Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite
Publié dans Libération le 17 - 10 - 2019

Trois jours après le nul contre la Libye (1-1), l'équipe nationale s'est de nouveau affaissée, mardi soir, face au Gabon (2-3), paralysée par des changements incessants dans la composition de départ, avant d'être terrassée par la foudre d'un adversaire sans génie mais avec une rigueur tactique et une envie qui lui ont largement fait défaut.
Cette affaire, il faut bien l'avouer, est extrêmement décevante et inquiétante avant le début des qualifications pour la CAN 2021, à domicile, le 15 novembre face à la Mauritanie, puis au Burundi, quatre jours plus tard. Un début de match au petit trot, quasiment aucune réaction après l'ouverture du score d'Aaron Boupendza (22'), jusqu'au moment où Alioui a flairé le bon coup, sur une passe en retrait mal assurée en direction du gardien gabonais, qu'il a effacé avant de servir sur un plateau son capitaine Amrabet pour une égalisation (32') soulageante, à défaut d'être rassurante sur le niveau de jeu de l'EN.
Ce qui a le plus sauté aux yeux, c'est qu'il y avait trop de joueurs qui n'ont pas été à la hauteur. Et on ne vise pas uniquement les défenseurs, qui ont offert des buts aux Gabonais. Tout d'abord, la seconde de leurs trois réalisations qu'ils doivent à une conduite de balle plus qu'approximative d'El Yamiq à l'entrée de sa surface de réparation, sanctionnée instantanément par le néo-Stéphanois Denis Bouanga (48'). Ensuite, ce fut au tour d'Issam Chebbak, entré en seconde mi-temps, d'inscrire un but gag contre son camp (80'). Même s'il est difficile de fermer les yeux sur la responsabilité d'Achraf Hakimi, l'un des rares à avoir surnagé, mais débordé aisément juste avant le centre qui amène le but.
A vrai dire, ce vilain impair illustre surtout toutes les difficultés de l'entrejeu marocain, mangé dans l'impact et pénalisé par le manque de justesse dans ses choix comme dans ses exécutions techniques.
Présenté comme l'un des nouveaux patrons au milieu, Adel Taarabt symbolisait ce constat cinglant. Entendez-nous bien, avec Hakimi et Amrabet, Taarabt a été l'un des meilleurs joueurs sur la pelouse, notamment au moment de s'extirper du pressing adverse et offrir des relais de qualité, même s'il n'a que trop peu pesé sur l'animation offensive de son équipe, son premier tir n'intervenant qu'à la 89'. L'unique fois où il s'est projeté dans les 16 mètres du Gabon, il a obtenu le penalty de l'égalisation (2-2), transformé par Amrabet, qui signe ainsi un doublé inédit (69'). Aussi, le Benfiquista a été l'un des rares à répondre au défi physique proposé par les Gabonais, avec plusieurs ballons récupérés (10 dont 6 en première mi-temps) et quelques contres annihilés, pour tenter d'affirmer son autorité. Mais celle-ci s'est progressivement effondrée, tirée vers le bas par son manque de repère dans ce poste de milieu relayeur gauche, au sein d'un 4-3-3 qui se mue en 4-1-4-1 défensivement. Pour preuve, son attitude défensive coupable sur l'ouverture du score. En se mettant hors de position, après avoir raté son interception sur une passe latérale au niveau du rond central, il a offert un décalage dans son dos qui n'a pu être comblé.
Ces difficultés ont également été celles d'El Messaoudi, mais multipliées par 1000. On grossit quelque peu le trait, mais le milieu de terrain de Groningen, aux Pays-Bas, a été en dessous de tout. Placement défensif poreux, relance très approximative. Bref, il n'a à aucun moment pu faire oublier la non-titularisation de S. Amrabat.
Vahid Halilhodzic qui avait décidé de muscler son entrejeu avec un triangle à pointe basse ne souhaitait pas accabler ce secteur plus que les autres. «Je suis un peu déçu pour mes joueurs car ils ont été volontaires. Mais ils ont manqué de structure, d'organisation et de synchronisation», jugeait le sélectionneur national. Et d'ajouter : «Certes le Gabon possède des joueurs de qualité, très bon en contre, mais on leur a offert trois cadeaux. Il y a des jours comme ça».
Même si le technicien souhaitait centrer son analyse sur l'expression collective, son constat collait parfaitement à la performance de ses milieux de terrain, dont les difficultés ont pénalisé l'équipe dans les deux sens du jeu. D'autant que Taarabt et El Messaoudi n'ont pas vraiment été soulagés par Bourabiaa, qui offre maladroitement le premier but au Gabon en voulant intercepter le ballon. Il ne s'est vraiment pas plus montré en réussite que ses deux coéquipiers. Ne parvenant pas non plus à offrir des solutions de qualité en transition offensive (prises de balle mal négociées, manque d'inspiration dans l'utilisation du ballon et difficultés à répondre au défi physique proposé) ni à aider son équipe à garder son équilibre à la perte du ballon.
Mais le coach bosnien n'a pas tort de ne pas vouloir désigner ses milieux de terrain comme les uniques responsables de cette déconvenue. Ils en sont juste le symbole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.