Covid-19 au Maroc: le tourisme accuse des pertes colossales    Tanger: le fqih pédophile passe aux aveux    Meknès: la police tire sur un individu qui semait la panique    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    Pour faire face aux effets de la Covid-19: Min Ajliki lance un programme d'accompagnement des femmes    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    Coup dur pour la ville de Khénifra, mise sous cloche    Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Botola (25e journée)    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    Taux directeur : CDG Capital anticipe des baisses supplémentaires lors des prochains Conseils de Bank Al-Maghrib    inwi money : Nouveau service de transfert d'argent ultra rapide    Ghita Mouttaqi-Allah, présidente du Rotary Club Casablanca La Sqala : « On veut vulgariser et partager des expériences touchant la maladie d'Alzheimer »    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    La chaîne française M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire au vitriol    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Elections : La bataille des jeunes a commencé    Le produit net bancaire du groupe BCP s'est amélioré    Lesieur Cristal : Plus de 2 MMDH de chiffre d'affaires réalisés au 1er semestre    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Casablanca: gigantesque incendie à Sidi Bernoussi    Les lunettes de vue offrent une protection contre le coronavirus [Etude]    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Le rythme de progression de la masse monétaire poursuit son accélération    Région de Rabat: il menace les policiers avec son chien    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Jawad Yamiq proche du Getafe    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique
Publié dans Libération le 11 - 12 - 2019

Une intégration financière renforcée en Afrique devient un impératif important pour donner de l'élan à la création de la Zone de libre-échange continentale pour l'Afrique (ZLECAf).
Mais si elle comporte des avantages et des opportunités indéniables, elle «n'est pas sans risques sur la stabilité financière en raison notamment des possibles contagion et propagation de risques entre les systèmes financiers de nos pays» a déclaré le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri.
Pour le patron de la Banque centrale, qui s'est ainsi exprimé lors de la troisième édition du Symposium régional de haut niveau sur la stabilité financière tenue récemment à Rabat, «il devient donc urgent d'adapter les règles de gestion de ces risques, de mettre en place un dispositif de stress test approprié, et de renforcer la coopération entre régulateurs des pays d'origine et d'accueil».
Il estime qu'à l'heure actuelle et compte tenu des évolutions importantes de son environnement interne et externe, le système financier africain doit s'adapter constamment pour faire face à l'émergence de nouveaux risques et vulnérabilités pesant sur la stabilité financière.
«Ces évolutions concernent, en tout premier lieu, les implications et effets disruptifs de la transformation digitale et des innovations technologiques sur la sphère financière africaine», a-t-il indiqué lors de cette rencontre marquée par l'intervention d'éminents intervenants représentant à la fois le secteur bancaire, assurantiel et le marché des capitaux.
Preuve de l'implication importante de ces innovations dans les secteurs bancaire, assurantiel et des marchés de capitaux, le wali de la Banque centrale prend pour exemple l'essor des Fintech et des Insurtech, l'utilisation des Big Data, les modes de financements alternatifs «crowdfunding», le développement du paiement mobile et l'utilisation des technologies de la blockchain.
«Ces évolutions, qui vont devoir transformer notre environnement économique et financier, nous imposent de leur accorder une grande importance», a insisté Abdellatif Jouahri.
A ce propos, il est à rappeler que l'institution dont il a la charge avait invité en mars dernier des acteurs du secteur financier à venir débattre de ces questions dans le cadre de la conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient sur la transformation digitale et la mise en œuvre du Programme Fintech de Bali. Une rencontre que Bank Al-Maghrib avait organisée avec le FMI.
Dans le même but, BAM avait également organisé une table ronde sur «l'Africa Blockchain Summit».
A en croire le wali de Bank Al-Maghrib, les risques induits par ces technologies disruptives se sont amplifiés avec la digitalisation accrue et rapide des services financiers.
Pour illustrer ses propos, il fait référence en particulier aux «risques d'utilisation des technologies informatiques à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et de recrudescence des cyberattaques ciblant le secteur financier».
A titre de rappel, Abdellatif Jouahri a relevé qu'au Maroc, les autorités financières ont établi en 2018 une feuille de route pour la surveillance du cyber risque au sein du système financier national en s'inspirant, à cet effet, des standards internationaux. Et de souligner : «Un diagnostic de la maturité des établissements financiers en matière de cybersécurité est en cours de préparation selon une démarche concertée entre les trois régulateurs».
Dans son intervention, le wali a également évoqué les changements climatiques qui «constituent une zone de vulnérabilité critique pour le secteur financier», selon lui. Et d'ajouter : «Les risques physiques induits par la récurrence de plus en plus forte des catastrophes climatiques et les risques liés à la transition vers une économie à bas carbone, notamment quand elle est brutale et non ordonnée, peuvent entraîner des perturbations et des pertes financières significatives pouvant compromettre la résilience du secteur financier».
C'est autant dire que l'élaboration d'une cartographie des risques climatiques par les régulateurs financiers s'impose au titre de leur mandat de stabilité financière, a-t-il soutenu plaidant pour une amélioration progressive des approches d'identification et de mesure d'exposition du secteur financier à de tels risques.
Une problématique qui, faut-il le rappeler, interpelle plus particulièrement l'Afrique du fait que la menace des changements climatiques est plus exacerbée dans ce continent, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.