Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/38510981-33576621.jpg?v=1571573864" alt="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" title="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/38510981-33576621.jpg?v=1571573869" alt="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" title="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" width="708" /
Le film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb a été projeté, samedi à Oslo, dans le cadre de la 11ème édition du Festival du cinéma africain "Kino Afrika" qui célèbre cette année les cinéastes africaines.
Hind Meddeb a livré à l'assistance un documentaire humaniste et engagé sur le sort des migrants sans abri pris au piège des rues parisiennes, en faisant mémoire d'un quartier, Stalingrad, où il aura été question de survivre ensemble.
Ce film (2019), coréalisé par Thim Naccache, cartographie le calvaire d'un groupe de réfugiés entre campements de rue, interminables files d'attente devant les administrations et descentes de police. Du collectif, s'élève la voix de Souleymane, exilé du Darfour et arrivé en France après un périple traumatisant de cinq longues années. La "Ville lumière" lui révèle un autre visage.
A la dureté des épreuves répond sa poésie douce-amère, qui vient cohabiter avec la voix off de la cinéaste marocaine.
Dans une déclaration à la MAP, Hind Medded a expliqué que son film dévoile "l'injustice à l'égard des migrants rescapés qui fuient la guerre à la recherche d'asile, mais qui se font une nouvelle fois maltraiter par la police et l'administration qui refusent de les accepter en tant que réfugiés".
Le message est de dire "qu'il ne s'agit pas simplement de faire des actions humanitaires à l'autre bout du monde, mais de s'engager d'abord localement pour aider les gens qui en ont besoin", a-t-elle relevé, ajoutant que "Paris doit être mise face à ses responsabilités".
Sur sa participation au festival, la scénariste s'est dite "très honorée" et "impressionnée" par le travail que mène la communauté africaine établie à Oslo, notant que l'idée est de montrer à l'Occident qu'il y a des femmes africaines engagées dans la lutte contre les préjugés véhiculés sur le continent, ainsi que sur le monde arabe et musulman.
La participation marocaine a été ponctuée par la projection d'un autre long-métrage "Apatride" de la réalisatrice Narjiss Nejjar, qui relate le drame vécu par plus de 350.000 Marocains expulsés d'Algérie en 1975, dépouillés de leurs biens et arrachés brutalement à leurs familles.
La caméra suit Hénia, rôle brillamment interprété par El Ghalia Ben Zaouia, qui se bat pour exister après un douloureux exil forcé, à cause de la marocanité de son père. Restée seule après sa mort, causée par les souffrances endurées, elle connaît bien des déboires et vit, comme une paria, sans papiers, dans l'espoir de retourner retrouver sa mère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.