Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveau modèle de développement et confiance
Publié dans Libération le 15 - 10 - 2019

«Par ailleurs, grâce au concours de l'administration placée sous son autorité, le gouvernement doit veiller à l'exécution efficace des décisions, en mettant en place les ressources adéquates, plus particulièrement les données statistiques, les mécanismes d'inspection et de contrôle. Il doit aussi veiller à ce que les différents intervenants œuvrent dans un esprit de transparence, de collaboration, d'harmonie », a déclaré S.M le Roi dans le discours qu'il a prononcé à l'occasion de l'ouverture de la 1ère session de la 4ème année législative de la 10ème législature.
Traditionnellement, la théorie politique affirme que l'objectif suprême de l'administration publique est de renforcer la confiance du public qui permet de consolider la démocratie. La performance et l'efficacité de la gouvernance publique reposent sur des positions positives saines à l'égard des institutions politiques et administratives d'une société. Aussi, il faut savoir que la croyance envers ces institutions fait partie des principales questions qui se posent actuellement à l'échelle mondiale avec l'apparition de nouveaux modes de contestation populaires, récemment en Europe et au Moyen-Orient.
La confiance est considérée comme l'un des fondements les plus importants sur lesquels reposent la légitimité et la durabilité d'un système politique. A cet effet, la démocratie repose sur la règle selon laquelle les citoyennes et citoyens d'un système politique donné confient leur souveraineté à un ensemble d'institutions qui décideront pour eux et leur intérêt supérieur. C'est la raison d'être des Etats démocratiques et c'est ce qui justifie la mise en place de toutes les politiques publiques.
En outre, si la confiance des citoyens peut être considérée comme une condition préalable à une gouvernance performante, il appartient aux décideurs politiques de chercher, d'observer et de trouver ce qui peut la consolider.
Les appréciations de la confiance fonctionnent différemment selon les institutions. Chacune peut faire la différence lorsque l'objectif est de combler les écarts entre les instances gouvernantes et les gouvernés. Il faut s'attendre à ce que les citoyennes et citoyens prennent en considération les différences entre les institutions lorsqu'ils évaluent leur fiabilité, et qu'ils n'utilisent pas les mêmes critères de jugement, car il s'agit d'entités distinctes ayant des rôles différents à jouer dans la société. L'administration publique constitue un lien important entre le pouvoir exécutif et les citoyennes et citoyens. C'est pour cela que la connaissance des modes et des conditions dans lesquelles la population fait confiance à l'administration publique peut être primordiale dans les efforts de réforme de l'Etat en général et de l'administration publique en particulier.
Dans cette perspective, la confiance des citoyennes et citoyens dans l'administration publique diffère de celle des autres institutions politiques. Cette différentiation est liée surtout à la croyance en des valeurs et comportements éthiques, tels que l'équité, la parité, l'égalité et la défense des droits civiques et humains. C'est pour cela que la confiance et un concept plutôt émotionnel, cognitif et comportemental. Ainsi, les citoyennes et citoyenscréent des attentes quant aux promesses qu'ils souhaitent voir tenir à différentes échelles. En outre, on assiste souvent à une confusion de la confiance politique avec le jugement de la performance gouvernementale ou le jugement concernant le degré de satisfaction populaire vis-à-vis de la performance du gouvernement, de son acceptation et de la crédibilité des dirigeants politiques.
Concernant la confiance par rapport à l'administration publique, le terme est devenu de plus en plus répandu et fait l'objet de nombreuses études et recherches scientifiques. L'administration publique joue un rôle important dans la promotion de la confiance des citoyennes et citoyens et du soutien à la démocratie car, c'est l'institution centrale de l'Etat la mieux connectée et en relation directe avec le public. De ce fait, lorsque les gens se retrouvent en présence d'administrations publiques performantes et fonctionnant bien, ils ressentent une grande satisfaction envers l'administration publique et le gouvernement. A partir de cela, on remarque que malgré la distinction des rôles de chaque institution étatique (gouvernement, Parlement, administration, etc), on assiste toujours à la confusion entre la confiance dans ces institutions. Ce constat renforce l'idée que les citoyennes et citoyens considèrent automatiquement l'administration publique comme une incarnation de tout l'Etat.
Les gens font confiance à l'ensemble du système ou n'ont confiance en aucun de ses éléments, y compris l'administration publique, car ils ne peuvent pas utiliser des critères cognitifs différents pour distinguer les institutions politiques en général dans leurs réflexions sur la confiance et ils ont plutôt tendance à utiliser des critères qui leur permettent soit de faire confiance, soit de se méfier de tout le système.
En conclusion, il s'avère avec certitude que Sa Majesté le Roi Mohammed VI n'a insisté avec fermeté sur la réforme de l'administration que parce qu'une administration publique ouverte, inclusive, efficace, performante, accessible et proche des citoyennes et citoyens est la condition sine qua non de leur confiance envers les institutions et le processus démocratique.
* Lauréat de l'Institut supérieur
de l'administration


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.