Tourisme national : un secteur d'avenir    Bisazza ouvre sa première vitrine virtuelle au Maroc    Greenvillage.ma : Une plateforme ultra moderne pour le Bio voit le jour    Pacte pour la relance économique et l'emploi : A quoi s'engage l'Etat...    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche à Berkane    Tanger/Covid-19: les mesures de contrôle durcies davantage    Explosions au Liban: l'aide marocaine est arrivée à Beyrouth    HCP: cinq régions concentrent plus de 70% des chômeurs    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur    La terre a tremblé en Algérie    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    OMS: Dr. Tedros prie les Américains de revenir à l'OMS    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Météo France: 45 départements placés en vigilance orange canicule    Le bilan s'alourdit au Liban    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eric Renard : L'économie sociale et solidaire représente l'économie de demain
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2019

Eric Renard est responsable d'une PME française "Argan éco-responsable"
qui transforme l'huile d'argan.
Le 12 octobre courant en partenariat
avec l'Association Essaouira Mogador,
il a construit une école maternelle dans la région de production et a installé des équipements solaires au village d'Imjahid situé dans la commune d'Ounagha.
Ce partenariat a permis aux enfants d'éviter de parcourir 10 km par
jour pour aller à l'école.
Libé : Comment est né votre projet et pourquoi le choix de cette région?
Eric Renard : Le projet est né d'une rencontre entre des hommes et des femmes qui ont souhaité partager une belle aventure. Un projet éthique qui permet de contribuer à l'amélioration des conditions de vie des populations arganières, tout en développant des produits cosmétiques de première qualité.
L'argan est un arbre qui n'existe et qui ne pousse que dans cette région du Maroc, d'où le choix de recueillir les bienfaits originels des richesses naturelles dans nos produits. Ce sont des matériaux nobles, qui ont des caractéristiques qui permettent d'améliorer davantage les formules de nos produits, avec une traçabilité complète, de la cueillette jusqu'à nos laboratoires.
Un projet qui fait partie de notre raison d'être.
Soucieux de contribuer au confort et au respect de ceux concernés de près ou de loin par l'huile d'argan qu'il utilise dans ses cosmétiques, Le Petit Olivier participe à la sauvegarde de l'arganeraie marocaine.
C'est pourquoi il utilise une huile d'argan pure, issue du cœur de la réserve de biosphère de l'arganeraie et travaillée par les femmes d'une coopérative responsable qui ramassent, dépulpent et concassent les noix d'argan. Ces femmes perçoivent un salaire juste et supérieur à la moyenne. Elles évoluent dans un cadre de travail qui préserve leur bien-être et leur intimité.
Votre filière "Argan éco-responsable" a des projets au Maroc dans les domaines de l'énergie et de l'éducation. Pourquoi ce choix?
Nous souhaitons permettre aux populations des zones reculées de la province d'Essaouira de bénéficier de l'électricité, tout en leur assurant des conditions de vie plus agréables et un revenu.
Notre filière permet ainsi de réaliser différents objectifs en matière de développement durable, tels que la sauvegarde de l'arganeraie, la lutte contre la pauvreté, l'arrêt de la désertification, mais également l'accès à l'éducation, grâce à la construction d'une école.
Ces projets sont le reflet de notre ADN et illustrent parfaitement nos quatre engagements, à savoir : le respect de la femme, la sélection de matières premières de qualité, le respect de l'environnement et le respect de l'humain.
Quels sont vos partenaires dans ce projet au Maroc?
Le Petit Olivier et Intermarché sont les deux intervenants français sur ce projet, en plus des autorités locales qui ont été très présentes et impliquées. Nous avons œuvré avec la Fondation Mohammed VI pour la protection et la sauvegarde de l'arganeraie, la société Cleanergy, basée à Rabat pour la première partie du projet et avec l'Association Essaouira Mogador pour le suivi de la construction de cette école. Tous ensemble, nous avons contribué à l'installation des équipements du village solaire, mais aussi à la construction d'un bâtiment spécifique de 156 m2 dans ce même village qui accueille une nouvelle coopérative de femmes pour le dépulpage et le concassage des noix d'argan.
Le 12 octobre courant, ils ont pérennisé leur action et associé de nouveau le consommateur à l'optimisation des conditions de vie des populations arganières avec la construction d'une école maternelle.
Le 12 octobre, vous avez inauguré une école maternelle au Maroc dans la région d'Essaouira. Comment vous avez réalisé ce projet?
C'est grâce à l'investissement des parties prenantes et aux valeurs éthiques qu'elles revendiquent que ce projet a vu le jour.
Aujourd'hui, les enfants font 5 km à pied pour aller à l'école primaire, soit 10 km par jour. Le Petit Olivier et Intermarché ont donc souhaité réitérer l'opération du consommateur acteur en reversant dans ce projet 10% du CA HT réalisé sur la gamme argan.
Comment une entreprise aujourd'hui peut-elle faire du profit et jouer un rôle éducatif et responsable ? Est-ce compatible?
Ces projets d'économie sociale et solidaire, qui participent non seulement au développement de l'économie locale mais aussi à la dynamique de ces territoires représentent l'économie de demain. L'engagement du Petit Olivier en faveur de la beauté responsable est une démarche volontaire et concrète depuis sa création. Cela relève de notre responsabilité sociale d'entreprise et ne représente pas qu'une pensée à la mode, c'est un véritable mode de pensée : celui du Petit Olivier. Nous générons du profit pour le réinvestir et en faire bénéficier les parties prenantes qui interagissent avec notre groupe et qui font notre succès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.