Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Arribat Center en feu !    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Oslo World, Hindi Zahra chante et enchante
Publié dans Libération le 31 - 10 - 2019

Le public norvégien a eu droit mardi soir à un cocktail musical de toute beauté et pour le moins original, distillé par la chanteuse marocaine Hindi Zahra aux côtés de sept autres voix féminines résonnant sans frontières, à l'ouverture du bal du Festival de musiques Oslo World.
Quatre ans après avoir marqué sa première participation à ce melting-pot culturel, c'est en compagnie de stars mondiales comme Rossy de Palma, Silvia Pérez Cruz et Natacha Atlas que l'artiste marocaine se reproduit en point d'orgue sur la scène du Folketeateret d'Oslo autour d'un concert pluriel et universel : "Berceuses utopiques".
Pour cette 26ème édition, Hindi Zahra a été assurément plus affûtée et intense, d'une beauté d'ascète ou de danseuse, grave et harmonieuse à la fois, diffusant une sérénité sans fard. L'artiste a interprété avec brio son single "Silence", tiré de son dernier album Homeland qui a été conçu et enregistré sur son Maroc natal, avant de chanter son délicieux tube "Beautiful Tango" qui lui a valu tant de succès.
Le temps d'une soirée, elle a égayé, par des partitions savamment puisées dans ses origines berbères, nombre de ses fans, avides de sons, de chaleur et de lumières, qui ne se sont pas retenus d'applaudir, entraînés par le rythme des mélodies. Et il y a de quoi. Sa musique se présente comme un blues ancestral, un jazz originel, une transe gnaoua, une vibration orientale, où elle parle de soi, d'amour, de voyage. Ses chansons respirent la nostalgie de son pays, son envie d'être à la fois ici et ailleurs...
Des chansons d'aventurière remontée des tréfonds, qui danse sur les flots et vogue sur les déserts. Artiste aux multiples talents, chanteuse cosmopolite et polyglotte, âme profonde et inspirée, Hindi Zahra égrène avec grâce sa mélancolie mélodieuse et sa nonchalance rythmée, une soul mondiale progressive qui libère les corps et les cœurs, offrant au public la douce utopie d'un interstice. A en juger par l'exaltation et l'alchimie créées autour des artistes qui se sont succédé tout au long du show, chantant tantôt en arabe ou en anglais, tantôt en espagnol ou en norvégien, accompagnés par les notes du pianiste Sverre Indris Joner, le pari aura été gagné.
"La vision du monde d'aujourd'hui est dystopique, nous sommes confrontés à d'énormes défis en matière de climat, de migration, de guerre et de pauvreté, et c'est pendant cette période que nous avons le plus besoin de musique, une musique qui peut guérir les blessures et agir comme un baume pour l'âme.
Le concert d'ouverture apportera une telle expérience", a expliqué Alexandra Archetti Stølen, la directrice de ce festival, organisé en collaboration notamment avec l'ambassade du Maroc en Norvège et soutenu par le Groupe OCP.
Cette année, le Festival Oslo World a concocté sa programmation autour des utopies. C'est en ce sens qu'un séminaire sur "des utopies qui disparaissent à un rythme alarmant" est prévu jeudi pour souligner l'importance de la sauvegarde du patrimoine immatériel, plus particulièrement de la musique Gnaoua et Aïta.
Qui mieux que Brahim El Mazned, membre de la Banque d'expertise UE/UNESCO 2019-2022, directeur artistique du Festival Timitar d'Agadir et président-fondateur du Visa For Music de Rabat, pour en débattre ? L'ambassadrice de la musique Gnaoua Asmaa Hamzaoui, le manager de Gabacho Maroc Vincent Thomas, et la chanteuse et journaliste marocaine Jihane Bougrine, seront également au rendez-vous.
Dans la soirée, Asmaa Hamzaoui, accompagnée de sa troupe Bnat Timboktou et le groupe Gabacho Maroc avec ses tonalités métissées, alliant héritage gnaoua et puissance du jazz africain, donneront des concerts au grand plaisir des férus de la musique Gnaoua.
Au total, ce sont plus de 300 artistes venant de plus de 25 pays qui se produiront lors de ce festival visant à promouvoir les musiques d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, de quoi mettre de la couleur à Oslo, qui semble déjà s'assombrir en cette période d'automne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.