La Brigade légère de sécurité célèbre le 65-ème anniversaire des FAR    Proche-Orient: "Beaucoup trop de civils innocents déjà morts", déplore l'ONU    Masters 1000 de Rome: Nadal bat Zverev et se qualifie en demi-finales    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taïwan, refuge pour des Hongkongais qui ne croient plus en leur ville
Publié dans Libération le 03 - 12 - 2019

La contestation qui embrase Hong Kong depuis six mois a fini par convaincre de nombreux habitants de l'ex-colonie britannique de s'exiler à Taïwan pour fuir l'incertitude et se réinventer un avenir.
Pour sa tranquillité et sa douceur de vivre, l'île a toujours attiré les Hongkongais cherchant à échapper à la frénésie de leur mégapole ou à son marché immobilier hors de prix.
Mais l'exode vers Taïwan vient brusquement de s'accélérer. Le nombre de titres de séjour -court ou permanent- délivrés par les autorités taïwanaises à des Hongkongais a progressé de près de 30% à plus de 4.000 entre janvier et septembre, par rapport à la même période en 2018.
Et les investissements sur l'île en provenance de Hong Kong ont quasi doublé.
Leonardo Wong déménagera en janvier dans la grande ville de Kaohsiung (sud) avec pour ambition d'y ouvrir un restaurant.
"Hong Kong n'est plus sûre. On ne sait ce qu'elle sera demain", déplorait récemment le commerçant de 27 ans, alors en pleine recherche de pas de porte à Kaohsiung. "Il y a trop de forces extérieures en jeu qui peuvent changer la donne."
"On a le sentiment que les choses ne peuvent plus redevenir comme avant. On ne voit pas ce que sera l'avenir" à Hong Kong.
De crainte d'un afflux de demandeurs de Chine continentale, les autorités taïwanaises ne reconnaissent pas le concept d'asile et n'accordent pas le statut de réfugié.
Mais les Hongkongais peuvent demander à vivre sur l'île au travers de différents mécanismes, comme les visas d'investisseurs.
Ancien analyste de systèmes, Chow Chung-ming, 41 ans, a récemment obtenu un titre de résidence au travers d'un investissement de six millions de dollars (178.000 euros), une somme beaucoup moins importante que l'investissement demandé dans d'autres pays comme les Etats-Unis, le Canada ou l'Australie.
Il s'est installé à Kaohsiung où il a réalisé en juillet un rêve d'enfant: ouvrir un café pour chats.
"A Taïwan, la liberté d'expression n'appartient pas au passé. Les gens peuvent élire leur président et leurs députés, autant de droits que les Hongkongais n'ont pas", déplore-t-il. "Et je crois qu'ils n'ont plus de chance de les avoir."
La contestation à Hong Kong était née en juin du rejet d'un projet de loi qui devait permettre d'autoriser les extraditions vers la Chine. Le texte a été enterré en septembre, mais les manifestants avaient déjà élargi leurs revendications, pour demander notamment des réformes démocratiques.
Beaucoup de Hongkongais dénoncent une emprise croissante de la Chine ainsi qu'un recul des libertés théoriquement garanties par le principe "Un pays, deux systèmes" qui avait présidé à la rétrocession de Hong Kong en 1997.
"Je crois que les libertés vont continuer de se réduire à Hong Kong, jusqu'à ce que ce ne soit plus qu'+Un pays, un système+" poursuit M. Chow.
Certains parlent déjà d'une "troisième vague" d'émigration hongkongaise, après les départs qui avaient précédé la rétrocession, et ceux, moins nombreux, qui avaient suivi l'échec du "Mouvement des parapluies" en 2014.
Suki Lui, une femme d'affaires de 37 ans, a été une participante assidue aux manifestations pro-démocratie depuis juin. Elle compte désormais partir à Taïwan, pour offrir un meilleur avenir à sa fille de deux ans.
"J'ai connu tellement de hauts et de bas sur le plan émotionnel que j'ai le sentiment de ne plus pouvoir en encaisser davantage", explique-t-elle.
A Taïwan, les Hongkongais retrouvent cependant un contexte sur lequel plane aussi l'ombre de Pékin, qui voit l'île comme une partie de son territoire, comme une province rebelle appelée à rentrer un jour dans le giron chinois.
Les Taïwanais voteront en janvier pour une présidentielle clé au cours de laquelle ils devront choisir de confirmer, ou non, Tsai Ing-wen, qui mène depuis quatre ans à l'égard de la Chine une politique beaucoup moins accommodante que celle que devrait conduire le Kuomintang s'il parvenait à revenir aux affaires.
Mme Tsai a présenté ce scrutin comme "un combat pour la liberté et la démocratie."
"Je ne peux pas encore voter, mais j'espère que les Taïwanais éliront quelqu'un qui peut protéger Taïwan", dit M. Chow.
Phoenix Law, 30 ans, dit avoir été attirée par Taïwan en raison de ses libertés. "Si les gens ici n'acceptent pas ce que fait la présidente, ils peuvent résister", explique celle qui s'est installée à Taïwan en septembre.
"J'espère que les Taïwanais sont en état d'alerte vu ce qui se passe à Hong Kong. On ne peut pas faire confiance au parti communiste chinois. Ce qu'il dit peut paraître bien, mais ce ne sont que des mensonges."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.