La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains
Publié dans Libération le 14 - 10 - 2019

La décision de l'Association internationale du transport aérien (IATA) d'exiger le règlement bimensuel à partir de janvier 2020 ne passe pas chez les voyagistes marocains qui ont exprimé récemment leurs vives inquiétudes.
L'organisation commerciale internationale de sociétés de transport aérien, qui compte quelque 290 compagnies aériennes, représentant 82% du trafic aérien mondial, a annoncé dernièrement qu'elle exigera des voyagistes un paiement bimensuel à compter de l'année prochaine.
La nouvelle mesure de l'IATA constituerait «une vraie source d'inquiétude», ont indiqué les voyagistes affiliés à cette organisation, fondée à La Havane à Cuba en avril 1945.
Au cours d'une rencontre tenue vendredi dernier, ces derniers ont clairement exprimé leur mécontentement quant au nouvel échéancier de paiement et déclaré craindre pour leur avenir. A les entendre, cette mesure constituerait également «une menace aux équilibres financiers» de leurs entités.
Pour le président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM), Khalid Benazzouz, la décision de l'IATA de passer au paiement bimensuel au lieu de mensuel « va certainement impacter drastiquement les agences de voyages et participer à fragiliser leur situation», rapporte la MAP.
Selon lui, le « changement brusque » de la fréquence des paiements inquiète beaucoup les voyagistes qui espèrent « rester au moins sur un mois, et préparer l'avenir ».
Président de l'APJC Maroc (Agency Programme Joint Council), un comité composé de représentants des transporteurs aériens et des agents de voyages, Mohamed Amal Karioun a, pour sa part, indiqué que la décision unilatérale et sans consultation de l'IATA d'exiger le règlement bimensuel «n'est en aucune manière conforme aux relations commerciales qui doivent prévaloir entre fournisseurs et clients».
Les conditions actuelles du marché ne permettant pas un passage au paiement bimensuel, ce dernier a estimé que l'IATA, dont l'activité principale est la simplification des facturations entre les compagnies aériennes et les agents de voyages (BSP) ou les transitaires/agents de fret (CASS), aurait dû engager une concertation avec les agences de voyages à ce sujet afin de trouver une entente au lieu de les mettre devant le fait accompli.
Le secteur des agences de voyages n'est pas prêt pour le moment à passer au paiement bimensuel, a soutenu le directeur Marché Maroc et Moyen-Orient au sein de la compagnie aérienne Royal air Maroc (RAM), Abderrahman Brahimi. La situation est telle que ce dernier a estimé nécessaire un moratoire afin que les opérateurs puissent se préparer à cette nouvelle donne, affirmant que « si la transition au bimensuel est obligatoire, il faut juste que les agences de voyages soient préparées».
Si le principal motif de l'IATA, dont la vision est de «travailler ensemble pour façonner la croissance future d'un secteur du transport aérien sûr et durable qui connecte et enrichit notre monde», est de se prémunir des défauts de paiement, Abderrahman Brahimi fait remarquer que le taux du non recouvrement au Maroc en 2018 était de 0,0017%. Et de déduire que le risque est maîtrisé et ne menace en aucun cas le marché.
Une analyse que partage le directeur des ventes à Air France, Sedri Essid, qui soutient que «le marché marocain n'est absolument pas prêt à passer au paiement bimensuel».
Tout en appelant à mettre l'accent sur la nécessité d'avoir un consensus sur le sujet entre l'IATA et les agences de voyages, celui-ci estime qu'« on doit travailler ensemble et préparer ce passage vers le bimensuel».
Soulignons qu'au cours de leur réunion, les voyagistes ont également débattu de la nouvelle génération de systèmes de règlement des comptes (NewGen ISS) de l'institution internationale qui régit la distribution et le règlement des fonds entre les agents de voyages et les compagnies aériennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.