M6 interdite en Algérie    Lois électorales: Laftit change de méthode    Inflation: les prévisions de BAM pour 2021    Le commerce en réseau crée sa fédération    Prix à la consommation: Voici les plus fortes hausses    Covid19: Le tourisme encaisse des pertes par milliards    Fès: Grosse saisie d'alcool de contrebande    Covid19: Durcissement des mesures à Jerada    Incendie dans un dépôt à Casablanca: un riverain témoigne (VIDEO)    Bilan quotidien: Casa-Settat continue de s'accaparer la part du lion (Covid-19)    Covid-19, le virus dévastateur    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Driss Lachguar réitère le soutien historique et de principe de l'USFP à la cause palestinienne    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2.227 nouveaux cas, 105.346 au total, mardi 22 septembre à 18 heures    Raja: les transferts pour renflouer les caisses du club?    Le moment où Hamieddine est entré au tribunal (VIDEO)    Luis Suarez soupçonné de triche, le parquet ouvre une enquête    Tanger: le fqih pédophile passe aux aveux    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Kénitra: un repris de justice ayant menacé des policiers interpellé    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    RCAZ: Saïd Chiba démis de ses fonctions    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2019

Les Etats-Unis et les Européens ont étalé jeudi leurs divisions sur le sort des jihadistes étrangers détenus en Syrie, lors d'une réunion au cours de laquelle Washington a tenté de rassurer ses alliés ébranlés par les volte-face successives de Donald Trump.
"Les membres de la coalition doivent rapatrier les milliers de combattants terroristes étrangers actuellement en détention, et les juger pour les atrocités qu'ils ont commises", a martelé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo à l'ouverture de cette rencontre à Washington avec ses homologues de la coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).
Le gouvernement américain demande de longue date à tous les pays de reprendre les milliers de jihadistes qui se trouvent dans les prisons kurdes du nord-est syrien. Mais la récente offensive turque dans la région contre les forces kurdes, qui a fait craindre que les prisonniers ne parviennent à s'évader, a remis leur sort au coeur des préoccupations.
"Nous pensons qu'il devrait y avoir un sentiment d'urgence à les rapatrier maintenant, tant qu'il est encore temps", a prévenu le coordinateur de l'action contreterroriste des Etats-Unis, Nathan Sales.
Mais les participants se sont quittés sur un constat de désaccord.
La demande américaine se heurte au refus de nombreux pays, dont la France, de reprendre leurs ressortissants qui ont combattu dans les rangs jihadistes, pour ne pas heurter une opinion publique échaudée par les attentats des dernières années en Europe.
Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs réaffirmé à Washington que les jihadistes français devaient "être jugés au plus près des crimes qu'ils ont commis". Il a insisté pour que les acteurs sur le terrain garantissent "à tout prix" leur "détention sûre et durable" afin "d'éviter qu'ils repartent dans le combat".
La France tente notamment de négocier avec Bagdad pour que la justice irakienne puisse s'en charger.
"Il serait irresponsable de la part d'un pays d'attendre de l'Irak qu'il résolve ce problème à sa place", a répondu Nathan Sales. "Demander à des pays de la région d'importer les combattants étrangers d'un autre pays, et de les juger et écrouer là-bas, ce n'est pas une option viable", a insisté le responsable américain, balayant aussi les hypothèses de tribunaux internationaux.
C'est Paris qui avait réclamé une réunion d'urgence de la coalition après l'offensive de la Turquie. En annonçant le retrait des forces américaines, le président des Etats-Unis avait laissé le champ libre à cette opération turque, qui visait pourtant les forces kurdes, alliées des Américains dans la lutte antijihadistes.
Une nouvelle crise syrienne qui "menace" les succès de la coalition, selon le communiqué final de la réunion.
Car le constat est unanime: malgré l'éradication, au printemps, du "califat" territorial instauré depuis 2014 par l'organisation jihadiste sur un vaste territoire à cheval entre la Syrie et l'Irak, et malgré la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, lors d'une opération américaine fin octobre, l'EI reste une menace.
Après avoir annoncé un retrait total de Syrie, Donald Trump a changé de cap plusieurs fois, finissant par annoncer qu'une "force résiduelle" resterait en Syrie pour "protéger" des champs de pétrole.
Ses alliés attendaient donc une clarification sur la stratégie américaine pour décider de l'avenir de leur propre participation sur le terrain syrien.
Ces derniers jours, les membres de l'administration Trump se sont donc employés à les rassurer.
Mike Pompeo a promis que les Etats-Unis continueraient de "diriger la coalition, et le monde" dans la lutte anti-EI.
Le ministre de la Défense Mark Esper avait auparavant précisé que le Pentagone maintiendrait quelque 600 militaires en Syrie. Et tous les responsables américains assurent que la mission première de ces soldats reste la guerre contre les jihadistes -- alors que la référence à la protection des champs de pétrole a ulcéré plusieurs alliés.
"Nous avons redéployé certaines de nos troupes dans le nord-est de la Syrie, et plus largement dans la région, pour faire en sorte que l'EI ne renaisse jamais de ses cendres, et l'empêcher de reprendre les champs pétroliers", a expliqué Mike Pompeo, tentant de concilier ces deux missions.
A l'issue de la réunion de jeudi, Jean-Yves Le Drian a salué l'engagement de tous les acteurs de la coalition à éviter "de prendre des initiatives unilatérales sans consulter" les autres membres, surtout si elles peuvent "remettre en cause" les efforts communs -- dans une allusion claire aux récentes décisions de Washington et d'Ankara.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.