L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    120 MMDH seront injectés dans l'économie    ONSSA: Franc succès pour l'opération Aid Adha    La vidéo des vols de moutons à Casablanca fait un tapage en Inde    Mise à jour de la 19ème et 20ème journée de la Botola Pro D1: Le fauteuil de leader en jeu    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Football: le gardien de but Iker Casillas annonce sa retraite    Gare aux sceptiques !    Covid-19 : Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Explosions à Beyrouth: le roi Mohammed VI a écrit au président Aoun    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Twitter. #SoisUneFemme, le hashtag contre le sexisme au quotidien    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Expérience client multicanale : Eqdom lance son service de crédit en ligne    Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    US Round Up du mardi 4 août – Microsoft/TikTok, Recensement 2020, NYC Restaurants, Sean Penn & Leila George    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies
Publié dans Libération le 12 - 10 - 2019


Ph : Lmoussaoui
Le président du Groupement professionnel de la distribution pharmaceutique au Maroc (GPDP), Lahcen Senhaji, a été élu président du Conseil d'administration de l'Association africaine des distributeurs pharmaceutiques (ADPA) qui regroupe les représentants du secteur de plusieurs pays africains.
Lors de la réunion constitutive de cette dernière tenue jeudi à Casablanca qui abritera également le siège de cette association, Kofi Addo Agyekun du Ghana et Ken Accajou du Gabon ont été élus respectivement premier et deuxième vice-présidents, alors que les autres membres du Conseil d'administration seront élus lors d'une prochaine rencontre, dont la date et le lieu seront fixés ultérieurement.
«L'objectif de l'ADPA est de participer à la promotion et au développement, chez les populations africaines, des normes universelles en vigueur dans le secteur de la distribution pharmaceutique en particulier et celles du secteur de la santé en général», a mis en avant Lahcen Senhaji dans une allocution lors de la séance d'ouverture de cette réunion.
Selon lui, cette assemblée constitutive a été l'occasion pour les participants appartenant à 15 pays africains pour débattre «des moyens et des programmes d'actions pour assurer une meilleure participation à l'organisation du circuit de la distribution des médicaments et des produits de santé en Afrique. Il s'agit notamment d'assurer constamment au profit du citoyen africain la qualité du stockage et de la livraison, d'explorer les moyens d'améliorer la qualité du service et minimiser les coûts logistiques, d'optimiser la sécurité de la chaîne d'approvisionnement ». Cette association a pour objectif également, selon le président du GPDP, de « lutter contre les pratiques non-éthiques, la circulation des médicaments falsifiés ou contrefaits et contre tout acte relevant du non-respect du circuit légal de la distribution pharmaceutique».
Pour Lahcen Senhaji, la longue expérience du GPDP a permis aux dirigeants de ce groupement d'encourager, voire d'adhérer à «toute initiative de regroupement visant à rassembler des forces de propositions tant à l'échelle locale que régionale. C'est pourquoi le bureau exécutif du GPDP n'a pas hésité à s'impliquer dans la création de l'ADPA dont l'idée a été lancée concomitamment dans plusieurs pays d'Afrique».
Outre le Maroc, ont pris part à cette réunion des professionnels de la distribution pharmaceutique venant de 15 pays africains, à savoir : Sénégal, Ghana, Nigeria, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Cameroun, Kenya, Ruanda, Madagascar, Ethiopie, Afrique du Sud, Swaziland, Soudan, Algérie et Egypte.
Par ailleurs, Lahcen Senhaji a donné un aperçu sur le secteur pharmaceutique au Maroc. Il a souligné que le Royaume dispose de «54 structures modernes avant-gardistes de distribution pharmaceutique, fonctionnant dans le respect des bonnes pratiques de distribution «BPD», et assurant quotidiennement plusieurs fois par jour, la disponibilité et l'accès aux médicaments à travers 12.000 pharmacies dont certaines exerçant dans les localités les plus reculées du pays. A leurs côtés, 45 unités modernes de production, filiales de multinationales ou d'initiatives à capitaux nationaux fonctionnent également dans le strict respect des bonnes pratiques de fabrication».
En ce qui concerne le marché pharmaceutique, le président du GPDP a assuré qu'il a été évalué à 338 millions d'unités distribuées à la fin de l'année 2018 (soit une hausse de 1,7%) et en valeur au prix grossiste de 10 milliards de dirhams (avec une hausse de 5,4%). Et Lachen Senhaji d'ajouter que le potentiel de ce marché offre encore de grandes possibilités de développement puisque l'Assurance maladie obligatoire «AMO» et le Régime d'assistance médicale «RAMED» couvrent environ 65% de la population seulement.
Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc dispose de certains atouts à mettre au profit des partenariats gagnant-gagnant entre les pays africains, ajoutant que le Royaume est classé en Zone Europe pour la qualité de ses médicaments produits localement et que son laboratoire national de contrôle, plusieurs fois certifié, est une référence en Afrique.
Après avoir rappelé que le Maroc est signataire de la convention «MEDICRIME», il a affirmé que des laboratoires nationaux ont fait le choix des Co-investissements Afrique dans la construction des usines pharmaceutiques notamment au Sénégal, en Côte d'Ivoire et au Rwanda.
Pour sa part, Rachid Lamrini, past-président du COPFR, a pointé du doigt certains points faibles du marché pharmaceutique marocain, à savoir son étroitesse, la concurrence effrénée entre les laboratoires et les distributeurs, la forte dépendance vis-à-vis des matières premières et la concurrence sur le marché national et l'export avec des productions à bas coût.
Plusieurs experts et spécialistes de la distribution pharmaceutique ont pris la parole lors de cette réunion. Ils ont notamment mis l'accent sur la nécessité de mettre en place une structure visant à développer le secteur de la distribution pharmaceutique en Afrique et à surmonter les entraves auxquelles fait face ce secteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.