Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

Comme les cinq doigts de la main même s'ils sont maintenant six ! Une coordination et cinq syndicats, en l'occurrence la FDT, l'UMT, la CDT, l'UGTM et la FNE ont, en effet, fait front commun contre le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Dans un communiqué rendu public vendredi dernier, ils ont exprimé leur soutien sans réserve à la grève nationale qui sera organisée ces mercredi et jeudi 23 et 24 octobre par la Coordination des enseignants contraints à la contractualisation.
Ils ont, dans ce cadre, considéré que « le dossier de la contractualisation continue à faire du sur-place et que le ministère/gouvernement continue à l'accaparer depuis 2016 malgré les deux réunions que ce département a tenues avec les syndicats d'enseignants en 2019 en présence et avec la participation d'une commission de dialogue représentative de la Coordination des enseignants contraints à la contractualisation ». Et d'ajouter que ledit ministère « continue à tergiverser » à ne pas respecter ses accords avec les enseignants contractuels et qu'il recourt à « l'intimidation » et à « l'abus » contre eux et contre leurs représentants comme en attestent « les prélèvements sur salaires des enseignants, les restrictions imposées aux membres de la Coordination, l'absence de mouvement de mutation, la non affectation des enseignants à leurs postes, l'absence de bénéfice des allocations familiales, l'instabilité sociale et professionnelle, la non autorisation des changements de cycle dans le secondaire et de passation des concours y compris ceux du cycle supérieur, la démission des enseignants, …. ».
Pour toutes ces raisons, ces cinq syndicats soutiennent le mouvement de grève « jusqu'à la réalisation de la revendication de la fin du système de contrat et l'intégration de l'ensemble des enseignants dans les cycles de la fonction publique » et demandent au gouvernement et au ministère de l'Education nationale d' « annuler toutes les mesures arbitraires et abusives et de mettre fin à l'intimidation et aux menaces ».
Après avoir réitéré leur « volonté inébranlable de défendre l'enseignement public » et « des services d'enseignement au diapason des aspirations du citoyen marocain », ils exhortent le département en question à ouvrir un « dialogue sérieux et responsable » sur ce dossier et appellent à « l'union dans le combat en vue d'un front social unifié pour la défense de l'enseignement et les services publics contre les complots qui se trament contre eux ».
Il convient de rappeler que les enseignants cadres des AREF n'ont cessé de lutter contre leur intégration au sein de la fonction publique et que la lutte qu'ils avaient menée au cours de l'année dernière avait fait planer sur elle la menace d'une année blanche, n'eût été le fait que le ministère de tutelle a fait marche arrière sur ses positions initiales.
Les décisions qu'il a prises n'ayant pas eu l'heur de satisfaire leur principale revendication, ces enseignants se sont préparés pour se mettre de nouveau en ordre de bataille en ce début d'année scolaire.
Dans un premier temps, leur coordination a tenu une réunion de ses cinq bureaux régionaux le 29 septembre dans le but de les réorganiser, mais aussi pour la nomination de ses représentants pour chaque région. Et à la date du 13 octobre dernier, son Conseil national a tenu une réunion durant laquelle il a traité de la feuille de route à suivre pour faire valoir le droit à l'intégration au statut de la fonction publique. Il a, par la suite, annoncé la tenue d'une grève nationale les 23 et 24 octobre courant. La cause ? "La gestion déraisonnable des ressources humaines par les différents AREF et par le ministère de l'Education nationale, surtout que le redéploiement des enseignants a été entaché par d'innombrables infractions", précise un communiqué de ladite coordination. Laquelle a également affirmé que le ministère de l'Education nationale n'a pas respecté ses engagements du 13 avril, essentiellement en ce qui concerne la suppression des examens de qualification professionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.