Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    La section du PPS dénonce vigoureusement le favoritisme électoral    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    La crise du coronavirus rattrape l'inauguration du Ritz Carlton de Rabat    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    La Suède rejette le confinement…    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gordon Sondland, l'ambassadeur au centre des accusations contre Trump
Publié dans Libération le 21 - 11 - 2019

Généreux donateur, diplomate et désormais personnage central dans l'enquête visant Donald Trump: Gordon Sondland devait livrer mercredi au Congrès un témoignage public qui pourrait être accablant pour le président américain menacé de destitution, dont il est pourtant un fervent partisan.
C'est un chèque d'un million de dollars pour financer l'investiture de Donald Trump qui a amené en juillet 2018 ce propriétaire d'un groupe hôtelier au poste très convoité d'ambassadeur auprès de l'Union européenne (UE).
Mais son passage à Bruxelles a été "une très mauvaise expérience", a-t-il admis mi-octobre lors d'une première audition à huis clos devant la commission d'enquête de la Chambre des représentants, à majorité démocrate. Et le pire est peut-être à venir au vu des différents témoignages obtenus par les parlementaires, qui pourraient valoir au président une mise en accusation ("impeachment") devant le Sénat.
Ils dépeignent un ambassadeur au centre d'une diplomatie parallèle avec l'Ukraine, mise en place par l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, et qui ne répond qu'au milliardaire républicain.
Avec l'envoyé américain pour l'Ukraine, Kurt Volker, et le ministre américain de l'Energie Rick Perry, Gordon Sondland forme un trio qui se surnomme les "Three Amigos", du nom d'une comédie potache des années 80.
Leur mission: pousser l'Ukraine à enquêter sur des soupçons de corruption visant une grande société gazière locale, Burisma, et indirectement sur Joe Biden, possible adversaire démocrate de Donald Trump lors de la présidentielle de 2020.
Dans un appel téléphonique controversé le 25 juillet, le président américain a demandé à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de se "pencher" sur le cas de l'ancien vice-président et de son fils Hunter Biden, alors membre du conseil d'administration du groupe Burisma.
Cette conversation, et la décision de la Maison Blanche de geler une aide militaire à l'Ukraine, sont au centre de la procédure d'"impeachment" visant le président.
Visiblement mal à l'aise lors de son premier témoignage sous serment à huis clos, Gordon Sondland avait esquivé de nombreuses questions, expliquant ne plus se rappeler de réunions ou d'échanges téléphoniques pourtant rapportés par d'autres témoins.
Il avait par exemple assuré n'avoir "pas participé" à des actions visant à "geler de l'aide afin de faire pression" sur Kiev. Selon lui, une telle attitude serait "inappropriée", voire "illégale", si elle avait comme but "d'influencer une élection américaine".
Mais face aux contradictions, il s'est subitement souvenu d'une conversation avec Andreï Yermak, un conseiller du président ukrainien.
M. Sondland a dit que "la reprise de l'aide américaine n'arriverait sans doute pas jusqu'à ce que l'Ukraine fournisse une déclaration publique contre la corruption dont nous parlions depuis de nombreuses semaines", a-t-il indiqué dans une déposition écrite complémentaire.
Le plus haut diplomate américain à Kiev, William Taylor, a enfoncé le clou la semaine dernière en évoquant des propos de M. Sondland, selon qui Donald Trump "s'intéressait" davantage à l'ouverture d'une enquête sur les Biden en Ukraine qu'à la situation dans ce pays aux prises avec une rébellion séparatiste pro-russe.
Plusieurs témoins ont aussi fait part de leur incompréhension face à l'implication de cet ambassadeur hors de sa zone.
"C'est un peu inhabituel que l'ambassadeur américain auprès de l'UE joue un rôle dans la politique vis-à-vis de l'Ukraine", qui n'est pas un Etat membre de l'Union, a expliqué William Taylor.
"Ce n'est pas un diplomate professionnel", a souligné Alexander Vindman, membre de l'influent Conseil de sécurité nationale, en rappelant que M. Sondland avait été brièvement évincé d'une délégation parce qu'il avait tendance à "improviser" et à "sortir du consensus".
Aux élus, M. Sondland a assuré que son rôle était "d'offrir son opinion si cela pouvait aider" ses collègues au département d'Etat. Il a assuré avoir été missionné par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et John Bolton, alors conseiller présidentiel pour la sécurité nationale, présumant qu'ils agissaient sous l'autorité de Donald Trump.
Mais il a été plus direct avec la collaboratrice de M. Bolton, Fiona Hill, en lui annonçant en juin qu'il chapeautait le dossier ukrainien. "Je lui ai demandé sous quelle autorité? Il a répondu +le président+", a-t-elle dit à la commission menant l'enquête.
Originaire de Seattle, Gordon Sondland est à 62 ans le patron du groupe Provenance Hotels, qui compte 19 hôtels dans le nord-ouest des Etats-Unis. Se décrivant comme un "républicain de toujours", il avait d'abord soutenu l'ex-gouverneur de Floride Jeb Bush pour la primaire républicaine de 2016, avant de se rallier à Donald Trump. Le président, qui avait récompensé sa loyauté et saluait un "grand Américain" début octobre, assurait un mois plus tard "à peine" le connaître.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.