Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

La dernière publication mensuelle «Maroc Conjoncture » (n° 316) du Centre marocain de conjoncture (CMC) est disponible. Dans ce spécial consacré au numérique au Maroc et à sa stratégie de développement, le Centre note que le Maroc s'emploie à faire du numérique l'outil décisif du perfectionnement de sa compétitivité.
« La volonté affichée par le Royaume laisse penser que les nouvelles technologies seraient à la base de la démocratisation de l'accès aux services financiers, de la réduction de l'ampleur du secteur informel et plus généralement d'une plus grande transparence dans l'implication des agents économiques et autres acteurs sociaux », souligne le CMC.
Cependant, si l'accès à l'Internet et l'utilisation des réseaux sociaux enregistrent une évolution explosive, le Centre estime qu'il n'en demeure pas moins que des efforts importants restent à déployer pour permettre aux dispositifs numériques de jouer un rôle énergique dans la création d'emplois pour les jeunes et dans l'inclusion.
Dans une note synthétisant les axes principaux de ce spécial, le Centre rappelle que le monde où nous vivons accorde une place de plus en plus large aux nouvelles technologies et soutient que « la digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique dans ses différentes composantes sectorielles ».
Pour le CMC, il ne fait aucun doute que la digitalisation s'impose désormais comme un atout incontournable de la valorisation des facteurs de production et un composant infaillible de l'attractivité des investissements dans le monde.
« Le digital offre un immense potentiel qui peut rendre possibles de nouveaux modes de développement et aider les pays et les individus à accéder aux connaissances », poursuit le CMC.
L'occasion de rappeler que les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont largement contribué à la modernisation de l'administration publique de par le monde où elles prennent toute leur place dans la réforme de l'Etat.
Evoquant le cas du Maroc, le CMC rappelle que l'adoption des technologies numériques au sein de l'administration a déjà été amorcée depuis quelques années.
Mais si d'importantes avancées ont depuis lors été réalisées, il n'en reste pas moins vrai qu'il a un retard à rattraper, fait-il savoir. Et de noter que « les entreprises comme les particuliers attendent de l'administration l'introduction de plus de cohérence, de souplesse dans leurs démarches administratives et plus d'efficacité et de transparence dans les services que l'administration leur offre et qu'elle s'adapte à leurs besoins qui s'accroissent et se diversifient à mesure que la société de l'information progresse.
Des retards importants synonymes d'autant d'opportunités manquées, note également le Centre lorsqu'il évoque le haut débit dont la forte diffusion au Maroc « contribuerait à la réalisation des objectifs de développement visés : émergence, augmentation de la valeur ajoutée des exportations, emploi, etc., alors que la fracture du haut débit est pleine de menaces ».
Si le haut débit apporte de multiples bienfaits à l'économie et à la société, force est de constater que « le pays souffre d'un sous-développement du secteur en comparaison avec des pays comparables et les pays de la région MENA », déplore le CMC.
« La diffusion de l'Internet HD fixe est particulièrement faible, les services ADSL semblent pénalisés par la problématique du dégroupage de la boucle locale filaire majoritairement détenue par l'opérateur historique et les services de fibre optique sont encore sous-utilisés », constate-t-il.
Qu'à cela ne tienne, le CMC note tout de même l'émergence d'une activité à fort potentiel de développement grâce au commerce électronique qui a enregistré ces dernières années une petite percée parallèlement au développement de l'activité monétique au Maroc.
En effet, « la vente en ligne qui représente actuellement 1 % du montant global des paiements par carte bancaire est en progression au taux moyen de 35 % par an depuis 2015 », relève le CMC.
En dépit d'un chiffre d'affaires encore limité, tout porte à croire que le commerce en ligne présente un potentiel de développement important qui ne cesse de se confirmer avec la progression des sites marchands ces dernières années.
Il importe de soutenir ce mouvement à travers la levée des obstacles qui limitent encore l'offre et la demande sur ces sites à travers les réseaux du e-commerce et la mise en place de solutions de paiement en ligne adaptées aux besoins des consommateurs et entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.