Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains
Publié dans Libération le 14 - 10 - 2019

La décision de l'Association internationale du transport aérien (IATA) d'exiger le règlement bimensuel à partir de janvier 2020 ne passe pas chez les voyagistes marocains qui ont exprimé récemment leurs vives inquiétudes.
L'organisation commerciale internationale de sociétés de transport aérien, qui compte quelque 290 compagnies aériennes, représentant 82% du trafic aérien mondial, a annoncé dernièrement qu'elle exigera des voyagistes un paiement bimensuel à compter de l'année prochaine.
La nouvelle mesure de l'IATA constituerait «une vraie source d'inquiétude», ont indiqué les voyagistes affiliés à cette organisation, fondée à La Havane à Cuba en avril 1945.
Au cours d'une rencontre tenue vendredi dernier, ces derniers ont clairement exprimé leur mécontentement quant au nouvel échéancier de paiement et déclaré craindre pour leur avenir. A les entendre, cette mesure constituerait également «une menace aux équilibres financiers» de leurs entités.
Pour le président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM), Khalid Benazzouz, la décision de l'IATA de passer au paiement bimensuel au lieu de mensuel « va certainement impacter drastiquement les agences de voyages et participer à fragiliser leur situation», rapporte la MAP.
Selon lui, le « changement brusque » de la fréquence des paiements inquiète beaucoup les voyagistes qui espèrent « rester au moins sur un mois, et préparer l'avenir ».
Président de l'APJC Maroc (Agency Programme Joint Council), un comité composé de représentants des transporteurs aériens et des agents de voyages, Mohamed Amal Karioun a, pour sa part, indiqué que la décision unilatérale et sans consultation de l'IATA d'exiger le règlement bimensuel «n'est en aucune manière conforme aux relations commerciales qui doivent prévaloir entre fournisseurs et clients».
Les conditions actuelles du marché ne permettant pas un passage au paiement bimensuel, ce dernier a estimé que l'IATA, dont l'activité principale est la simplification des facturations entre les compagnies aériennes et les agents de voyages (BSP) ou les transitaires/agents de fret (CASS), aurait dû engager une concertation avec les agences de voyages à ce sujet afin de trouver une entente au lieu de les mettre devant le fait accompli.
Le secteur des agences de voyages n'est pas prêt pour le moment à passer au paiement bimensuel, a soutenu le directeur Marché Maroc et Moyen-Orient au sein de la compagnie aérienne Royal air Maroc (RAM), Abderrahman Brahimi. La situation est telle que ce dernier a estimé nécessaire un moratoire afin que les opérateurs puissent se préparer à cette nouvelle donne, affirmant que « si la transition au bimensuel est obligatoire, il faut juste que les agences de voyages soient préparées».
Si le principal motif de l'IATA, dont la vision est de «travailler ensemble pour façonner la croissance future d'un secteur du transport aérien sûr et durable qui connecte et enrichit notre monde», est de se prémunir des défauts de paiement, Abderrahman Brahimi fait remarquer que le taux du non recouvrement au Maroc en 2018 était de 0,0017%. Et de déduire que le risque est maîtrisé et ne menace en aucun cas le marché.
Une analyse que partage le directeur des ventes à Air France, Sedri Essid, qui soutient que «le marché marocain n'est absolument pas prêt à passer au paiement bimensuel».
Tout en appelant à mettre l'accent sur la nécessité d'avoir un consensus sur le sujet entre l'IATA et les agences de voyages, celui-ci estime qu'« on doit travailler ensemble et préparer ce passage vers le bimensuel».
Soulignons qu'au cours de leur réunion, les voyagistes ont également débattu de la nouvelle génération de systèmes de règlement des comptes (NewGen ISS) de l'institution internationale qui régit la distribution et le règlement des fonds entre les agents de voyages et les compagnies aériennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.