Les Maldives réitèrent leur soutien total à la marocanité du Sahara    TRAM'BUS: un ticket unique pour les moyens de transport à Rabat    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Amzazi s'entretient à Paris avec la Directrice générale de l'Unesco    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Rêves brisés    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Edito : Incontournable    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

La hausse de l'endettement des entreprises, l'augmentation des portefeuilles d'actifs plus risqués et moins liquides détenus par les investisseurs institutionnels ainsi que le recours accru à l'emprunt extérieur par les pays émergents et les pays préémergents constituent les principaux facteurs de vulnérabilité du système financier mondial, selon un nouveau rapport du Fonds mondial international.
Dans ce document, intitulé « Rapport sur la stabilité financière dans le monde » (édition d'octobre 2019), l'institution de Bretton Woods appelle les décideurs des pays (concernés) à prendre de toute urgence des mesures pour s'attaquer aux facteurs de vulnérabilité financière, estimant que celles-ci pourraient aggraver le prochain ralentissement économique.
Ainsi, l'organisation les invite à une surveillance prudentielle et macroprudentielle plus stricte, à s'attaquer aux risques que courent les investisseurs institutionnels en renforçant la surveillance et la divulgation d'informations et à mettre en place des pratiques et cadres de gestion de la dette souveraine prudents.
Cependant, les politiques macroéconomiques et macroprudentielles devraient être adaptées à la situation de chaque pays, estime le FMI dans son rapport.
Ainsi, « dans les pays où l'activité économique reste robuste, mais où la vulnérabilité est élevée ou en hausse dans le contexte de conditions financières encore favorables, les dirigeants devraient de toute urgence durcir les politiques macroprudentielles, y compris les outils macroprudentiels généraux (par exemple, le volant anticyclique de fonds propres) », suggère l'organisation internationale.
Quant aux pays où la politique macroéconomique est assouplie face à une détérioration des perspectives économiques, mais où la vulnérabilité observée dans certains secteurs reste préoccupante, le FMI pense que « les dirigeants devront peut-être adopter une approche plus ciblée pour lutter contre telles ou telles poches de vulnérabilité ». Alors que les pays faisant face à un ralentissement prononcé devraient, de leur côté, « mettre l'accent sur des politiques plus accommodantes, compte tenu de la marge de manœuvre dont ils disposent », soutient-il.
En pratique, concernant la hausse de l'endettement des entreprises, le Fonds recommande de maintenir un contrôle rigoureux de l'évaluation du risque de crédit bancaire et des pratiques en matière de prêts. « Il faudrait s'efforcer d'accroître la divulgation d'informations et la transparence sur les marchés financiers non bancaires afin d'évaluer les risques de manière plus approfondie », explique-t-il.
Dans les pays où la dette globale des entreprises est jugée élevée sur le plan systémique, le Fonds monétaire suggère aux dirigeants d'envisager de mettre au point des outils prudentiels à l'intention des entreprises très endettées, en plus des outils prudentiels établis spécifiquement pour le secteur bancaire.
Dans le but de réduire les incitations à emprunter de manière excessive, l'institution recommande « la réduction de la tendance, dans les systèmes fiscaux, à favoriser le financement par l'emprunt au détriment du financement par émission d'actions ».
S'agissant des risques que courent les investisseurs institutionnels, le rapport de l'organisation financière fait aussi des recommandations, insistant sur la nécessité de renforcer la surveillance des entités financières non bancaires afin de faire face à l'augmentation des portefeuilles d'actifs plus risqués et moins liquides détenus par les investisseurs institutionnels.
Concrètement, le Fonds affirme qu'il est possible de s'attaquer à la vulnérabilité des investisseurs institutionnels. Pour cela, il suffira de mettre en place « des incitations appropriées (par exemple, réduire l'offre de produits à rendement garanti), en adoptant des normes minimales de solvabilité et de liquidité, et en améliorant la communication d'informations ».
Quant au recours accru à l'emprunt extérieur par les pays émergents et les pays préémergents, la principale recommandation de l'institution à l'attention des pays émergents et les pays préémergents consiste à les encourager à mettre en place des pratiques prudentes et des cadres solides de gestion de la dette afin d'atténuer les risques liés à la viabilité de la dette.
En plus de toutes ces mesures, le FMI estime crucial de coordonner l'action à l'échelle mondiale, soulignant la nécessité d'en finir avec les tensions commerciales.
Ce n'est pas tout. « Les dirigeants devraient, en outre, achever et mettre pleinement en œuvre le programme mondial de réforme de la réglementation, en veillant à ce qu'on ne revienne pas sur les normes réglementaires », souligne l'organisation. Et de souligner également la nécessité de « maintenir la coordination et la collaboration au niveau international pour assurer d'ici la fin de 2021 une transition en douceur du LIBOR (taux de référence du marché monétaire de différentes devises) vers de nouveaux taux de référence pour toute une série de contrats financiers partout dans le monde ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.