Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eric Renard : L'économie sociale et solidaire représente l'économie de demain
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2019

Eric Renard est responsable d'une PME française "Argan éco-responsable"
qui transforme l'huile d'argan.
Le 12 octobre courant en partenariat
avec l'Association Essaouira Mogador,
il a construit une école maternelle dans la région de production et a installé des équipements solaires au village d'Imjahid situé dans la commune d'Ounagha.
Ce partenariat a permis aux enfants d'éviter de parcourir 10 km par
jour pour aller à l'école.
Libé : Comment est né votre projet et pourquoi le choix de cette région?
Eric Renard : Le projet est né d'une rencontre entre des hommes et des femmes qui ont souhaité partager une belle aventure. Un projet éthique qui permet de contribuer à l'amélioration des conditions de vie des populations arganières, tout en développant des produits cosmétiques de première qualité.
L'argan est un arbre qui n'existe et qui ne pousse que dans cette région du Maroc, d'où le choix de recueillir les bienfaits originels des richesses naturelles dans nos produits. Ce sont des matériaux nobles, qui ont des caractéristiques qui permettent d'améliorer davantage les formules de nos produits, avec une traçabilité complète, de la cueillette jusqu'à nos laboratoires.
Un projet qui fait partie de notre raison d'être.
Soucieux de contribuer au confort et au respect de ceux concernés de près ou de loin par l'huile d'argan qu'il utilise dans ses cosmétiques, Le Petit Olivier participe à la sauvegarde de l'arganeraie marocaine.
C'est pourquoi il utilise une huile d'argan pure, issue du cœur de la réserve de biosphère de l'arganeraie et travaillée par les femmes d'une coopérative responsable qui ramassent, dépulpent et concassent les noix d'argan. Ces femmes perçoivent un salaire juste et supérieur à la moyenne. Elles évoluent dans un cadre de travail qui préserve leur bien-être et leur intimité.
Votre filière "Argan éco-responsable" a des projets au Maroc dans les domaines de l'énergie et de l'éducation. Pourquoi ce choix?
Nous souhaitons permettre aux populations des zones reculées de la province d'Essaouira de bénéficier de l'électricité, tout en leur assurant des conditions de vie plus agréables et un revenu.
Notre filière permet ainsi de réaliser différents objectifs en matière de développement durable, tels que la sauvegarde de l'arganeraie, la lutte contre la pauvreté, l'arrêt de la désertification, mais également l'accès à l'éducation, grâce à la construction d'une école.
Ces projets sont le reflet de notre ADN et illustrent parfaitement nos quatre engagements, à savoir : le respect de la femme, la sélection de matières premières de qualité, le respect de l'environnement et le respect de l'humain.
Quels sont vos partenaires dans ce projet au Maroc?
Le Petit Olivier et Intermarché sont les deux intervenants français sur ce projet, en plus des autorités locales qui ont été très présentes et impliquées. Nous avons œuvré avec la Fondation Mohammed VI pour la protection et la sauvegarde de l'arganeraie, la société Cleanergy, basée à Rabat pour la première partie du projet et avec l'Association Essaouira Mogador pour le suivi de la construction de cette école. Tous ensemble, nous avons contribué à l'installation des équipements du village solaire, mais aussi à la construction d'un bâtiment spécifique de 156 m2 dans ce même village qui accueille une nouvelle coopérative de femmes pour le dépulpage et le concassage des noix d'argan.
Le 12 octobre courant, ils ont pérennisé leur action et associé de nouveau le consommateur à l'optimisation des conditions de vie des populations arganières avec la construction d'une école maternelle.
Le 12 octobre, vous avez inauguré une école maternelle au Maroc dans la région d'Essaouira. Comment vous avez réalisé ce projet?
C'est grâce à l'investissement des parties prenantes et aux valeurs éthiques qu'elles revendiquent que ce projet a vu le jour.
Aujourd'hui, les enfants font 5 km à pied pour aller à l'école primaire, soit 10 km par jour. Le Petit Olivier et Intermarché ont donc souhaité réitérer l'opération du consommateur acteur en reversant dans ce projet 10% du CA HT réalisé sur la gamme argan.
Comment une entreprise aujourd'hui peut-elle faire du profit et jouer un rôle éducatif et responsable ? Est-ce compatible?
Ces projets d'économie sociale et solidaire, qui participent non seulement au développement de l'économie locale mais aussi à la dynamique de ces territoires représentent l'économie de demain. L'engagement du Petit Olivier en faveur de la beauté responsable est une démarche volontaire et concrète depuis sa création. Cela relève de notre responsabilité sociale d'entreprise et ne représente pas qu'une pensée à la mode, c'est un véritable mode de pensée : celui du Petit Olivier. Nous générons du profit pour le réinvestir et en faire bénéficier les parties prenantes qui interagissent avec notre groupe et qui font notre succès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.