La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Un acquis important pour relever les défis    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Développement durable : Cette mobilité durable qui fait du sur-place    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Alerte météo: Chutes de neige et fortes averses orageuses du dimanche au mardi    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face aux appels croissants à le destituer, Trump nie toute pression sur l'Ukraine
Publié dans Libération le 25 - 09 - 2019

Donald Trump a farouchement nié lundi avoir fait pression sur l'Ukraine pour tenter de nuire à son rival politique Joe Biden, balayant la menace d'une procédure de destitution malgré les appels de plus en plus pressants agitant l'opposition démocrate.
Alors même que la pression monte sur les chefs démocrates du Congrès américain pour qu'ils lancent cette procédure explosive, le président républicain a affirmé ne pas prendre "du tout au sérieux" cette perspective.
"Je n'ai mis aucune pression sur" l'Ukraine, a affirmé M. Trump, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York.
Passant à l'offensive, il a du même coup tenté de retourner les projecteurs sur Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, favori de la primaire démocrate et donc l'un de ses sérieux rivaux potentiels pour la présidentielle de 2020.
"Joe Biden et son fils sont corrompus", a accusé sur un ton outré M. Trump, en reprenant des rumeurs non étayées concernant une affaire présumée de corruption en Ukraine, et des pressions sur un procureur.
"Si un républicain disait ce que Joe Biden a dit, il aurait droit à la chaise électrique immédiatement", a poursuivi le dirigeant de la première puissance mondiale.
La veille, il avait confirmé avoir parlé cet été à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de cette affaire présumée en mentionnant explicitement Joe Biden et son fils, Hunter, qui a travaillé pour un groupe gazier ukrainien à partir de 2014.
L'opposition soupçonne Donald Trump d'avoir, lors de cette conversation, profité de sa position pour pousser M. Zelensky à enquêter sur Joe Biden, en utilisant notamment une aide militaire comme levier de pression.
Le président républicain dément. Affirmant que sa conversation avec M. Zelensky avait été "très honnête", il a dit "espérer" que sa retranscription puisse être publiée.
"Alors, publiez la retranscription de l'appel", l'a défié Joe Biden.
Les démocrates réclament en outre que la Maison Blanche livre au Congrès le signalement présenté en août par un mystérieux lanceur d'alerte, membre des services de renseignement américains, pour sonner l'alarme sur cet appel.
Lundi soir, les quotidiens Washington Post et New York Times ont rapporté, citant de hauts responsables de l'administration, que dans les jours précédant la conversation téléphonique, M. Trump avait ordonné à son chef d'état-major de suspendre quelque 400 millions de dollars sur l'aide militaire prévue pour l'Ukraine.
Les responsables ont reçu pour instruction de dire aux parlementaires que ce gel était lié à "un processus inter-organismes" sans fournir d'autres informations, selon le Washington Post.
Trois puissantes commissions parlementaires, menées par des démocrates, ont menacé lundi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo de forcer ses services à leur livrer d'autres documents concernant l'Ukraine.
Ils concernent "les tentatives du président et de son avocat personnel, Rudy Giuliani, de demander l'aide d'un pouvoir étranger afin d'intervenir dans l'élection présidentielle de 2020", accusent les démocrates.
Après deux ans de la vaste enquête russe et une multitude d'investigations parlementaires ciblant Donald Trump, cette affaire ukrainienne semblait bien lundi plus proche de faire pencher la balance vers l'ouverture d'une procédure de destitution.
La Chambre des représentants, à majorité démocrate, serait chargée d'ouvrir cette procédure de mise en accusation. Puis le Sénat, contrôlé par les républicains qui restent en majorité fidèles à M. Trump, serait chargé du "procès".
Réticente jusqu'ici à emprunter cette voie impopulaire, la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a menacé dimanche Donald Trump d'une escalade vers une "toute nouvelle étape de l'enquête" parlementaire s'il empêchait le lanceur d'alerte de témoigner. Une inflexion remarquée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.