Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible
Publié dans Libération le 19 - 11 - 2019

Dans son livre intitulé «La pensée créatrice», Paul Klee souligne que «la fonction de l'art n'est pas de reproduire le visible, mais de rendre visible l'invisible», signifiant par là que l'œuvre d'art doit s'inspirer de l'irréel et de l'irrationnel. Donnée trop claire, évidente même, chez l'artiste peintre Salem Chouatta qui ne s'intéresse jamais à la reproduction de ce que le spectacle du monde nous offre comme image ; mais, plutôt à la création des formes et des couleurs à partir de l'invisible. Toutes les formes sont ici incomplètes, incompréhensibles donc, car l'irrationnel occupe une place prépondérante, le hasard et l'accidentel jouent un rôle principal, décisif même, dans la réalisation de cette œuvre non figurative.
N'est-ce pas l'essence de l'art abstrait ? Un artiste abstrait est-il capable de préméditer la signification de son œuvre ?
«Je me distrais !», telle est la réponse favorite, toujours prête, que nous donne Salem Chouatta, artiste autodidacte, chaque fois qu'on aborde avec lui le sujet de son œuvre. En fait, dans ce processus de réalisation abstraite, la préoccupation de l'artiste est de réaliser des compositions plastiques acceptables et harmonieuses, ce qui lui impose un certain équilibre qu'il ne peut atteindre que par la grâce de la volonté créatrice de l'œuvre et non pas par sa propre volonté à lui, car il n'est pas maître de la situation.
Wassily Kandinsky, ne dit-il pas que l'œuvre se détache de l'artiste, qu'elle acquiert une vie autonome, devient une personnalité, un sujet indépendant, animé d'un souffle spirituel, le sujet vivant d'une existence réelle?
C'est pourquoi le critique d'art Nadim Rachiq fait remarquer qu'«on ne s'est jamais posé la question sur la signification d'une symphonie de Beethoven ou de Vivaldi …, pour conclure que «celui qui écoute une œuvre musicale ne s'adresse jamais à celui qui l'a composée pour comprendre ce qu'il voulait exprimer ou ce qu'il voulait dire à travers sa symphonie» (Pluton, avril 2016).
Plus l'artiste avance dans sa réalisation, plus cette dernière lui dévoile ses secrets, ses mystères, l'esthétique des formes et des couleurs. Elle lui impose un certain itinéraire, elle le guide dans sa recherche de l'équilibre.
Côté couleur, Salem Chouatta exploite : le rouge qui est le monde des efforts, représentant le concret, la sécurité, l'autonomie… ; le bleu, qui est le monde de la communication et de l'intuition, représentant l'écoute, l'expression, l'improvisation, la création, l'action, l'originalité, l'art… ; le gris, qui représente des valeurs négatives, symbolisant la tristesse, la dépression, le désarroi, la solitude, la monotonie et, enfin, le blanc qui représente principalement des valeurs, plutôt, positives comme la pureté, l'équilibre ou l'innocence, nous faisant penser également au calme, à la paix et à la sérénité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.