L'Afrique de l'après-pandémie!    Boufal rayonne dans l'ombre    Tergiversations fédérales    Le Zamalek souhaite encore piocher chez le Wydad    Zidane n'oublie pas l'Algérie    Trois questions Emma Navarro: «les entreprises sont au cœur de notre mobilisation»    Etat d'urgence sanitaire : Interpellation de 22.542 individus en flagrant délit de violation    1448 cas cumulés vendredi à 18H, 122 guérisons    La communauté internationale ne fait que peu de cas des gesticulations d'Alger    Accord à portée de main des producteurs de pétrole sur une baisse de l'offre    La présidente du CNDH met en exergue les valeurs de solidarité marocaine    My Seddik Rabbaj: «l'autre n'est pas toujours l'enfer»    Destins tragiques, destin humain    Le Hezbollah libanais entre en guerre contre la pandémie…    Revenons à l'Histoire    Signé par 165 chefs de gouvernement : Un Appel à l'Action veut la suppression de 44 milliards de dollars dûs par l'Afrique    Passation des pouvoirs entre Othman El Firdaouss et El Hassan Abyaba    Coronavirus : les jeux-vidéos pour contourner l'arrêt des championnats de football    Des films d'animation en ligne pour passer un bon confinement    OLA Energy Maroc participe au mouvement de solidarité    Fonds Covid-19 : Les mutuelles du public contribuent à hauteur de 19,5 millions DH    Confinement : Quand les galeries d'art s'exposent sur les réseaux sociaux    Covid-19 : La BAD crée un fonds doté de 10 milliards de dollars    Garantie prolongée et réparation assurée pendant le confinement : Kia se mobilise    Le Maroc, une destination privilégiée pour les investissements japonais    Assurance : Les primes émises en repli    Etat d'urgence sanitaire: Le projet de loi bientôt au Parlement    Michelle Bachelet : La pandémie n'est pas un chèque en blanc pour bafouer les droits humains    Les footballeurs de Premier League lancent un fonds de soutien    Distribution gratuite de 4 millions de masques à Tanger    30 lits médicalisés remis à l'hôpital provincial de Jerada    Mané : Avec cette situation, quoi qu'il arrive, je comprendrais    Baisse des salaires des joueurs du Real Madrid    L'activité portuaire s'est inscrite en hausse au premier trimestre    Le Maroc procède à un tirage sur la LPL du FMI pour 3 Md$    La région du Gharb affiche une bonne production prévisionnelle en canne à sucre    "Modern Family", sitcom à succès, tire le rideau    Un concours régional pour révéler les talents artistiques et littéraires des élèves    Dr Zahrat El Khouloud Bourhil : Il est de notre devoir de sensibiliser les gens et de leur servir d'exemple    S.M le Roi exonère les locataires des locaux des Habous des droits de bail durant la période de confinement    L'ancien président Rafael Correa condamné pour corruption…    Les universités diffusent des cours à la radio    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump
Publié dans Libération le 21 - 09 - 2019

Des élus du Congrès ont échoué jeudi à obtenir des informations sur un signalement effectué par un lanceur d'alerte au sein des services de renseignement qui, selon le Washington Post, s'est inquiété de certains échanges entre Donald Trump et un dirigeant étranger.
Le lanceur d'alerte a trouvé particulièrement préoccupante une "promesse" faite par le président américain à ce dirigeant, dont l'identité n'est pas précisée par le quotidien.
Le 12 août, il a effectué un signalement officiel auprès de l'inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson, qui a estimé que la sensibilité de l'affaire imposait une notification urgente au Congrès.
M. Atkinson a donc été interrogé jeudi à huis clos par la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires. Faute d'autorisation de sa hiérarchie, il n'a toutefois rien pu révéler.
"Nous n'avons obtenu aucune réponse parce que le ministère de la Justice et le directeur du renseignement national (DNI) n'ont pas autorisé l'inspecteur général à nous parler", a regretté le président démocrate de la commission, Adam Schiff, à l'issue de l'audition.
"Nous n'avons pas le signalement, nous ne savons pas si les informations de presse sont exactes ou inexactes", a-t-il ajouté, en menaçant de saisir la justice ou d'user d'autres moyens à la disposition de sa commission pour forcer le directeur du renseignement national à la transparence.
De son côté, Donald Trump a dénoncé un "harcèlement présidentiel". "Quasiment à chaque fois que je parle au téléphone à un dirigeant étranger, je suis conscient qu'il y a de nombreuses personnes de différentes agences américaines qui peuvent être à l'écoute, sans mentionner celles de l'autre pays en question. Pas de souci !" a-t-il tweeté.
"Sachant cela, peut-on être assez stupide pour croire que je dirais quelque chose de regrettable à un dirigeant étranger ?" a-t-il poursuivi.
Selon le Washington Post, Donald Trump s'est entretenu par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine le 31 juillet. Pendant l'été, il a également échangé par courrier avec le leader nord-coréen Kim Jong Un et a reçu à la Maison Blanche les dirigeants du Pakistan, des Pays-Bas et du Qatar.
Dans une interview jeudi sur CNN, l'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, a reconnu qu'il avait été demandé à Kiev d'enquêter sur le fils de Joe Biden (favori dans la course à l'investiture démocrate pour la prochaine présidentielle, ndlr), et notamment d'"examiner les allégations (...) qui impliquaient indirectement Joe Biden dans une grosse affaire de corruption". Hunter Biden a travaillé pour un groupe gazier ukrainien à partir de 2014, alors que son père était vice-président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.