Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants
Publié dans Libération le 15 - 11 - 2019

Un groupe d'experts et d'acteurs dans le domaine de la justice pour mineurs et de la protection de l'enfance a appelé, mercredi à Rabat, à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants en conflit avec la loi ou en situation difficile au sein des institutions.
Intervenant à l'issue d'une rencontre nationale de deux jours sur "Les alternatives au placement institutionnel des enfants en conflit avec la loi", ces experts ont souligné la nécessité de mettre en oeuvre ces alternatives en vue de servir les intérêts de l'enfant, préserver ses droits et assurer son retour au sein du cercle familial.
La rencontre, organisée dans le cadre du programme de coopération avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), a débouché sur un ensemble de recommandations sur les moyens d'éviter la détention ou le placement dans des institutions de la protection de l'enfance, tant pour les enfants accusés d'infractions ou de délits que pour ceux en situation difficile.
S'agissant des enfants en conflit avec la loi, les participants ont recommandé l'implication des assistants sociaux dans l'application de la mise en liberté anticipée avant et après le procès, dans le cadre d'une approche conciliatrice, de rendre la police judiciaire plus proche des enfants en la dotant de la prérogative de mener le processus de conciliation, tout en augmentant le nombre de juges pour mineurs.
Ils ont également souligné la nécessité de veiller à ce que les enfants soient réintégrés dans le milieu familial, de favoriser l'autonomisation économique et sociale des femmes et à prévoir des journées scolaires pour les enfants en prison avec leurs mères, compte tenu de leur rôle essentiel dans la prise en charge des enfants.
Les experts ont réitéré l'importance de promouvoir les expériences réussies et de les généraliser dans toutes les régions du Royaume, d'améliorer les performances des centres de protection de l'enfance et de renforcer les capacités de leur personnel, soulignant la nécessité de procéder aux principes de dernier recours et de détention à la plus courte période de contrôle judiciaire et la nécessité d'expliquer les décisions du placement.
Pour ce qui est des enfants en situation difficile, les participants ont recommandé, notamment, la mise à disposition de ressources humaines spécialisées dans le domaine de la protection de l'enfance, la création de centres pour enfants en difficulté et en situation de handicap dans toutes les villes du Royaume, l'élaboration d'un code des droits de l'enfant comprenant tous les textes juridiques encadrant les questions relatives à l'enfance et l'unification des interlocuteurs au niveau national et régional pour unifier la vision et le plan d'action.
Pour sa part, le coordonnateur de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers, Abdelouahed Jamali Idrissi, a appelé tous les acteurs du domaine de la justice pour mineurs et de la protection des enfants à mettre en œuvre des mesures de substitution "qui vont au-delà du système de justice traditionnel chaque fois qu'il concerne des enfants", en référence à l'ensemble des conventions internationales concernant les personnes en général et les enfants en particulier.
L'événement, co-organisé par la présidence du ministère public et la Fondation Mohammed VI Pour la réinsertion des détenus et l'appui technique de l'UNICEF, avait pour objectifs de renforcer et enrichir le système national dans le domaine de la protection de l'enfance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.