Rencontre    Producteur tabassé par des policiers: Macron a fait une demande au gouvernement    Covid-19, Agadir se prépare au pire    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    Démocratie et Mirages    ADFM : la pandémie, une opportunité pour relever les défis de l'effectivité des droits des femmes    Les Verts raflent la mise    Le secteur maritime défie le coronavirus    La Bourse de Casablanca finit la semaine en nette baisse    Nasser Bourita : La Politique européenne de voisinage est plus que nécessaire au regard du contexte de crise pandémique    Youssef Balla : L'Algérie assume l'entière responsabilité dans le différend régional sur le Sahara marocain    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    Kate Middleton populaire    Meghan Markle, de l' exil retentissant au drame intime    Message de condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Feu Mahmoud El Idrissi    La position de l'Espagne sur le Sahara « reste toujours inchangée » (MAE espagnole)    Finale de la LDC: l'arbitre marocain Redouane Jaid absent à cause du coronavirus    Ibrahimovic dénonce l' utilisation de son nom dans le jeu Fifa    Décès de Maradona: Messi ému lors de la minute de silence du Barça (VIDEO)    CIH Bank : le PNB s'améliore de 13%    Violence à l'encontre des femmes: ce qu'il faut retenir de l'enquête du HCP    Maroc/Covid-19: 1.727 nouveaux cas à Casa-Settat (Bilan quotidien)    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Air Arabia lance la ligne Casablanca-Malaga    Vaccination : les détails de l'opération à Casablanca-Settat    Ô Vaccin ! Quand tu nous tiens    "[email protected]" et "Bayyan [email protected]", les deux produits de l'ADII dédiés à l'entreprise et au consommateur    Covid-19 : Les achats en ligne ont le vent en poupe    El Guerguerat : L'opération des FAR débarque au Parlement irlandais    Pêche maritime : nouvel accord entre le Maroc et la Russie    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    Covid-19 au Maroc: voici la date des premières vaccinations    Diego Maradona enterré dans un cimetière de Buenos Aires    Sida Maroc : 73% des cas savent qu'ils sont atteints    Covid-19 : La Russie promeut «Sputnik» au Maroc    Guergarat. L'appui du batonnier Jean-Claude Muyambo et l'alliance des amitiés Congo-Maroc    UM6P : quatre chercheurs distingués par l'Université de Stanford    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Migration irrégulière : La Marine royale porte assistance à 50 Subsahariens au large de Nador    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Nairobi, la forêt de Karura renaît
Publié dans Libération le 30 - 10 - 2019

"On ramassait des corps qui avaient été jetés, certains en décomposition, d'autres plus frais", raconte John Chege, se remémorant ses premières patrouilles dans la forêt de Karura, à une époque où voleurs et assassins étaient plus nombreux que les promeneurs dans ces bois au coeur de Nairobi.
La réputation de Karura était sulfureuse et accompagnée de légendes urbaines racontées pour faire peur aux enfants. La nuit, M. Chege et les autres rangers redoutaient les tours de garde, passés torche en main en espérant ne pas croiser le chemin d'un intrus.
"C'était l'enfer", assure M. Chege, chef des rangers de Karura depuis 2009, lorsqu'ont été entrepris de sérieux efforts pour rendre cette forêt aux habitants de Nairobi.
"Aujourd'hui, nous nous réjouissons qu'il n'y ait plus rien de tel", sourit M. Chege.
Karura accueille désormais jusqu'à 30.000 visiteurs par mois, contre zéro en 2009.
En l'espace de 10 ans, ce dangereux no man's land est devenu un des endroits les plus sûrs et les plus populaires de la capitale kényane, une bouffée d'air frais dans une ville minée par le vacarme et la pollution des embouteillages.
Selon les défenseurs de l'environnement, Karura, deuxième forêt la plus grande du monde située au coeur d'une ville, est également devenue un symbole de résistance face à l'accaparement des terres, pratique courante au Kenya, et au développement immobilier.
Les forêts kényanes sont amputées chaque année de 5.000 hectares au total, selon des chiffres du ministère de l'Environnement, mais Karura survit face au développement exponentiel de Nairobi.
Changer la mauvaise réputation de Karura n'a pas été aisé, même après la construction d'une clôture électrique autour de la forêt, souligne Karanja Njoroge, ancien président de l'association des Amis de la forêt de Karura, organisation qui co-gère cet espace protégé.
"En 2009, dire à quelqu'un qu'on allait l'emmener dans la forêt de Karura relevait de la menace", assure M. Njoroge. "Cela voulait dire que vous alliez être tué ou puni".
M. Chege et ses rangers, formés par l'armée britannique, couraient en treillis aux côtés des joggeurs inquiets pour leur sécurité. "Un visiteur voulait courir 10 km? Mon gars courait 10 km aussi", se souvient-il.
Mais petit à petit, le nombre de visiteurs a augmenté et les criminels ont été chassés. Un club de sport, abandonné en raison de l'insécurité, a même rouvert ses portes.
Les communautés locales ont joué un rôle crucial dans cette transformation.
M. Chege, lui-même un ancien bûcheron, est issu d'un bidonville au nord de Karura, dont les habitants utilisaient la forêt comme décharge et comme toilettes, et coupaient ses arbres.
De nos jours, ils sont ses protecteurs. Ils plantent des arbres, enlèvent les mauvaises herbes, et sont à l'affût de tout visiteur suspect.
Karura, 1.000 hectares entourés par certains des quartiers les plus cossus de la capitale, a échappé au développement immobilier dans les années 90, lorsque de larges portions de forêt ont été offertes à de riches élites ayant des appuis politiques.
Wangari Maathai, fondatrice du Mouvement de la Ceinture Verte et première Africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix, a alors pris la défense de Karura et mobilisé leaders religieux, étudiants et juristes.
En janvier 1999, alors qu'elle plantait un arbre en signe de protestation, elle a été blessée par des hommes armés. L'attaque a fait le tour du monde et scandalisé une opinion publique lasse de l'accaparement des terres par des élites corrompues.
Les projets immobiliers furent abandonnés, mais la forêt porte encore les stigmates de ce passé troublé, dont des clairières créées pour construire des maisons jamais sorties de terre, ou des conduits en béton qui auraient dû servir d'égouts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.