Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    Nador : Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Driouch: Une secousse tellurique de magnitude 4 constatée    Achraf Hakimi demande la main de Hiba Abouk    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Une difficile équation à résoudre en Afrique    Maghribiyates: Le 1er média féminin sans tabou sans filtre des marocaines    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «L'impact climatique à l'origine l'appauvrissement des populations»    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    Marrakech : Plus de 680 suspects arrêtés en novembre    Le port de pêche d'Agadir!    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Perception Politique Solidaire    PLF 2020. Benchaâboun attendu à la 2e Chambre    Journée mondiale de la prématurité : Plus de 91.000 prématurés naissent chaque année au Maroc    L'OCDE, nihiliste ?    FIFM 2019: La campagne gratuite de chirurgie de la cataracte fédère    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Le nouveau modèle de développement salué par le FIDA    Trump a commis des actes passibles de destitution, selon des experts en droit    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Grève des contrôleurs aériens en France et en Europe : La RAM appelle ses clients à se renseigner    Le couteau sur la gorge pour les bons citoyens, le coup d'éponge pour les tricheurs !    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    La gestion des déchets, un casse-tête marocain        L'administration traîne les pieds pour répondre aux doléances des citoyens    Le retour de Hakimi au Real est décidé    Nouveau modèle de développement au Maroc    Des grands noms du cinéma international en conversation libre avec le public à Marrakech    FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»    La "Puce" Lionel Messi de retour au sommet    Jain se confie à coeur ouvert sur son burn-out    Le Maroc prend part au Festival d'Alexandrie du théâtre arabe des instituts spécialisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adam Schiff, le démocrate discret et minutieux qui veut destituer Trump
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2019

Adam Schiff a écrit plusieurs scénarios de films policiers et, dit-il, refusé une offre d'Hollywood. Mais la réalité a dépassé la fiction pour l'élu démocrate de Californie qui supervise l'enquête parlementaire visant à destituer le président américain Donald Trump.
Il y a 30 ans, alors jeune procureur fédéral à Los Angeles, il avait lancé sa carrière avec une affaire déjà digne d'un roman de John Le Carré: le premier agent du FBI condamné pour espionnage à la solde de Moscou.
Le policier, membre d'une unité de contre-espionnage, avait été séduit par une femme russe qui l'avait convaincu de vendre des informations sensibles sur les activités de la police fédérale américaine.
A 59 ans, Adam Schiff veut désormais savoir si Donald Trump, aidé par son entourage proche, a commis un abus de pouvoir en demandant discrètement fin juillet l'aide de l'Ukraine pour attaquer un adversaire politique, puis en tentant de dissimuler les efforts de ce canal diplomatique parallèle.
Le démocrate soupçonne notamment le milliardaire d'avoir conditionné une rencontre à la Maison Blanche avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et quelque 400 millions de dollars d'aide militaire à une "faveur": que Kiev enquête sur Joe Biden, son possible grand rival lors la présidentielle de 2020.
Plus largement, Adam Schiff, diplômé d'Harvard, s'inquiète des menaces potentielles contre la sécurité américaine si des puissances étrangères disposaient de moyens de pression sur le locataire de la Maison Blanche à cause de ses agissements.
Une perspective qui le guide dans ses fonctions de président de la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants et, depuis le 24 septembre, de responsable de l'enquête en vue de présenter, au Congrès, un dossier de mise en accusation ("impeachment") de Donald Trump.
Ne levant jamais la voix, donnant rarement dans l'hyperbole, peu auraient considéré cet homme au visage pâle et lisse comme le "chien d'attaque" des démocrates du Congrès contre le batailleur président républicain.
Ce qui a donné un écho particulièrement fort aux mots choisis par Adam Schiff pour commenter la transcription de l'échange téléphonique controversé entre Donald Trump et son homologue ukrainien.
"C'est comme ça qu'un chef mafieux parle: +Qu'avez-vous fait pour nous? Nous en avons tellement fait pour vous, mais ce n'est pas très réciproque. J'ai un service à vous demander+", a paraphrasé le parlementaire, élu d'une circonscription de Los Angeles où sont installés de nombreux studios de cinéma.
Furieux, Donald Trump multiplie depuis les insultes à son égard, l'affublant de surnoms moqueurs et demandant qu'il soit "arrêté pour trahison".
"Il est 100% crapuleux (...) Il est corrompu comme vous ne l'avez jamais vu", a encore tonné vendredi le milliardaire devant la presse, accusant l'ancien magistrat d'avoir "inventé" certains passages de sa conversation avec Volodymyr Zelensky.
D'apparence réservée, Adam Schiff a déjà fait ses preuves d'enquêteur. La présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, l'a décrit comme "logique", "mesuré mais percutant".
Ce cycliste passionné, qui s'est également essayé au triathlon, rappelle souvent ses premières armes de procureur et son enquête contre l'agent du FBI.
"J'en ai beaucoup appris sur les techniques russes: leur façon d'opérer, qui ils ciblent, les vulnérabilités qu'ils recherchent", avait-il expliqué en mai au site Politico.
Au Washington Post, il a raconté avoir écrit plusieurs scénarios, puisant dans son expérience judiciaire et politique. Son premier script avait attiré l'attention d'un producteur dans les années 90. Mais il affirme avoir décliné l'offre car il entrait alors en politique.
Au-delà de la vaste enquête du procureur Mueller sur l'ingérence russe dans les élections de 2016, qui a assombri les deux premières années du mandat de Donald Trump, Adam Schiff, en tant que président de la commission du renseignement, se concentre sur ce qu'il perçoit comme le coeur de la menace: un gouvernement étranger dispose-t-il d'un moyen de faire chanter un haut responsable américain?
"Il revient au Congrès de s'assurer que le président et ses associés travaillent pour les Américains et non pour de mystérieux intérêts personnels ou étrangers", avait-il écrit en avril dans une tribune au Washington Post.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.