Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables
Publié dans Libération le 18 - 09 - 2019

Les recettes fiscales provenant de certains impôts, notamment de l'impôt sur les sociétés (IS), présentent un risque à cause de leur concentration sur un nombre restreint de contribuables, indique la Cour des comptes dans son rapport annuel au titre de l'année 2018.
Ce risque pèse, d'ailleurs, sur l'ensemble des recettes fiscales, en raison de l'importance de sa part dans les ressources globales, précise la Cour des comptes, faisant remarquer que la moitié du produit de l'IS a été payée, au titre de l'année 2017, par seulement 74 contribuables, soit moins de 2‰ des assujettis à cet impôt.
De même, poursuit la même source, 75% du produit de ce même impôt ont été versés par seulement 654 contribuables et 80% par 1.069 contribuables, alors que le nombre d'entités soumises à l'IS, ayant au moins déposé une déclaration pendant les quatre dernières années, est de 338.579, rapporte la MAP.
En matière d'impôt sur le revenu (IR), le rapport, relayant les données de la Direction générale des impôts (DGI), fait savoir que 70% des entreprises, soumises au régime du bénéfice réel, se déclarent structurellement déficitaires, soulignant que ces entreprises constituent un potentiel qui pourrait être exploité par l'Administration fiscale pour l'amélioration des recettes fiscales.
"Par ailleurs, malgré les efforts consentis par l'Administration en matière de maîtrise de l'assiette fiscale, cette dernière pâtit encore d'insuffisances et de dysfonctionnements dont le plus important est celui de la non mise en œuvre de mécanismes adéquats pour appréhender le secteur informel", relève le document.
En outre, le rapport juge "insuffisante" la visibilité sur l'effort de recouvrement des recettes fiscales, notant que les chiffres relatifs aux recettes collectées au titre de certains impôts figurent dans la loi de Finances et dans l'ensemble des situations, états et statistiques du MEF en montants nets, déduction faite des recettes affectées aux collectivités territoriales (TVA, IS et IR).
Selon la Cour des comptes, cette présentation ne contribue pas à la transparence et à la lisibilité des données budgétaires et ne permet pas, non plus, de renseigner sur le poids réel des évolutions enregistrées au niveau des impôts concernés ainsi que sur le niveau de la pression fiscale, notant que l'écart entre les recettes brutes et les recettes nettes est de l'ordre de 27 MMDH, soit 13,5% des recettes fiscales enregistrées en 2017.
S'agissant des recettes provenant des établissements et entreprises publics (EEP), le rapport fait état d'une légère baisse en 2017 par rapport à une année auparavant, due au ralentissement des versements de certains principaux contributeurs pour des raisons conjoncturelles, mettant en exergue le risque lié à la concentration des recettes sur un nombre limité d'entreprises.
D'après le rapport, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) n'a pas contribué, pour la deuxième année consécutive, aux recettes non fiscales, ainsi que l'OCP ayant connu une baisse des dividendes remontés puisqu'il n'a versé que 1,3 MMDH en 2017 contre 2 MMDH en 2016.
"Le ralentissement des versements des EEP a engendré une baisse, par rapport à l'année précédente, de l'ordre de 1 MMDH, soit 12,5% du montant total des recettes provenant de ces organismes", souligne la même source.
Et de signaler que les recettes ordinaires du Budget général de l'Etat se sont élevées à 229,886 MMDH en 2017, dont 200,535 MMDH de recettes fiscales nettes (+6,1% par rapport à 2016), 25,809 MMDH (-0,03% par rapport à 2016) de recettes non fiscales et 3,542 MMDH de recettes revenant à certains comptes spéciaux du Trésor (CST), notamment le fonds spécial routier et le fonds de soutien des prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.