Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Incertitudes et indécision    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pédophilie légalisée : Ces tristes exceptions qui vident la loi sur le mariage des mineures de sa substance
Publié dans Libération le 20 - 09 - 2019

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) veut attaquer le mal à la racine. En effet, il a appelé, mercredi à Rabat, à l'accélération du processus d'éradication de la pratique du mariage des mineurs dans l'intérêt supérieur des enfants, et ce conformément aux engagements du Royaume en faveur des objectifs du développement durable (ODD).
Lors d'un atelier ayant pour thème "Que faire face à la persistance du mariage d'enfants au Maroc?", le Conseil a souligné l'importance de l'adoption d'une stratégie globale visant à abolir cette pratique et à impulser le développement socioéconomique.
D'après lui, cette stratégie repose sur trois axes majeurs, à savoir l'amélioration du cadre juridique et du système judiciaire en harmonisant les dispositions du Code de la famille avec la Constitution et les conventions internationales par l'abrogation des articles 20, 21 et 22 ayant trait aux mariages des enfants, et en développant la médiation familiale.
Selon le président du CESE, Ahmed Reda Chami, il s'agit d'un atelier de restitution d'un rapport qui concerne le mariage des enfants qui ont moins de 18 ans, particulièrement les jeunes filles, "un sujet très important en matière économique, sociale et environnementale".
"Cette pratique est toujours répandue au Maroc malgré l'adoption du Code de la famille, puisque 85% des demandes de mariage se sont soldées par leur autorisation entre 2011 et 2018", a-t-il indiqué dans une déclaration à la presse, appelant dans ce sens à une révision du Code de la famille.
Pour sa part, Chouaib Jaouad, membre de la commission des affaires sociales et de la solidarité du CESE, a indiqué qu'il est prévu dans le cadre des ODD que le Royaume s'engage à éliminer le phénomène du mariage des mineurs d'ici 2030 en agissant sur le plan législatif et sur les politiques publiques.
Il a appelé, dans une déclaration à la presse, le gouvernement et le Parlement à accorder une attention particulière à cette question sur le moyen et le long termes.
L'avis y afférent adopté à l'unanimité lors de la centième session ordinaire du CESE, analyse les raisons et les effets de la persistance de cette pratique, avant de proposer des actions opérationnelles en vue de l'éradiquer. Son élaboration a nécessité une revue des textes juridiques en vigueur, l'organisation de plusieurs auditions avec les acteurs concernés ainsi que des débats entre les différentes composantes du Conseil.
Zahra Ouardi, membre du bureau national de l'Union de l'action féminine (UAF), a pour sa part, tiré la sonnette d'alarme contre la persistance du mariage des mineurs au Maroc, affirmant que cela a un coût fort lourd pour l'enfant, la famille et la société.
Selon elle, les chiffres officiels concernant le mariage des mineures sont fort alarmants, car environ 80 % des demandes de mariage des enfants présentées aux juges sont acceptées, alors que pour les 16 % des demandes rejetées, l'on recourt au mariage par la fatiha.
« La loi ne s'applique pas comme il faut au Maroc. La loi stipule que la capacité matrimoniale est fixée à 18 ans et que le mariage en dessous de l'âge légal est une exception soumise à des conditions drastiques. Mais dans la plupart des cas, on ne respecte pas ces conditions », a-t-elle précisé dans une déclaration à Libé. Pour cette raison, elle a appelé à la révision du Code de la famille et à l'annulation de cette exception qui est pratiquement devenue la règle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.