Coupure d'électricité à Casablanca: 80% des clients rétablis selon Lydec    Produits finis: Le droit d'importation passerait à 40%    Transformation digitale documentaire: CaptureDoc s'implante au Maroc    Terrorisme: Une cellule liée à un combattant marocain démantelée à Barcelone    France: Nadia Hai, d'origine marocaine, nommée ministre délégué à la Ville    Covid19: 123 nouveaux cas au Maroc, ce mercredi à 10h00    Les plages où il fait bon se baigner cet été    Confinement et enseignement à distance L'Université Mohammed V de Rabat évalue l'impact    Driss Lachguar lors d'une réunion avec les membres du Conseil national de l'USFP issus de la région de Rabat-Salé-Kénitra    Driss Lachguar se réunit avec les membres du Front national pour la sauvegarde de la Samir    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Réunion du Bureau politique    Le stress test de BAM confirme la résilience des banques au choc induit par la crise liée à la pandémie    BAD : l'Algérie, 3ème économie la plus touchée par la récession en Afrique    Sahara marocain: un expert péruvien n'a pas été tendre avec l'Algérie    Les grossistes anticipent une baisse des effectifs employés    La contamination bat son plein : A qui la faute ?    Pour Tom Hanks, son nouveau film de guerre peut servir de leçon face au coronavirus    "Des peurs et des hommes, sous l'influence du covid-19", nouvel essai qui identifie les réponses psychologiques face à la pandémie    Une série d'activité culturelle et artistique à Assilah    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    45.309 MRE rejoignent leurs pays de résidence    Zouhair Feddal tout proche du Sporting Lisbonne    Chelsea chasse Leicester du podium    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    Avocat : voici le nouveau projet de loi encadrant la profession [Document]    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Météo : temps généralement stable avec ciel peu nuageux à clair, ce 8 juillet    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2019

Le cinéma marocain a besoin d'une véritable industrie cinématographique, a indiqué, mardi à Salé, l'actrice marocaine Mouna Fettou. Lors d'une conférence de presse tenue en marge de la 13ème édition du Festival international du film de femmes (FIFFS), Mme Fettou a souligné que le cinéma marocain est toujours en quête d'une véritable industrie, rappelant que seule la diffusion d'une culture cinématographique aux ramifications multiples permettra l'essor de cette industrie.
Mouna Fettou, invitée d'honneur de cette édition, a également exprimé sa fierté à l'égard de cet hommage rendu à sa personne, y voyant une reconnaissance et une incitation à la responsabilisation de l'artiste pour hisser le niveau de la production cinématographique au Royaume et «une étape cruciale dans sa carrière pour être au fait de cette lourde responsabilité».
Ainsi, l'héroïne du film, "A la recherche du mari de ma femme", chef-d'œuvre du cinéma marocain, ayant côtoyé d'éminents réalisateurs marocains et étrangers et remporté de nombreux prix dans différents festivals, a avoué espérer jouer davantage de rôles porteurs de message, relevant, toutefois, qu'elle essaie de diversifier ses personnages afin d'éviter de sombrer dans des rôles purement typiques.
Pour ce qui est de ses nouvelles, Mme Fettou a assuré qu'elle travaille, désormais, sur un nouveau projet de film avec le réalisateur Faouzi Bensaid, émettant son souhait de se présenter sur la scène cinémato- graphique marocaine sous de nouvelles couleurs "en interprétant des rôles et personnages au niveau des aspirations de mon public".
Pour sa part, la costumière et styliste sénégalaise, Oumou Sy, également invitée d'honneur de cette édition, a souligné sa volonté permanente de vouloir réunir dans ses travaux la culture et les caractéristiques africaines à chaque fois en y introduisant de nombreux détails et composantes de la vie africaine, sans pour autant perdre de vue ses origines, soulignant qu'elle s'inspire des coutumes, de l'imagination et des terres du continent africain.
La créatrice, qui a laissé une empreinte dans le domaine du cinéma et du théâtre en Afrique et qui emboîte le pas aux grands créateurs internationaux, a précisé avoir rencontré plusieurs difficultés dans son enfance, notamment en raison de son décrochage scolaire, lequel a constitué un défi de taille pour elle, pour baliser le chemin à la lutte contre l'analphabétisme et ouvrir ainsi la voie à l'apprentissage et à la formation personnelle dans la couture et la mode.
De son côté, l'écrivaine Aïcha El Basri, auteure du livre "Al Hayat min douni" (La vie sans moi), qui traite du phénomène du viol pendant les conflits, a souligné que son livre retrace bien l'histoire triste des femmes violées pendant les guerres et conflits, ajoutant qu'il s'agit d'une histoire du passé qui condamne la violence à l'égard des femmes et qui appelle en même temps à la protection effective des femmes dans les zones d'hostilités.
Elle a souligné que son expérience poétique et narrative exprime son inquiétude face au statut juridique des femmes dans la société, soulignant que ce roman traite d'une thématique inédite, "et peut-être d'un angle tout nouveau, ce dernier appréhende le viol comme l'un des aspects peu visibles dans les conflits armés voire inconnus ou négligés par les écrivains en raison de la difficulté des femmes violées à révéler la vérité de leur souffrance.
Il est enfin à rappeler que l'événement fort de cette édition se manifeste dans les efforts du Festival international du film de femmes pour s'ouvrir sur son environnement intellectuel culturel.
Ce dernier a adhéré au plan d'action initié par l'UNESCO pour l'égalité des femmes, la parité entre femme et homme et le soutien de la liberté d'expérience et la diversité des expériences culturelles, dans tous les pays de la région MENA, y compris les pays arabes concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.