Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tous à l'assaut de la nouvelle Juventus
Publié dans Libération le 24 - 08 - 2019

Gagner, comme toujours, mais aussi séduire: après huit titres consécutifs de championne d'Italie, la Juventus poursuivra à partir de samedi un double objectif sportif et esthétique sous les ordres de Maurizio Sarri et face à des rivaux sérieusement renforcés, Inter Milan et Naples en tête.
Nommé en remplacement de Massimiliano Allegri, parti sur l'extraordinaire bilan de cinq scudetti et quatre Coupes d'Italie en cinq ans, Sarri, qui risque de ne pas être sur le banc samedi à Parme pour le match inaugural de la saison à cause d'une pneumonie, sait pourquoi il a été choisi.
Il doit gagner, ce qui a toujours été à la fois le minimum et l'essentiel à la Juve, et offrir un football un peu plus agréable à l'oeil que celui du très pragmatique Allegri.
Mais son année londonienne, couronnée d'une Ligue Europa avec Chelsea, n'a pas fait oublier ses trois saisons à Naples, où il pestait régulièrement contre les avantages réels ou supposés dont aurait bénéficié la Juve.
Il n'a donc pas été accueilli sous les vivats par les tifosi bianconeri, qui ne lui pardonneront pas grand-chose et certainement pas de ne pas ajouter un nouveau titre sur la route des dix à la suite.
Sur la scène européenne, le succès est bien sûr plus aléatoire. Mais la Ligue des champions reste un autre objectif de poids de la "Vieille Dame", dont l'effectif a encore été renforcé, avec les arrivées de Rabiot, Ramsey et du très convoité De Ligt, un an après celle de Cristiano Ronaldo.
Derrière, les couteaux sont affûtés, au cas où la quête du beau compliquerait celle des trois points côté turinois - Sarri a déjà prévenu qu'il faudrait du temps aux siens pour apprendre à défendre plus haut et en avançant - et offrirait une opportunité. Le plus remuant des prétendants est l'Inter Milan, appuyé sur la surface financière considérable de ses propriétaires chinois et qui a confié l'équipe à Antonio Conte, l'homme des trois premiers titres de l'octuplé juventino.
Comme Sarri, Conte est de retour de Chelsea, où les deux Italiens ont gagné sans réussir à se faire aimer. Avec Carlo Ancelotti à Naples depuis l'été dernier, la Serie A retrouve donc un trio de techniciens de tout premier plan.
Pour contester la suprématie turinoise, Conte a beaucoup demandé et beaucoup obtenu, à commencer par le recrutement de Lukaku, le puissant avant-centre belge, arrivé de Manchester United pour plus de 65 millions d'euros.
L'Inter a aussi misé sur Godin (Atletico Madrid) ou sur les jeunes et très prometteurs Italiens Sensi (Sassuolo) et Barella (Cagliari) et espère Alexis Sanchez à défaut de Dzeko, qui a préféré prolonger à l'AS Rome. Mais Conte a aussi validé le départ de certains cadres comme Nainggolan ou Perisic et le conflit entre le club et son ancien capitaine Icardi n'est pas soldé et fait figure de potentielle bombe à retardement.
Du coup, pour le sélectionneur italien Roberto Mancini, la Juventus garde un coup d'avance. "Dans l'absolu, la Juve est la plus forte. Il ne faut pas oublier qu'elle gagne depuis huit ans et qu'elle s'est encore renforcée", a-t-il estimé lundi dans la Gazzetta dello Sport.
"Et Naples me semble dangereux. Ils ont les mêmes joueurs, habitués à évoluer ensemble depuis maintenant des années. Alors que l'Inter a changé quatre ou cinq titulaires et a perdu des éléments importants (...) Pour l'instant, je dis Juve, Naples, Inter", a ajouté l'ancien coach de... l'Inter.
Naples en effet s'est discrètement consolidé, avec Manolas en défense et le dribbleur mexicain Lozano, dont la signature devrait être officielle jeudi.
Un cran au-dessous de ces trois gros morceaux, la lutte pour la 4e place, la dernière à envoyer en Ligue des champions, sera terrible, avec au moins six candidats: l'Atalanta Bergame, l'AC Milan, les deux clubs de la capitale, Lazio et Roma, qui s'affrontent dès la 2e journée, le Torino et même la Fiorentina, qui a obtenu la palme du transfert le plus excitant de l'été avec la signature de Ribéry.
Beaucoup plus loin a priori, Balotelli, en quête d'une place à l'Euro, cherchera de son côté à maintenir Brescia en Serie A et à distance les insultes racistes dont il a souvent été la cible dans son pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.