La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite
Publié dans Libération le 17 - 10 - 2019

Trois jours après le nul contre la Libye (1-1), l'équipe nationale s'est de nouveau affaissée, mardi soir, face au Gabon (2-3), paralysée par des changements incessants dans la composition de départ, avant d'être terrassée par la foudre d'un adversaire sans génie mais avec une rigueur tactique et une envie qui lui ont largement fait défaut.
Cette affaire, il faut bien l'avouer, est extrêmement décevante et inquiétante avant le début des qualifications pour la CAN 2021, à domicile, le 15 novembre face à la Mauritanie, puis au Burundi, quatre jours plus tard. Un début de match au petit trot, quasiment aucune réaction après l'ouverture du score d'Aaron Boupendza (22'), jusqu'au moment où Alioui a flairé le bon coup, sur une passe en retrait mal assurée en direction du gardien gabonais, qu'il a effacé avant de servir sur un plateau son capitaine Amrabet pour une égalisation (32') soulageante, à défaut d'être rassurante sur le niveau de jeu de l'EN.
Ce qui a le plus sauté aux yeux, c'est qu'il y avait trop de joueurs qui n'ont pas été à la hauteur. Et on ne vise pas uniquement les défenseurs, qui ont offert des buts aux Gabonais. Tout d'abord, la seconde de leurs trois réalisations qu'ils doivent à une conduite de balle plus qu'approximative d'El Yamiq à l'entrée de sa surface de réparation, sanctionnée instantanément par le néo-Stéphanois Denis Bouanga (48'). Ensuite, ce fut au tour d'Issam Chebbak, entré en seconde mi-temps, d'inscrire un but gag contre son camp (80'). Même s'il est difficile de fermer les yeux sur la responsabilité d'Achraf Hakimi, l'un des rares à avoir surnagé, mais débordé aisément juste avant le centre qui amène le but.
A vrai dire, ce vilain impair illustre surtout toutes les difficultés de l'entrejeu marocain, mangé dans l'impact et pénalisé par le manque de justesse dans ses choix comme dans ses exécutions techniques.
Présenté comme l'un des nouveaux patrons au milieu, Adel Taarabt symbolisait ce constat cinglant. Entendez-nous bien, avec Hakimi et Amrabet, Taarabt a été l'un des meilleurs joueurs sur la pelouse, notamment au moment de s'extirper du pressing adverse et offrir des relais de qualité, même s'il n'a que trop peu pesé sur l'animation offensive de son équipe, son premier tir n'intervenant qu'à la 89'. L'unique fois où il s'est projeté dans les 16 mètres du Gabon, il a obtenu le penalty de l'égalisation (2-2), transformé par Amrabet, qui signe ainsi un doublé inédit (69'). Aussi, le Benfiquista a été l'un des rares à répondre au défi physique proposé par les Gabonais, avec plusieurs ballons récupérés (10 dont 6 en première mi-temps) et quelques contres annihilés, pour tenter d'affirmer son autorité. Mais celle-ci s'est progressivement effondrée, tirée vers le bas par son manque de repère dans ce poste de milieu relayeur gauche, au sein d'un 4-3-3 qui se mue en 4-1-4-1 défensivement. Pour preuve, son attitude défensive coupable sur l'ouverture du score. En se mettant hors de position, après avoir raté son interception sur une passe latérale au niveau du rond central, il a offert un décalage dans son dos qui n'a pu être comblé.
Ces difficultés ont également été celles d'El Messaoudi, mais multipliées par 1000. On grossit quelque peu le trait, mais le milieu de terrain de Groningen, aux Pays-Bas, a été en dessous de tout. Placement défensif poreux, relance très approximative. Bref, il n'a à aucun moment pu faire oublier la non-titularisation de S. Amrabat.
Vahid Halilhodzic qui avait décidé de muscler son entrejeu avec un triangle à pointe basse ne souhaitait pas accabler ce secteur plus que les autres. «Je suis un peu déçu pour mes joueurs car ils ont été volontaires. Mais ils ont manqué de structure, d'organisation et de synchronisation», jugeait le sélectionneur national. Et d'ajouter : «Certes le Gabon possède des joueurs de qualité, très bon en contre, mais on leur a offert trois cadeaux. Il y a des jours comme ça».
Même si le technicien souhaitait centrer son analyse sur l'expression collective, son constat collait parfaitement à la performance de ses milieux de terrain, dont les difficultés ont pénalisé l'équipe dans les deux sens du jeu. D'autant que Taarabt et El Messaoudi n'ont pas vraiment été soulagés par Bourabiaa, qui offre maladroitement le premier but au Gabon en voulant intercepter le ballon. Il ne s'est vraiment pas plus montré en réussite que ses deux coéquipiers. Ne parvenant pas non plus à offrir des solutions de qualité en transition offensive (prises de balle mal négociées, manque d'inspiration dans l'utilisation du ballon et difficultés à répondre au défi physique proposé) ni à aider son équipe à garder son équilibre à la perte du ballon.
Mais le coach bosnien n'a pas tort de ne pas vouloir désigner ses milieux de terrain comme les uniques responsables de cette déconvenue. Ils en sont juste le symbole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.