Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/38510981-33576621.jpg?v=1571573864" alt="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" title="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/38510981-33576621.jpg?v=1571573869" alt="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" title="Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb" width="708" /
Le film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb a été projeté, samedi à Oslo, dans le cadre de la 11ème édition du Festival du cinéma africain "Kino Afrika" qui célèbre cette année les cinéastes africaines.
Hind Meddeb a livré à l'assistance un documentaire humaniste et engagé sur le sort des migrants sans abri pris au piège des rues parisiennes, en faisant mémoire d'un quartier, Stalingrad, où il aura été question de survivre ensemble.
Ce film (2019), coréalisé par Thim Naccache, cartographie le calvaire d'un groupe de réfugiés entre campements de rue, interminables files d'attente devant les administrations et descentes de police. Du collectif, s'élève la voix de Souleymane, exilé du Darfour et arrivé en France après un périple traumatisant de cinq longues années. La "Ville lumière" lui révèle un autre visage.
A la dureté des épreuves répond sa poésie douce-amère, qui vient cohabiter avec la voix off de la cinéaste marocaine.
Dans une déclaration à la MAP, Hind Medded a expliqué que son film dévoile "l'injustice à l'égard des migrants rescapés qui fuient la guerre à la recherche d'asile, mais qui se font une nouvelle fois maltraiter par la police et l'administration qui refusent de les accepter en tant que réfugiés".
Le message est de dire "qu'il ne s'agit pas simplement de faire des actions humanitaires à l'autre bout du monde, mais de s'engager d'abord localement pour aider les gens qui en ont besoin", a-t-elle relevé, ajoutant que "Paris doit être mise face à ses responsabilités".
Sur sa participation au festival, la scénariste s'est dite "très honorée" et "impressionnée" par le travail que mène la communauté africaine établie à Oslo, notant que l'idée est de montrer à l'Occident qu'il y a des femmes africaines engagées dans la lutte contre les préjugés véhiculés sur le continent, ainsi que sur le monde arabe et musulman.
La participation marocaine a été ponctuée par la projection d'un autre long-métrage "Apatride" de la réalisatrice Narjiss Nejjar, qui relate le drame vécu par plus de 350.000 Marocains expulsés d'Algérie en 1975, dépouillés de leurs biens et arrachés brutalement à leurs familles.
La caméra suit Hénia, rôle brillamment interprété par El Ghalia Ben Zaouia, qui se bat pour exister après un douloureux exil forcé, à cause de la marocanité de son père. Restée seule après sa mort, causée par les souffrances endurées, elle connaît bien des déboires et vit, comme une paria, sans papiers, dans l'espoir de retourner retrouver sa mère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.