Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment cultiver le stress positif
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2019

Le stress est réputé pour nous faire perdre nos moyens. Il nous paralyse, nous fait paniquer et nous empêche d'être efficace dans la résolution de nos problèmes. Pourtant, à en croire bon nombre d'experts du développement personnel, le stress, ça ne serait finalement pas que ça. Il faudrait en effet différencier deux types de stress : le stress positif et le stress négatif.
Le stress négatif, c'est celui qu'on expérimente à chaque coup de panique. Celui qui, au lieu de nous booster, nous angoisse et nous bloque. A contrario, le stress positif (connu sous le nom d'"eustress") nous galvanise et nous pousse à nous dépasser. Car l'eustress, c'est cette montée d'adrénaline qui grimpe en flèche quand une nouvelle situation se présente à nous : une relation naissante, un nouveau job ou encore un défi personnel. Il intervient également lorsqu'on nous challenge sur quelque chose qui nous motive, notamment dans le milieu professionnel.
"Une certaine dose de stress est nécessaire pour se lever chaque matin et relever les défis de la vie", explique le Dr Sarah Brewer, autrice de Cut Your Stress, dans les colonnes de Stylist . Elle poursuit : "Trop peu de stress amène à l'ennui, et trop de stress amène à la détresse. L'eustress est le juste milieu entre ces deux états."
S'il est évidemment préférable de contrer le mauvais stress, il est en revanche pertinent de cultiver l'eustress. Car celui-ci nous aide à relever nos défis du quotidien qui, par effet domino, nous permettent d'avoir meilleure estime de soi au fil du temps. Pour l'encourager, Sarah Brewer conseille tout d'abord de se fixer des objectifs réalistes. Par exemple, face à une grande difficulté que vous ne savez pas comment gérer, décomposez-la en plusieurs petits problèmes, plus faciles à dénouer.
Deuxième étape : acceptez le fait que, parfois, vous vous tromperez et qu'il n'y a rien de grave à cela. Chérissez vos échecs car, grâce à eux, vous serez plus fort.e demain. A condition bien sûr de les accepter et de faire en sorte d'en tirer des leçons. Enfin, comme le conseille l'experte, ne vous comparez par aux autres : c'est une démarche contre productive qui ne fera qu'encourager la venue du mauvais stress.
Pour Sarah Brewer, "faire une to do list qui nous challenge mais qui est réalisable dans le temps imparti" est un bon moyen de cultiver l'eustress. En somme, se lancer des défis du quotidien qui nous challengent sans nous plomber. Car face à des défis impossibles à relever, c'est le mauvais stress qui l'emporte.
Un exemple ? Apprenez quelque chose de nouveau. Cela peut être un sport par exemple, une langue ou bien encore une pratique artistique. L'essentiel, c'est que l'activité choisie vous permette de sortir de votre zone de confort sans vous angoisser pour autant.
Celle-ci doit vous plaire et vous permettre de constater que, grâce au travail fourni, vous vous améliorez dans votre pratique au fil du temps. Un petit challenge du quotidien qui ne pourra que vous faire du bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.