Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Lettres du Maghreb" ouvre une nouvelle page pour la postérité
Publié dans Libération le 11 - 10 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/38156744-33446719.jpg?v=1570710636" alt=""Lettres du Maghreb" ouvre une nouvelle page pour la postérité" title=""Lettres du Maghreb" ouvre une nouvelle page pour la postérité" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/38156744-33446719.jpg?v=1570710667" alt=""Lettres du Maghreb" ouvre une nouvelle page pour la postérité" title=""Lettres du Maghreb" ouvre une nouvelle page pour la postérité" width="708" /
Le livre maghrébin et africain en général s'offre une belle vitrine à Oujda. La capitale de l'Oriental marocain abrite, depuis mercredi 9, la troisième édition de son jeune et déjà très dynamique Salon maghrébin du livre, «Lettres du Maghreb».
Carrefour culturel intemporel, la cité millénaire est depuis 2017 la capitale du livre au Maghreb. Une région qui peut se targuer de compter de nombreux écrivains connus à l'international dont les Oujdis apprécieront les plus anciennes et les plus récentes œuvres durant les quatre jours de cet événement.
Jusqu'au 13 octobre courant, la ville accueille cet important rendez-vous littéraire organisé par l'Agence de l'Oriental et dont le « propos est de créer un espace de dialogue et d'ouverture riche et sans autre intérêt que celui du partage des idées », a relevé le président dudit salon, Mohamed Mbarki.
« Lettres du Maghreb », qui poursuit également l'ambition de promouvoir l'idée d'un Grand Maghreb culturel, est organisé en coordination avec l'appui d'un comité scientifique expérimenté et respecté dans le domaine de la littérature et de l'édition.
Comme lors des deux précédentes éditions, le salon renouvelle cette année, encore, « sa promesse de rassembler d'éminentes personnalités intellectuelles du Maghreb, de l'Afrique et de l'Europe autour d'un évènement devenu incontournable », a assuré le wali de la région de l'Oriental, par ailleurs gouverneur de la Préfecture d'Oujda-Angad, Mouaad Jamai, avant l'ouverture de ce rendez-vous.
A noter qu'après avoir exploré les thématiques de la jeunesse en 2017 (« Dire la jeunesse, écrire l'espoir ») et tenter de « Réinventer l'universel » en 2018, le Salon maghrébin du livre examine pour sa troisième édition «La transmission» dans toute sa complexité. « Avec la volonté marquée de démocratiser la lecture et l'art auprès du jeune public, scolaire et universitaire », ont insisté les organisateurs.
Pour cette troisième édition, organisée sous le Haut patronage de S.M le Roi Mohammed VI, le salon accueille quelque trois cent auteurs venus du Maghreb, d'Afrique subsaharienne et d'ailleurs et une quarantaine d'éditeurs du Maroc, de la tunisie, de Libye, d'Egypte, de Belgique, du Koweit, des Emirats arabes unis, de France, de l'Algérie, du Cameroun, de l'Occitanie et de Chine.
Outre les conférences, tables rondes et ateliers qui ponctueront cette manifestation, «Lettres du Maghreb» prévoit également un espace dédié à la jeunesse avec des activités et tables rondes spécifiquement pensées pour le public scolaire et étudiant.
L'héritage digital, l'art de rue comme vecteur de transmission, cinéma en tant que porteur de savoirs, féminisme et interculturalité. Tels sont les thèmes qui seront abordés lors des différentes tables rondes prévues dans cet espace.
De nombreux workshops figurent au programme ainsi que «des speed meetings avec des auteurs ou profession des métiers de livres pour favoriser l'échange et la transmission d'expérience ».
« Notre souhait est que ces exposés, ces conférences et ces échanges puissent profiter aux différents publics, et notamment aux jeunes étudiants et intellectuels de nos régions et pays respectifs », a souligné le Comité scientifique.
Après le Sénégal en 2017 et la Côte d'Ivoire l'année dernière, le Cameroun est représenté à ce salon par une forte délégation avec qu'accompagne huit auteurs reconnus à l'international. En l'occurrence : Calixte Beyala, Gaston-Paul Effa, Léonora Miano, Djaïli Amadou Amal, Hemley Boum, Imbolo Mbue, Eugène Ebodé et Max Lobe.
« C'est une littérature en pleine ébullition que la troisième édition de Lettres du Maghreb met en lumière », soulignent les organisateurs notant que durant les quatre jours de ce salon, le public oujdi appréciera « une littérature puissante dont les thématiques restent universelles : l'histoire, la mémoire, la contestation, le féminisme ».
Soulignons que la soirée inaugurale du Salon maghrébin du livre s'est achevée par une rencontre musicale mêlant flamenco et musiques arabe et sénégalaise.
Le spectacle inédit, de près de 2h, a réuni sur la même scène du Théâtre Mohammed VI d'Oujda plusieurs artistes de divers horizons offrant en musique et en danse au public hétérogène les origines communes des musiques flamenco, arabe et sénégalaise.
Pour rappel, après Rabat en 2003, la ville d'Oujda a été désignée capitale de la culture arabe en 2018 par la Commission permanente de l'organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (ALECSO).
Soulignons également que ce salon est organisé en partenariat avec les ministères de la Culture et de la Communication, de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger et de la migration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.