Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Fatalisme et fatalité    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adam Schiff, le démocrate discret et minutieux qui veut destituer Trump
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2019

Adam Schiff a écrit plusieurs scénarios de films policiers et, dit-il, refusé une offre d'Hollywood. Mais la réalité a dépassé la fiction pour l'élu démocrate de Californie qui supervise l'enquête parlementaire visant à destituer le président américain Donald Trump.
Il y a 30 ans, alors jeune procureur fédéral à Los Angeles, il avait lancé sa carrière avec une affaire déjà digne d'un roman de John Le Carré: le premier agent du FBI condamné pour espionnage à la solde de Moscou.
Le policier, membre d'une unité de contre-espionnage, avait été séduit par une femme russe qui l'avait convaincu de vendre des informations sensibles sur les activités de la police fédérale américaine.
A 59 ans, Adam Schiff veut désormais savoir si Donald Trump, aidé par son entourage proche, a commis un abus de pouvoir en demandant discrètement fin juillet l'aide de l'Ukraine pour attaquer un adversaire politique, puis en tentant de dissimuler les efforts de ce canal diplomatique parallèle.
Le démocrate soupçonne notamment le milliardaire d'avoir conditionné une rencontre à la Maison Blanche avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et quelque 400 millions de dollars d'aide militaire à une "faveur": que Kiev enquête sur Joe Biden, son possible grand rival lors la présidentielle de 2020.
Plus largement, Adam Schiff, diplômé d'Harvard, s'inquiète des menaces potentielles contre la sécurité américaine si des puissances étrangères disposaient de moyens de pression sur le locataire de la Maison Blanche à cause de ses agissements.
Une perspective qui le guide dans ses fonctions de président de la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants et, depuis le 24 septembre, de responsable de l'enquête en vue de présenter, au Congrès, un dossier de mise en accusation ("impeachment") de Donald Trump.
Ne levant jamais la voix, donnant rarement dans l'hyperbole, peu auraient considéré cet homme au visage pâle et lisse comme le "chien d'attaque" des démocrates du Congrès contre le batailleur président républicain.
Ce qui a donné un écho particulièrement fort aux mots choisis par Adam Schiff pour commenter la transcription de l'échange téléphonique controversé entre Donald Trump et son homologue ukrainien.
"C'est comme ça qu'un chef mafieux parle: +Qu'avez-vous fait pour nous? Nous en avons tellement fait pour vous, mais ce n'est pas très réciproque. J'ai un service à vous demander+", a paraphrasé le parlementaire, élu d'une circonscription de Los Angeles où sont installés de nombreux studios de cinéma.
Furieux, Donald Trump multiplie depuis les insultes à son égard, l'affublant de surnoms moqueurs et demandant qu'il soit "arrêté pour trahison".
"Il est 100% crapuleux (...) Il est corrompu comme vous ne l'avez jamais vu", a encore tonné vendredi le milliardaire devant la presse, accusant l'ancien magistrat d'avoir "inventé" certains passages de sa conversation avec Volodymyr Zelensky.
D'apparence réservée, Adam Schiff a déjà fait ses preuves d'enquêteur. La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, l'a décrit comme "logique", "mesuré mais percutant".
Ce cycliste passionné, qui s'est également essayé au triathlon, rappelle souvent ses premières armes de procureur et son enquête contre l'agent du FBI.
"J'en ai beaucoup appris sur les techniques russes: leur façon d'opérer, qui ils ciblent, les vulnérabilités qu'ils recherchent", avait-il expliqué en mai au site Politico.
Au Washington Post, il a raconté avoir écrit plusieurs scénarios, puisant dans son expérience judiciaire et politique. Son premier script avait attiré l'attention d'un producteur dans les années 90. Mais il affirme avoir décliné l'offre car il entrait alors en politique.
Au-delà de la vaste enquête du procureur Mueller sur l'ingérence russe dans les élections de 2016, qui a assombri les deux premières années du mandat de Donald Trump, Adam Schiff, en tant que président de la commission du renseignement, se concentre sur ce qu'il perçoit comme le coeur de la menace: un gouvernement étranger dispose-t-il d'un moyen de faire chanter un haut responsable américain?
"Il revient au Congrès de s'assurer que le président et ses associés travaillent pour les Américains et non pour de mystérieux intérêts personnels ou étrangers", avait-il écrit en avril dans une tribune au Washington Post.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.