L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Algérie: Abdelmadjid Tebboune, ex-Premier ministre de Bouteflika, élu président    Algérie : Abdelmadjid Tebboune, nouveau président    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Les Jugements sont exécutoires    Marrakech. Arrestation d'un homme pour possession et trafic de drogue    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Participation massive au championnat du Maroc de lutte    Quelque 5.000 participants attendus au "10 km de M'diq"    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Le Parlement italien légalise le Cannabis light !    Vidéo Commune de Dar Bouazza : Abattus comme des chiens…    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Les 100 femmes les plus puissantes du monde, selon Forbes    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Prison locale de Bouizakarne : Journée sportive pour les détenus mineurs    Asilah : 12 millions de dirhams pour réhabiliter et fermer l'actuelle décharge publique    Les prémices d'un nouvel espoir    Iberia annonce une ligne Madrid-Fès pour l'été 2020    Les Guinéens contre le 3ème mandat d'Alpha Condé…    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Maghreb : BMCE Bank of Africa lance «Dynamic Currency Conversion»    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    Présidé par SM le Roi : Adoption de plusieurs textes en Conseil des ministres    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    CDG : 2,5 millions DH d'aides financières à 121 micro-entrepreneurs    Edito : Triomphe    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps du souvenir
Publié dans Libération le 31 - 10 - 2019


Ph Laraki
Si le cinéma Kawakib de Casablanca a abrité la naissance de l'UNFP en 1959, le Théâtre Mohammed V de Rabat en a fait pareillement pour cet autre évènement phare qu'a été le processus de réconciliation lancé à l'occasion du soixantième anniversaire du parti de la Rose. Un évènement tant attendu par les militants qu'ils sont venus tellement nombreux que les 1.700 places de la salle n'ont pas suffi à les contenir. A telle enseigne qu'un nombre important d'entre eux s'est contenté d'en suivre le déroulement sur l'écran géant placé à l'entrée.
Le discours par lequel le Premier secrétaire, Driss Lachguar, a ouvert les cérémonies commémoratives fut empreint d'une émotion à peine contenue, tellement le moment était solennel et l'invitation de l'histoire riche en enseignements fondateurs d'un espoir qui n'a cessé d'alimenter le combat mené pour que le Maroc devienne meilleur qu'il fut et que le futur puisse se conjuguer au présent et permettre de libérer les nécessaires énergies au développement économique et social.
Cette célébration, a affirmé à ce propos Driss Lachguar, est l'opportunité de se remémorer de la dimension historique et du capital militant du parti, et ce dans le but d'accompagner les changements et mutations que connaît le Maroc et de prospecter des perspectives prometteuses.
Se remémorer l'histoire permet de cimenter cette fidélité qui a permis à l'USFP de tenir bon et de résister vaille que vaille pour que la flamme de l'espoir ne s'éteigne jamais. Sa tâche ne fut nullement une sinécure. Loin s'en faut. En juin 1963 et sous prétexte de « complot », de nombreux militants sont arrêtés et un mois plus tard, ce fut au tour des membres du Conseil national de subir le même sort. Lors du procès qui s'en est suivi, douze dirigeants dont Mehdi Ben Barka sont condamnés à mort par contumace. Il sera assassiné deux années plus tard à Paris. Son enlèvement en 1965 signera ainsi le début des années dites «de plomb» : procès de la fin des années 1960, grèves ouvrières (1968-1971), estudiantines (1969-1973)… et surtout une grande répression dont le parti des forces populaires paiera le tribut le plus lourd. Elle n'en viendra néanmoins pas à bout. Les convictions chevillées au corps et la force des militants usfpéistes permirent au parti non seulement de lui résister, mais aussi de poursuivre sa lutte acharnée et inébranlable pour donner corps à son projet démocratique et moderniste, marquant ainsi l'histoire du Maroc de son empreinte indélébile. Lorsque l'histoire finira par changer de cheminement pour devenir autrement plus inclusive, Feu S.M Hassan II a fait appel au parti pour qu'il puisse aider à sauver notre pays de la crise cardiaque qui le menaçait. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis et le soixantenaire de l'USFP a permis de s'en souvenir mais aussi d'unir les rangs et de se remettre en ordre de bataille pour continuer à lutter pour l'édification d'un Maroc auquel tous les citoyens aspirent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.