Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre des chefs à la tête du Polisario
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2019

La direction du Polisario qui ne recule devant rien pour faire taire ses opposants, vient de franchir une ligne rouge : publier des photos intimes des conjointes des opposants pour les réduire au silence. C'est ce qui vient d'arriver à Oulaya Saâdi, ex-épouse de l'opposant et blogueur El Fadel Breika, enlevé et emprisonné, sans verdict, dans le tristement célèbre pénitencier de Dhaïbiyba depuis le mois de juin dernier.
Mécontents de la prestation de celle-ci devant le Conseil des droits de l'Homme, les chefs du Polisario ont ordonné la diffusion de ses photos intimes ; ce qui a provoqué la colère des habitants des camps de Tindouf qui ont organisé de nombreuses manifestations et sit-in ça et là dans les différents camps et devant les locaux de la direction du Polisario.
Scandant des slogans hostiles à la direction du Polisario et dénonçant la bassesse à laquelle est arrivée cette direction, certains manifestants ont envahi la chaîne de télévision de la prétendue RASD dont ils accusent le directeur qu'ils ont molesté, d'être l'instigateur de la diffusion des photos infamantes d'Oulaya Saâdi.
La diffusion desdites photos serait, selon des sources des camps, la dernière née des méthodes inhumaines du premier tortionnaire du Polisario, le dénommé Sidahmed Batal, un sanguinaire notoire, devenu aveugle depuis quelques années et souvent décrié pour son atrocité. Il aurait ordonné à Mohamed Salem Laâbid, directeur de la chaîne de diffuser ces photos, malgré l'opposition de Brahim Ghali avec lequel le ministre aveugle aurait eu une prise de bec du fait de la diffusion desdites photos qui portent préjudice à la « cause » et dont la diffusion constitue un acte inacceptable dans les milieux sahraouis réputés conservateurs et pour lesquels l'honneur de la femme est un sujet sacré qu'il ne faut jamais aborder.
Selon les dernières nouvelles, les manifestations qui se sont poursuivies le long de la semaine qui vient de s'écouler, auraient atteint leur paroxysme, pendant les deux derniers jours où les manifestants ont envahi le prétendu parlement du Polisario devant lequel ils s'étaient regroupés et dont le président a été molesté provoquant l'intervention de la gendarmerie.
Rappelons que les photos de la jeune femme ont été retrouvées sur le téléphone de son mari dans la prison de Dhaibya où il est incarcéré. Ses geôliers, connaissant le penchant pour le vice qu'avait le ministre avant de perdre la vue, les lui ont rapportées. Ne pouvant pas les voir pour s'en délecter, il en a ordonné la diffusion.
Malgré que les photos à l'origine de ces violences ont été retirées des sites incriminés, les manifestations se sont poursuivies devant l'école du 9 juillet de Rabouni, pour dénoncer ce qui est considéré comme un acte ignoble et inacceptable aux yeux d'une société très conservatrice. Les protestataires ont également décrié devant le QG du Polisario à Rabouni, la grave dérive et l'ignominie des dirigeants du Front et des médias à leur solde, ainsi que les graves violations des droits les plus élémentaires perpétrées sur les habitants de Tindouf.
Bien que les raisons de manifester contre la direction du Polisario soient nombreuses et diverses, la mystérieuse disparition, depuis 2009, du dissident Ahmed El Khalil, un ancien cadre et conseiller de l'ex-chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, surgit chaque fois que des manifestations sont organisées à Rabouni. Ce fut donc le cas lors des manifestantions contre la diffusion des photos d'Oulaya.
Des membres de la famille de Khalil, dont certains vivent en France, ont mandaté l'avocat français, Me Hubert Seillan qui affirme être déterminé à emprunter toutes les voies de recours pour lever le voile sur la disparition de Khalil qui n'a plus donné signe de vie depuis son enlèvement le 6 janvier 2009 alors qu'il se rendait à Alger, pour plaider en faveur du respect des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf.
Me Hubert Seillan a déjà fait le plaidoyer de cette affaire devant la quatrième commission de l'Assemblée générale de l'ONU et compte saisir la Cour pénale internationale (CPI) et le Comité des droits de l'Homme à Genève.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.