Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2019

Comme les cinq doigts de la main même s'ils sont maintenant six ! Une coordination et cinq syndicats, en l'occurrence la FDT, l'UMT, la CDT, l'UGTM et la FNE ont, en effet, fait front commun contre le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Dans un communiqué rendu public vendredi dernier, ils ont exprimé leur soutien sans réserve à la grève nationale qui sera organisée ces mercredi et jeudi 23 et 24 octobre par la Coordination des enseignants contraints à la contractualisation.
Ils ont, dans ce cadre, considéré que « le dossier de la contractualisation continue à faire du sur-place et que le ministère/gouvernement continue à l'accaparer depuis 2016 malgré les deux réunions que ce département a tenues avec les syndicats d'enseignants en 2019 en présence et avec la participation d'une commission de dialogue représentative de la Coordination des enseignants contraints à la contractualisation ». Et d'ajouter que ledit ministère « continue à tergiverser » à ne pas respecter ses accords avec les enseignants contractuels et qu'il recourt à « l'intimidation » et à « l'abus » contre eux et contre leurs représentants comme en attestent « les prélèvements sur salaires des enseignants, les restrictions imposées aux membres de la Coordination, l'absence de mouvement de mutation, la non affectation des enseignants à leurs postes, l'absence de bénéfice des allocations familiales, l'instabilité sociale et professionnelle, la non autorisation des changements de cycle dans le secondaire et de passation des concours y compris ceux du cycle supérieur, la démission des enseignants, …. ».
Pour toutes ces raisons, ces cinq syndicats soutiennent le mouvement de grève « jusqu'à la réalisation de la revendication de la fin du système de contrat et l'intégration de l'ensemble des enseignants dans les cycles de la fonction publique » et demandent au gouvernement et au ministère de l'Education nationale d' « annuler toutes les mesures arbitraires et abusives et de mettre fin à l'intimidation et aux menaces ».
Après avoir réitéré leur « volonté inébranlable de défendre l'enseignement public » et « des services d'enseignement au diapason des aspirations du citoyen marocain », ils exhortent le département en question à ouvrir un « dialogue sérieux et responsable » sur ce dossier et appellent à « l'union dans le combat en vue d'un front social unifié pour la défense de l'enseignement et les services publics contre les complots qui se trament contre eux ».
Il convient de rappeler que les enseignants cadres des AREF n'ont cessé de lutter contre leur intégration au sein de la fonction publique et que la lutte qu'ils avaient menée au cours de l'année dernière avait fait planer sur elle la menace d'une année blanche, n'eût été le fait que le ministère de tutelle a fait marche arrière sur ses positions initiales.
Les décisions qu'il a prises n'ayant pas eu l'heur de satisfaire leur principale revendication, ces enseignants se sont préparés pour se mettre de nouveau en ordre de bataille en ce début d'année scolaire.
Dans un premier temps, leur coordination a tenu une réunion de ses cinq bureaux régionaux le 29 septembre dans le but de les réorganiser, mais aussi pour la nomination de ses représentants pour chaque région. Et à la date du 13 octobre dernier, son Conseil national a tenu une réunion durant laquelle il a traité de la feuille de route à suivre pour faire valoir le droit à l'intégration au statut de la fonction publique. Il a, par la suite, annoncé la tenue d'une grève nationale les 23 et 24 octobre courant. La cause ? "La gestion déraisonnable des ressources humaines par les différents AREF et par le ministère de l'Education nationale, surtout que le redéploiement des enseignants a été entaché par d'innombrables infractions", précise un communiqué de ladite coordination. Laquelle a également affirmé que le ministère de l'Education nationale n'a pas respecté ses engagements du 13 avril, essentiellement en ce qui concerne la suppression des examens de qualification professionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.