Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Une nouvelle agence ANAPEC à l'Université Hassan II de Casablanca    Compensation: La charge décroche de 12%    La CGEM propose la création d'un "Label santé"    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Covid-19-Cas suspects: des centres de santé dans les quartiers    Migration illégale: Interpellations à Tan-Tan    Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure    Covid-19 : Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?    Ciments Modernes étend son voile en Cote d'Ivoire avec une nouvelle cimenterie    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

La dernière publication mensuelle «Maroc Conjoncture » (n° 316) du Centre marocain de conjoncture (CMC) est disponible. Dans ce spécial consacré au numérique au Maroc et à sa stratégie de développement, le Centre note que le Maroc s'emploie à faire du numérique l'outil décisif du perfectionnement de sa compétitivité.
« La volonté affichée par le Royaume laisse penser que les nouvelles technologies seraient à la base de la démocratisation de l'accès aux services financiers, de la réduction de l'ampleur du secteur informel et plus généralement d'une plus grande transparence dans l'implication des agents économiques et autres acteurs sociaux », souligne le CMC.
Cependant, si l'accès à l'Internet et l'utilisation des réseaux sociaux enregistrent une évolution explosive, le Centre estime qu'il n'en demeure pas moins que des efforts importants restent à déployer pour permettre aux dispositifs numériques de jouer un rôle énergique dans la création d'emplois pour les jeunes et dans l'inclusion.
Dans une note synthétisant les axes principaux de ce spécial, le Centre rappelle que le monde où nous vivons accorde une place de plus en plus large aux nouvelles technologies et soutient que « la digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique dans ses différentes composantes sectorielles ».
Pour le CMC, il ne fait aucun doute que la digitalisation s'impose désormais comme un atout incontournable de la valorisation des facteurs de production et un composant infaillible de l'attractivité des investissements dans le monde.
« Le digital offre un immense potentiel qui peut rendre possibles de nouveaux modes de développement et aider les pays et les individus à accéder aux connaissances », poursuit le CMC.
L'occasion de rappeler que les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont largement contribué à la modernisation de l'administration publique de par le monde où elles prennent toute leur place dans la réforme de l'Etat.
Evoquant le cas du Maroc, le CMC rappelle que l'adoption des technologies numériques au sein de l'administration a déjà été amorcée depuis quelques années.
Mais si d'importantes avancées ont depuis lors été réalisées, il n'en reste pas moins vrai qu'il a un retard à rattraper, fait-il savoir. Et de noter que « les entreprises comme les particuliers attendent de l'administration l'introduction de plus de cohérence, de souplesse dans leurs démarches administratives et plus d'efficacité et de transparence dans les services que l'administration leur offre et qu'elle s'adapte à leurs besoins qui s'accroissent et se diversifient à mesure que la société de l'information progresse.
Des retards importants synonymes d'autant d'opportunités manquées, note également le Centre lorsqu'il évoque le haut débit dont la forte diffusion au Maroc « contribuerait à la réalisation des objectifs de développement visés : émergence, augmentation de la valeur ajoutée des exportations, emploi, etc., alors que la fracture du haut débit est pleine de menaces ».
Si le haut débit apporte de multiples bienfaits à l'économie et à la société, force est de constater que « le pays souffre d'un sous-développement du secteur en comparaison avec des pays comparables et les pays de la région MENA », déplore le CMC.
« La diffusion de l'Internet HD fixe est particulièrement faible, les services ADSL semblent pénalisés par la problématique du dégroupage de la boucle locale filaire majoritairement détenue par l'opérateur historique et les services de fibre optique sont encore sous-utilisés », constate-t-il.
Qu'à cela ne tienne, le CMC note tout de même l'émergence d'une activité à fort potentiel de développement grâce au commerce électronique qui a enregistré ces dernières années une petite percée parallèlement au développement de l'activité monétique au Maroc.
En effet, « la vente en ligne qui représente actuellement 1 % du montant global des paiements par carte bancaire est en progression au taux moyen de 35 % par an depuis 2015 », relève le CMC.
En dépit d'un chiffre d'affaires encore limité, tout porte à croire que le commerce en ligne présente un potentiel de développement important qui ne cesse de se confirmer avec la progression des sites marchands ces dernières années.
Il importe de soutenir ce mouvement à travers la levée des obstacles qui limitent encore l'offre et la demande sur ces sites à travers les réseaux du e-commerce et la mise en place de solutions de paiement en ligne adaptées aux besoins des consommateurs et entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.