Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Premier League Leicester prend ses aises comme dauphin de Liverpool    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Coupe de la Confédération : Le HUSA et la RSB bien partis pour franchir la phase de poules    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie organisée à l'occasion du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Le Congrès international de l'arganier s'ouvre à Agadir    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    50 jeunes professionnels rejoignent le réseau des « Atlantic Dialogues Emerging Leaders »    La Russie exclue des événements sportifs majeurs    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Coupe du monde 2022 : Le Qatar reporte l'inauguration d'un stade à 2020    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le WAC accroché, le Raja se ressaisit    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Royal Air Maroc : 160.000 passagers transportés en 2019 sur la ligne Casa-Tunis    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    ORMVA Gharb : Une bonne performance opérationnelle à fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2019

Les Etats-Unis et les Européens ont étalé jeudi leurs divisions sur le sort des jihadistes étrangers détenus en Syrie, lors d'une réunion au cours de laquelle Washington a tenté de rassurer ses alliés ébranlés par les volte-face successives de Donald Trump.
"Les membres de la coalition doivent rapatrier les milliers de combattants terroristes étrangers actuellement en détention, et les juger pour les atrocités qu'ils ont commises", a martelé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à l'ouverture de cette rencontre à Washington avec ses homologues de la coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).
Le gouvernement américain demande de longue date à tous les pays de reprendre les milliers de jihadistes qui se trouvent dans les prisons kurdes du nord-est syrien. Mais la récente offensive turque dans la région contre les forces kurdes, qui a fait craindre que les prisonniers ne parviennent à s'évader, a remis leur sort au coeur des préoccupations.
"Nous pensons qu'il devrait y avoir un sentiment d'urgence à les rapatrier maintenant, tant qu'il est encore temps", a prévenu le coordinateur de l'action contreterroriste des Etats-Unis, Nathan Sales.
Mais les participants se sont quittés sur un constat de désaccord.
La demande américaine se heurte au refus de nombreux pays, dont la France, de reprendre leurs ressortissants qui ont combattu dans les rangs jihadistes, pour ne pas heurter une opinion publique échaudée par les attentats des dernières années en Europe.
Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs réaffirmé à Washington que les jihadistes français devaient "être jugés au plus près des crimes qu'ils ont commis". Il a insisté pour que les acteurs sur le terrain garantissent "à tout prix" leur "détention sûre et durable" afin "d'éviter qu'ils repartent dans le combat".
La France tente notamment de négocier avec Bagdad pour que la justice irakienne puisse s'en charger.
"Il serait irresponsable de la part d'un pays d'attendre de l'Irak qu'il résolve ce problème à sa place", a répondu Nathan Sales. "Demander à des pays de la région d'importer les combattants étrangers d'un autre pays, et de les juger et écrouer là-bas, ce n'est pas une option viable", a insisté le responsable américain, balayant aussi les hypothèses de tribunaux internationaux.
C'est Paris qui avait réclamé une réunion d'urgence de la coalition après l'offensive de la Turquie. En annonçant le retrait des forces américaines, le président des Etats-Unis avait laissé le champ libre à cette opération turque, qui visait pourtant les forces kurdes, alliées des Américains dans la lutte antijihadistes.
Une nouvelle crise syrienne qui "menace" les succès de la coalition, selon le communiqué final de la réunion.
Car le constat est unanime: malgré l'éradication, au printemps, du "califat" territorial instauré depuis 2014 par l'organisation jihadiste sur un vaste territoire à cheval entre la Syrie et l'Irak, et malgré la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, lors d'une opération américaine fin octobre, l'EI reste une menace.
Après avoir annoncé un retrait total de Syrie, Donald Trump a changé de cap plusieurs fois, finissant par annoncer qu'une "force résiduelle" resterait en Syrie pour "protéger" des champs de pétrole.
Ses alliés attendaient donc une clarification sur la stratégie américaine pour décider de l'avenir de leur propre participation sur le terrain syrien.
Ces derniers jours, les membres de l'administration Trump se sont donc employés à les rassurer.
Mike Pompeo a promis que les Etats-Unis continueraient de "diriger la coalition, et le monde" dans la lutte anti-EI.
Le ministre de la Défense Mark Esper avait auparavant précisé que le Pentagone maintiendrait quelque 600 militaires en Syrie. Et tous les responsables américains assurent que la mission première de ces soldats reste la guerre contre les jihadistes -- alors que la référence à la protection des champs de pétrole a ulcéré plusieurs alliés.
"Nous avons redéployé certaines de nos troupes dans le nord-est de la Syrie, et plus largement dans la région, pour faire en sorte que l'EI ne renaisse jamais de ses cendres, et l'empêcher de reprendre les champs pétroliers", a expliqué Mike Pompeo, tentant de concilier ces deux missions.
A l'issue de la réunion de jeudi, Jean-Yves Le Drian a salué l'engagement de tous les acteurs de la coalition à éviter "de prendre des initiatives unilatérales sans consulter" les autres membres, surtout si elles peuvent "remettre en cause" les efforts communs -- dans une allusion claire aux récentes décisions de Washington et d'Ankara.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.