Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président ukrainien nie tout "donnant-donnant" avec Trump
Publié dans Libération le 03 - 12 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/40309678-34308217.jpg?v=1575289477" alt="Le président ukrainien nie tout "donnant-donnant" avec Trump" title="Le président ukrainien nie tout "donnant-donnant" avec Trump" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/40309678-34308217.jpg?v=1575289484" alt="Le président ukrainien nie tout "donnant-donnant" avec Trump" title="Le président ukrainien nie tout "donnant-donnant" avec Trump" width="708" /
Le président ukrainien a de nouveau nié tout accord de donnant-donnant avec son homologue américain sur l'aide militaire des Etats-Unis à son pays, malgré les témoignages en ce sens dans la procédure de destitution contre Donald Trump.
"Je n'ai pas du tout parlé au président américain Trump en ces termes : je te donne ceci, tu me donnes cela", a déclaré Volodymyr Zelensky dans une interview publiée ou à paraître lundi dans l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et les journaux Time, Le Monde et Gazeta Wyborcza.
Il a ajouté "ne pas du tout comprendre" les accusations de chantage en ce sens, dans le cadre de la procédure de destitution aux Etats-Unis, et "ne pas vouloir donner l'impression que nous sommes des mendiants" en Ukraine.
Le scandale est parti d'une conversation téléphonique du 25 juillet au cours de laquelle le milliardaire républicain est soupçonné d'avoir exercé un chantage sur Kiev en conditionnant la reprise de l'aide militaire américaine au lancement d'enquêtes en Ukraine sur l'ancien vice-président américain Joe Biden et son fils, ce dernier travaillant pour un groupe gazier ukrainien.
L'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, a affirmé sans détour qu'il y avait bien eu un tel "donnant-donnant", et ce conformément aux "souhaits du président".
Par ailleurs, le chef de l'Etat ukrainien a tempéré dans cette interview les attentes avant le sommet prévu sur l'Ukraine le 9 décembre à Paris, où il doit rencontrer pour la première fois en tête-à-tête son homologue russe Vladimir Poutine.
Il a souligné que l'arrêt du conflit dans l'Est de l'Ukraine avec les séparatistes pro-russes ne pourrait être discuté qu'après plusieurs étapes préliminaires.
La première porte sur un "échange de prisonniers" avec des "délais raisonnables", a-t-il dit. Il a mentionné ensuite un véritable cessez-le-feu et le retrait de toutes les forces armées pour pouvoir envisager des élections locales dans la zone contestée.
"Si ces trois points sont réglés, alors nous verrons si tout le monde veut mettre un terme à la guerre", a-t-il dit. "En ce qui nous concerne, nous le voulons à coup sûr, mais nous verrons si la Russie le veut aussi vraiment", a ajouté le chef de l'Etat.
Il s'agira également du premier sommet depuis 2016 sous ce format, dit de "Normandie", qui est destiné à faire avancer le processus de paix dans l'Est de l'Ukraine, où la guerre a fait plus de 13.000 morts.
La Russie et l'Ukraine sont à couteaux tirés depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux à Kiev en 2014, suivie par l'annexion de la Crimée par Moscou et d'une guerre avec des séparatistes prorusses dans l'Est.
Des progrès ont toutefois eu lieu entre Kiev et Moscou depuis l'élection en avril de M. Zelensky, davantage favorable à un dialogue que son prédécesseur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.