Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2019

Généralement naviguant entre l'eau de mer et l'eau douce, plusieurs centaines de poissons mulets ont cette fois-ci été incapables de regagner l'océan, là où ils ont pour habitude de se reproduire tout au long de l'année. Après avoir remonté les eaux douces de l'Oued Massa, ces spécimens, principalement des mulets « lippu », ont vu leur périple s'arrêter bien en amont des côtes atlantiques où ils sont abondants. Les habitants du douar Amlalane, au sud d'Agadir, ont découvert des centaines de mulets appelés aussi muges, sans vie, flottant sur la surface. Une situation lugubre mais pas inhabituelle.
D'après un communiqué émanant de l'Association Paysages pour l'environnement et le développement, ce n'est pas la première fois qu'une telle hécatombe se produit. En réalité, elle survient tous les trois ans, comme ce fut le cas en 2013 et 2016. Mais qu'elle en est la cause ? Réponse de ladite association :«Nos sources ont considéré l'hécatombe comme étant liée au changement climatique et à son impact sévère sur la région de Souss-Massa. Le fleuve s'est transformé en un marécage stagnant à la suite de l'accumulation d'eau dans plusieurs secteurs, provoquant un manque d'oxygène ». Donc, si l'on a bien compris, malgré un appareil digestif qui leur permet de se nourrir de détritus variés, les centaines de mulets n'ont pas réussi à filtrer l'eau stagnante et ont fini par succomber des suites d'une asphyxie.
S'il ne faut pas trop s'alarmer de cette disparition de masse, le mulet n'étant pas une espèce menacée, prendre ombrage de la qualité des eaux de plus en plus dégradée de l'Oued Massa, en revanche, ne tiendrait pas de l'incongruité. Cette situation aurait pour cause, selon l'Association Paysages pour l'environnement et le développement, d'une part, le manque de mouvement et de débit de l'eau, et de l'autre, une importante hausse de la température dans la région. La conséquence, quant à elle, est à trouver du côté d'un équilibre écologique vacillant et d'une biodiversité menacée. D'ailleurs, l'association précitée ne s'y trompe pas en espérant une accélération de la construction de l'usine de dessalement.
D'une superficie totale de 13.600 hectares, la mise en service de l'usine située au Nord de la localité de Douira est prévue à l'horizon 2020. Avec une capacité à terme de 400.000m3/jour, elle répondra, en principe, à la fois aux besoins d'irrigation et d'approvisionnement en eau potable, soulageant ainsi les nappes phréatiques et autres sources d'une des régions les plus gourmandes en eau du pays, pour le plus grand bonheur des habitants ainsi que des futurs poissons qui y trouveront refuge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.