Des centaines de voyageurs bloqués : Cafouillage à la gare ferroviaire Rabat-ville    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Des turbopropulseurs T700 de General Electric pour les 24 Hélicoptères Apaches des FAR    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    US Round Up du lundi 3 août – Cannabis, Siri, Frelon meurtrier, New-York, Analphabétisme en santé,    Bank Al-Maghrib améliore son résultat net de 69%    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Voici pourquoi la gare Rabat-Ville a été fermée aux voyageurs (VIDEO)    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Gare à la sourde oreille !    Le Raja retrouve le podium et met la pression sur le WAC    Ces deux marocaines figurent dans "Women Behind Middle Eastern Brands" 2020 de Forbes    Un discours copieusement social!    Planète Mars. Le Marocain Kamal Oudrhiri participe à la mission « Persévérance »    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Avoirs à l'étranger: le délai des déclarations prorogé    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    France : Le Premier ministre brandit la menace du reconfinement généralisé    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Omar Hilale : Grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi, le Maroc poursuit son rayonnement à l'ONU    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Douzi lance son clip pour Afriquia    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019
Publié dans Libération le 15 - 10 - 2019

La croissance de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) devrait enregistrer un ralentissement en 2019 imputable aux réductions de la production pétrolière, à la faiblesse de la demande mondiale d'or noir et à la contraction plus forte que prévu de l'économie iranienne, a souligné récemment la Banque mondiale dans un nouveau rapport.
« Les perspectives de croissance pour l'année en cours ont été rabaissées de 0,8 point de pourcentage par rapport aux projections du mois d'avril dernier », a relevé l'institution financière internationale soulignant que la croissance de la région devrait afficher une croissance de 0,6 % contre 1,2 % en 2018.
Selon la Banque mondiale, la relance de l'activité non pétrolière dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar -, surtout dans le secteur du bâtiment, a partiellement atténué l'impact négatif du ralentissement de l'économie iranienne sur les performances moyennes de la région.
Mais cela ne veut pas dire pour autant que la région MENA serait sortie de l'ornière puisque « des risques de dégradation substantiels assombrissent les perspectives économiques de la région », a poursuivi la Banque mondiale dans un communiqué citant principalement l'intensification des difficultés de l'économie mondiale et la montée des tensions géopolitiques.
En effet, « les risques de nouvelle escalade des tensions régionales pourraient gravement affaiblir l'économie iranienne et se répercuter sur d'autres pays de la région », a-t-elle prévenu.
Aussi, « alors que nombre de pays exportateurs de pétrole de la région MENA devraient tirer profit d'une hausse des prix pétroliers à court terme, celle-ci devrait globalement nuire au commerce, à l'investissement et à l'infrastructure à l'échelle régionale », a ajouté l'institution de même source.
Qu'à cela ne tienne, à moyen terme, la Banque mondiale prévoit une progression du PIB réel de 2,6 % en 2020 et 2,9 % en 2021 dans la région, précisant que « ces projections positives reposent en grande partie sur l'accroissement des investissements consacrés aux infrastructures dans les pays du CCG et sur la reprise de l'économie iranienne à mesure que s'estompent les effets des sanctions américaines ».
Dans son rapport, l'institution de Bretton Woods a aussi relevé le besoin d'une concurrence plus loyale pour favoriser une croissance solidaire dans la région. Selon elle, la domination des marchés par les entreprises publiques et des opérateurs jouissant des bonnes connexions politiques décourage l'investissement privé, réduit le nombre d'emplois et exclut de la prospérité un nombre incalculable de jeunes gens talentueux.
Dans tous les cas, « l'absence de concurrence loyale dans la région freine le développement du secteur privé, alors qu'il s'agit du moteur d'une croissance généralisée et de la principale source d'emplois », a expliqué Rabah Arezki, économiste en chef de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.
Pour ce dernier, il ne fait aucun doute que « les pays de la région pourraient transformer leur économie en instaurant des règles du jeu équitables et en fournissant un environnement qui encourage la prise de risques et récompense les efforts d'innovation et de productivité. »
Par ailleurs, une demande régionale libérée, conjuguée à une réglementation qui favorise la concurrence et lutte contre les pratiques contraires, pourrait empêcher la perpétuation des oligarchies, a soutenu la banque dans sa dernière édition du Bulletin d'information économique de la région MENA.
Insistant sur la nécessité de réformes plus vigoureuses pour dynamiser le secteur privé, la Banque mondiale a indiqué que c'est à la faveur d'un cadre macroéconomique national renforcé par les réformes du régime de change, des finances publiques et du secteur énergétique que le PIB égyptien continue de tirer la croissance régionale. Pour preuve, le pays a affiché au premier semestre 2019 une croissance de 5,4 %, en hausse par rapport à 2018 (5,2 %).
Mais alors que les pays de la région ont mis en œuvre des réformes ambitieuses afin de restaurer leur stabilité macroéconomique, force est de constater que « leurs perspectives de croissance sont très en deçà du niveau nécessaire pour créer les emplois dont ils ont besoin pour faire face à l'augmentation rapide de leur population en âge de travailler », a fait savoir Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.
Selon lui, « les dirigeants doivent aujourd'hui faire preuve de courage et de vision pour approfondir les réformes, lever les barrières qui entravent la concurrence et libérer l'immense potentiel que constitue une population régionale de 400 millions d'habitants qui, collectivement, pourraient créer une demande source de croissance et d'emplois. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.