Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrôle politique et autonomie des organismes publics
Publié dans Libération le 21 - 09 - 2019

Le contrôle politique de l'administration publique est parmi les préoccupations majeures des managers publics et des chercheurs. Globalement, les effets d'une pratique bureaucratique rigide et non adaptable aux changements sociaux et technologiques ont conduit les Etats à initier plusieurs tentatives de réformes. Ainsi, la mise en œuvre de politiques publiques néolibérales dans le secteur public, à savoir les privatisations, la libéralisation et la nouvelle gestion publique, a renforcé l'orientation vers une bureaucratie résiliente et plus réactive. Des Etats ont séparé les ministères des institutions d'exécution «agencification» et ont créé des organisations hautement spécialisées en leur conférant une grande autonomie administrative et financière. Cependant, la création d'organes autonomes et spécialisés a réduit l'influence du contrôle politique et a multiplié les problèmes de coordination et de convergence au sein du secteur public. Aujourd'hui, il faut dire que les expériences de réformes des administrations publiques, surtout dans les économies libérales, offrent une représentation fragmentée et variée : le secteur public est composé par une multitude d'organisations aux conceptions différentes, créées par différents instruments juridiques et avec des régimes financiers et budgétaires différents. La question du contrôle politique de ces organisations publiques est devenue encore plus importante qu'avant.
En outre, parmi les facteurs qui ont secoué les relations traditionnelles entre le politique et l'exécutif dans la bureaucratie wébérienne, on citera la nouvelle culture organisationnelle de ces nouvelles institutions. Dans le processus de construction des modes de l'autonomie bureaucratique, le rôle de la culture organisationnelle est déterminant. Si l'autonomie bureaucratique formelle représente les capacités éventuelles d'un organisme, sa culture représente son caractère. Dans cette culture, on assiste aussi à un renforcement de la cohésion, la coordination et l'engagement du personnel de ces nouvelles institutions, ce qui leur procure un sentiment d'appartenance à une communauté partageant un objectif et une mission communs.
Une autre problématique est apparue dans la pratique de la gestion des affaires publiques. Il s'agit du principe de la délégation de pouvoirs entre les détenteurs de la légitimité politique (ministères de tutelle) et l'exécutif (administration). Classiquement, le problème de la délégation de pouvoirs fait référence à l'incertitude des acteurs politiques quant à la manière dont les administrations exécuteront les décisions politiques. En raison de l'asymétrie de l'information entre les politiciens (mandataires) et les bureaucrates (délégués), la mise en œuvre des politiques peut aboutir à des résultats autres que ceux prévus. Les politiciens sont confrontés à la question de savoir quels pouvoirs discrétionnaires devraient être transférés aux bureaucrates et comment la mise en œuvre des politiques publiques peut être contrôlée.
Dès les années 1980, une grande mouvance a été constatée quant à l'exécution des politiques publiques qui a été transférée de la bureaucratie gouvernementale à divers organes exécutifs indépendants ou aux niveaux inférieurs territoriaux (collectivités) dans le cadre de la décentralisation et de la déconcentration administrative. Ainsi, on a assisté au Maroc, par exemple, au transfert de compétences aux collectivités territoriales, à la création d'agences et d'institutions autonomes, et d'une orientation vers le transfert des pouvoirs des administrations centrales vers des composantes déconcentrées, et ce dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de la décentralisation.
La question qui reste litigieuse est que la montée en puissance des nouvelles institutions, surtout dans le cadre des organismes autonomes, a étendu et intensifié le problème de la délégation des pouvoirs. La nature autonome ou semi-autonome des nouvelles institutions de l'exécutif implique qu'elles peuvent décider de manière indépendante de la façon dont elles opèrent en ce qui concerne la gestion interne ainsi que la mise en œuvre effective des politiques publiques, ce qui pourrait amplifier le risque de la dérive « bureaucratique » par rapport au politique. En outre, de nouveaux organismes publics sont indépendants du gouvernement, ce qui réduit les possibilités de contrôle (direct) et de responsabilité par le biais de dispositifs de contrôle standard. Enfin, la création de ces nouveaux acteurs publics a introduit une cascade de responsabilisations nouvelles : les électeurs élisent les politiciens pour agir en leur nom, les politiciens délèguent aux bureaucrates la mise en œuvre de leurs décisions et ces derniers les délèguent à leur tour aux fonctionnaires. Cette cascade étend le problème initial de la délégation, car la mise en œuvre des politiques publiques se fait en dehors de la bureaucratie du gouvernement central.
En conclusion, le dilemme de la question du contrôle politique des institutions d'exécution restera toujours posé. L'observation du cas marocain par exemple montre que la relation entre les concepts clés d'autonomie et de contrôle était plus complexe et moins simple qu'on ne le pensait. D'abord, le niveau d'autonomie formelle n'est pas un indicateur simple du niveau d'autonomie réelle ou de facto. Ensuite, les organisations officiellement éloignées de la supervision directe des acteurs politiques ne signalent pas toujours des niveaux d'autonomie inférieurs à ceux des organisations situées à proximité des dirigeants politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.