Gareth Bale file à Tottenham    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    La pandémie a augmenté les déplacements internes et réduit l'accès aux procédures d'asile, avertit le HCR    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Covid-19 : L'OMS réoriente l'Afrique vers ses plantes médicinales    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    New York : deux morts et 14 blessés lors d'une fusillade    Ukraine : 3 Marocains décédés dans un accident    Mehdia : des policiers contraints d'user de leurs armes pour interpeller un individu dangereux    Covid-19 : assouplissement des mesures restrictives à Béni Mellal    Hausse de 39,1% des souscriptions sur le MAVT à fin juillet 2020    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Le Trésor place 700 MDH d'excédents de trésorerie    Covid-19 : l'Allemagne enregistre son bilan quotidien le plus élevé depuis avril    Confinement. La santé mentale en danger    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    Covid-19: le Maroc s'approche des 100.000 cas    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Le Maroc va-t-il changer son protocole sanitaire pour sauver le tourisme ?    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    L'INPPLC pointe du doigt le manque d'efficience des actions anti-corruption    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Edito : Génération verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?
Publié dans Libération le 15 - 11 - 2019

Nulle part dans l'économie, les inégalités entre les nantis et les démunis ne sont aussi frappantes que dans les secteurs où le gouvernement applique les réglementations les plus strictes. Clairement, l'excès de réglementations provoque ce que les gouvernements prétendent combattre. Cela est particulièrement vrai dans le secteur financier.
Au cours des dernières années, les socialistes sud-africains ont appelé les Sud-Africains à la création d'une banque publique au service des Noirs pauvres, alors même que nous disposons déjà d'institutions financières sous la forme de «mashonisas» (petits prêts informels). Le problème? Les élites sud-africaines confondent leurs propres désirs et besoins avec ceux de tous les autres, en particulier les pauvres.
Les mashonisas répondent
à un besoin des plus pauvres
Cela signifie que les mashonisas ne sont pas reconnus pour le rôle vital qu'ils jouent dans la vie de nombreux pauvres, car les besoins financiers de ces derniers ne sont pas les mêmes que ceux des décideurs. Je me souviens encore de mon premier emploi en 2012. je devais suivre une formation le premier mois sans salaire. Le Mashonisas m'a financé au moins les trois premiers mois où j'ai utilisé les prêts pour payer les coûts de transport et autres. Aujourd'hui, les mashonisas fournissent un financement gagé sur le salaire aux personnes qui ne peuvent prétendre à un prêt nulle part ailleurs en raison de leur profil de risque. Ces entreprises sont présentes dans pratiquement tous les lieux de travail d'Afrique du Sud. Dans chaque lieu de travail où j'ai été, il y avait toujours un mashonisa, même si la plupart d'entre eux étaient informels. Cela prouve simplement que le gouvernement ne peut pas éliminer des structures qui répondent à une demande et un besoin réels.
Les entraves à la création
d'une structure financière
Que faudrait-il pour qu'un mashonisa ou un Stokvel devienne une banque commerciale ou une mutuelle légale? Il s'avère que les conditions requises pour une licence bancaire en Afrique du Sud sont explicitement anti-pauvres et anti-petites entreprises. Pour une banque mutuelle (une banque dans laquelle les déposants sont propriétaires (comparable à une stokvel), les entrepreneurs potentiels doivent au moins avancer 10 millions de rands de capital. Cela s'ajoute à la réglementation sur les intérêts qui stipule que si vos clients ont un profil intrinsèquement risqué, vous ne pouvez pas ajuster les taux d'intérêt pour en tenir compte. La Banque de réserve, en tant qu'autorité prudentielle, peut également ajouter d'autres exigences en fonction de son jugement sur ce qui est dans l'intérêt public. En réalité, l'intérêt du public est dans l'œil de l'usager. Je dirais que si une banque peut attirer des déposants et des emprunteurs, il est clair que ses opérations sont dans l'intérêt du public. Si vous envisagez d'enregistrer votre propre banque, vous aurez besoin d'un capital de 250 millions de rands. Il est également interdit à toute personne physique ou morale de détenir plus de 15% de la banque, ce qui limite la mobilisation de capital-risque.
Il est clair que la création d'une banque est hors de la portée pour tout jeune entrepreneur qui pourrait commencer à percevoir de petits dépôts (de l'ordre de 100 rands) et à octroyer de petits prêts. Ceci en dépit du fait que les mashonisas dans les townships et la plupart des lieux de travail en Afrique du Sud sont déjà engagés dans des prêts à petite échelle, illégalement selon la réglementation en vigueur. Etant donné que les activités bancaires en Europe ont commencé avec des petits changeurs de fonds et des prêteurs qui ont fini par devenir des entreprises géantes, le régime réglementaire actuel n'est tout simplement pas approprié pour un pays pauvre comme l'Afrique du Sud.
Des politiques au détriment
des plus pauvres
Les politiciens, par le biais de la réglementation, ont créé exactement le problème qu'ils proposent maintenant de résoudre grâce à une réglementation plus poussée et à la création d'une banque étatique. L'Afrique du Sud ne manque pas de Noirs pauvres capables de créer de petites entreprises dans le secteur bancaire. Ce sont les coûts de démarrage élevés imposés par le gouvernement qui rendent cela pratiquement impossible. Nul ne peut nier que la déréglementation de ce secteur entraînerait une augmentation du nombre de banques en faillite. Ce serait bien, à condition que les clients aient le choix et l'accès à des banques offrant plus ou moins de sécurité.
Le marché permet à chaque individu de définir sa propre propension au risque. La réglementation gouvernementale ne supprime pas le risque, elle en fait simplement un privilège pour les riches. L'hypothèse qui sous-tend toute réglementation est qu'il est impossible de faire confiance aux pauvres contrairement aux riches (souvenez-vous que plus le risque est élevé, plus les taux d'intérêt sont lourds). Le coût de la conformité réglementaire pour les pauvres est plus élevé qu'il s'agisse de payer des consultants, de payer quelqu'un pour qu'il passe du temps à remplir des formulaires, des exigences de fonds propres, des droits de licence, etc.
La liberté d'entreprendre
s'impose plus que tout !
Le gouvernement sud-africain ne peut tout simplement pas prétendre être pro-pauvres, alors qu'il leur impose une telle réglementation lorsqu'ils osent créer leur propre entreprise, ou quand ils exploitent déjà des entreprises informelles. Un gouvernement favorable aux pauvres devrait plutôt s'engager dans une vaste campagne de déréglementation de tous les secteurs de l'économie. Il faudrait bien entendu ignorer les défaitistes, qui, de leur tour d'ivoire, ne savent pas ce que c'est que de se coucher l'estomac vide. Quiconque comprend ce que signifie être pauvre comprend pourquoi la déréglementation de l'économie est un impératif moral de premier ordre.
La pauvreté ne diminuera pas tant que les pauvres ne seront pas autorisés à faire leurs propres choix. C'est vrai, qu'il s'agisse de terrains communaux, de contrats de travail ou de réglementations sur les banques et d'autres secteurs. Avoir des choix signifie aussi la possibilité d'un échec. Si nous ne pouvons pas accepter que les adultes pauvres soient capables d'être responsables, la pauvreté persistera encore pendant un certain temps.
* Analyste pour The Free Market Foundation
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.