Maroc: l'Aïd Al Adha aura bien lieu cette année    MRE: ouverture des frontières aériennes et maritimes à partir du 14 juillet    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Météo: jusqu'à 46 degrés ce jeudi au Maroc    Casablanca: le courant électrique totalement rétabli (Lydec)    Projet de loi de finances rectificative : quoi de neuf sur le volet fiscal ?    164 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: près des 2/3 dans la région de Casa    Ouverture des frontières à partir du 14 juillet pour les citoyens marocains et les résidents étrangers au Royaume    Coronavirus : 3212 cas actifs mercredi 8 juillet à 18 heures    Les ménages incertains et très inquiets    Elections 2021: Réunion entre l'Intérieur et les partis    Serie A: Ibracadabra renverse la Vieille Dame    Assilah respire un air artistique estival!    L'identité, selon Descombes    Premier League: Arsenal et Leicester se quittent sur un nul    Infos Covid-19/Maroc: le ministère a fait une annonce    Détournement d'aides dans les camps de Tindouf: la responsabilité de l'Algérie est entière    Liga : Valence souffle, l'Atlético freiné par le Celta    Le dissident algérien Karim Tabbou appelle à s'engager dans un «vrai» processus politique    Alerte Météo : la canicule se poursuit au Maroc    Le Parlement marocain exige des excuses d'Amnesty    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »    Fermeture des frontières : Plus de 45.000 MRE ont regagné leur pays de résidence    Covid-19 : La CAF et ses partenaires se réunissent pour la sécurité sanitaire en Afrique    Théâtre d'enfant : Un art à exercer professionnellement selon El Houcine Essekkaki    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Vivo Energy Maroc élargit son soutien à tout son écosystème    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Je ne regrette aucun engagement    Vacances. Voici les plages où il ne faut pas se baigner    Retour sur le passé : Brides de ma vie relatée à M'Barek Bouderka    «Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela    Milouda Chahid: «Je me suis réinventée par la peinture»    Ventes de voitures neuves : Baisse de 43,3% à fin juin 2020    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Conseil de sécurité cloue les séparatistes au pilori
Publié dans Libération le 03 - 11 - 2019


ARabat, l'adoption de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara marocain a été reçue avec satisfaction et optimisme. C'est loin d'être le cas tant à Alger que chez le Polisario qui est monté au créneau, menaçant de «reconsidérer son engagement dans le processus de paix dans son ensemble». Le vote, par le Conseil de sécurité de l'ONU, de la résolution 2494 sur le dossier du Sahara a été perçu avec satisfaction par le Maroc qui a réagi quelques heures seulement après l'adoption du nouveau texte onusien. En effet, l'ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l'ONU, Omar Hilale, a exprimé la satisfaction du Maroc de cette nouvelle résolution. Lors d'une déclaration à la presse, le responsable a affirmé que le nouveau texte consacre pour la première fois les tables rondes en tant que «voie» dans laquelle les quatre participants (le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et le Polisario) doivent s'engager de manière constructive, complète et responsable jusqu'à sa conclusion. Il a souligné que cette résolution consacrait et renforçait «l'élan positif généré par les deux tables rondes de Genève, qui ont, à nouveau, été saluées par le Conseil de sécurité». Ajoutant que cet élan permettra une reprise, plus efficiente par le prochain Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies au Sahara, du processus politique là où l'ancien Envoyé personnel Horst Koehler l'a laissé. Omar Hilale a également qualifié la résolution de «plus qu'un simple renouvellement technique» de la mission de la MINURSO car elle «affirme, renforce et consacre les paramètres fondamentaux» d'une solution politique. Cette satisfaction du Maroc est aux antipodes de la réaction du Polisario qui, dans un communiqué, a considéré que l'adoption de cette résolution «constitue un retour profondément regrettable et inacceptable au ''statu quo'' et «porte un coup sérieux à l'élan politique». Le communiqué publié, quelques heures après l'adoption par le Conseil de sécurité, souligne que la nouvelle résolution reste «sans aucune action concrète pour faire avancer le processus de paix des Nations unies». Ajoutant : «Le Conseil de sécurité a manqué une autre occasion d'empêcher l'effondrement du processus de paix des Nations unies. Face aux échecs du secrétariat de l'ONU et du Conseil de sécurité d'empêcher le Maroc de dicter les termes du processus de paix et le rôle de l'ONU au Sahara, le Front Polisario n'a d'autre choix que de reconsidérer son engagement dans le processus de paix dans son ensemble». Revenant à la charge par le biais de son officine de propagande, le soi-disant ministre des Affaires étrangères de la pseudoRASD, Mohamed Salem Ould Salek, a affirmé, pince-sans-rire, qu'il y avait une «complicité flagrante» avec le Maroc «à l'intérieur même du Conseil de sécurité» et «tentative d'utiliser l'autorité du Conseil de sécurité pour outrepasser les décisions de la légalité internationale ». Ce qui sous entend que les résolutions de celui-ci ne pouvaient fonder la légalité internationale qu'au cas où elles s'alignaient aveuglément sur les thèses surannées du séparatisme puisqu'«il n'y aura aucune tolérance à l'égard de toute tentative de changer la mission (de la MINURSO) qui consiste à organiser un référendum d'autodétermination ». Pour Alger qui n'a réagi que tardivement à l'adoption de la résolution 2494, celle-ci n'a pas obtenu le consensus de tous les membres du Conseil de sécurité. Ce qui est regrettable, selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères qui précise que l'Algérie, en sa qualité de partie observatrice dans le processus de paix et qui a toujours soutenu, sans réserve, les efforts du Secrétaire général de l'ONU et son Envoyé personnel, souhaite confirmer la responsabilité du Conseil de sécurité et reconfirmer son engagement à aider les deux parties du conflit à parvenir à une solution politique juste et durable en conformité avec les principes de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.