Woods.
Evoquant la guerre commerciale entre Washington et Pékin, rapporte la MAP, le FMI explique qu'"on pourrait penser que l'impact du renchérissement des droits de douane sur les importations en provenance de Chine serait compensé par le raffermissement du dollar, car à mesure que la devise américaine se raffermit, les produits chinois devraient devenir meilleur marché".
"Mais en réalité, note-t-on, les importateurs et les consommateurs américains supportent le fardeau des droits de douane. La raison: le raffermissement de la devise américaine a eu jusqu'à présent un impact minimal sur les prix en dollars que les exportateurs chinois perçoivent en raison de la facturation en dollars.
"De plus, des droits de douane bilatéraux plus élevés ne réduiront probablement pas les déséquilibres commerciaux globaux, car ils détournent principalement les échanges commerciaux vers d'autres pays", avertissent les auteurs du blog.
Au lieu de cela, préviennent-ils, "ils risquent de nuire à la croissance nationale et mondiale en sapant la confiance et les investissements des entreprises et en perturbant les chaînes d'approvisionnement mondiales, tout en augmentant les coûts pour les producteurs et les consommateurs".
"Les pays déficitaires et excédentaires doivent s'attaquer aux sources structurelles de déséquilibres macroéconomiques plutôt que d'adopter des mesures inefficaces, voire contre-productives, telles que les droits de douane", estime le FMI.
L'institution monétaire recommande ainsi aux pays déficitaires, comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, de réduire leurs déficits budgétaires sans sacrifier la croissance et renforcer la compétitivité de leurs industries d'exportation, proposant notamment d'investir davantage dans les compétences des travailleurs et encourager l'épargne des personnes âgées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.