Le Youssoufia de Berrechid s'incline devant le FUS de Rabat    Hand CAN-2020 : 6 pays dont la Tunisie passent à la seconde phase    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Ashley Young rejoint l'Inter    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique
Publié dans Libération le 11 - 12 - 2019

Une intégration financière renforcée en Afrique devient un impératif important pour donner de l'élan à la création de la Zone de libre-échange continentale pour l'Afrique (ZLECAf).
Mais si elle comporte des avantages et des opportunités indéniables, elle «n'est pas sans risques sur la stabilité financière en raison notamment des possibles contagion et propagation de risques entre les systèmes financiers de nos pays» a déclaré le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri.
Pour le patron de la Banque centrale, qui s'est ainsi exprimé lors de la troisième édition du Symposium régional de haut niveau sur la stabilité financière tenue récemment à Rabat, «il devient donc urgent d'adapter les règles de gestion de ces risques, de mettre en place un dispositif de stress test approprié, et de renforcer la coopération entre régulateurs des pays d'origine et d'accueil».
Il estime qu'à l'heure actuelle et compte tenu des évolutions importantes de son environnement interne et externe, le système financier africain doit s'adapter constamment pour faire face à l'émergence de nouveaux risques et vulnérabilités pesant sur la stabilité financière.
«Ces évolutions concernent, en tout premier lieu, les implications et effets disruptifs de la transformation digitale et des innovations technologiques sur la sphère financière africaine», a-t-il indiqué lors de cette rencontre marquée par l'intervention d'éminents intervenants représentant à la fois le secteur bancaire, assurantiel et le marché des capitaux.
Preuve de l'implication importante de ces innovations dans les secteurs bancaire, assurantiel et des marchés de capitaux, le wali de la Banque centrale prend pour exemple l'essor des Fintech et des Insurtech, l'utilisation des Big Data, les modes de financements alternatifs «crowdfunding», le développement du paiement mobile et l'utilisation des technologies de la blockchain.
«Ces évolutions, qui vont devoir transformer notre environnement économique et financier, nous imposent de leur accorder une grande importance», a insisté Abdellatif Jouahri.
A ce propos, il est à rappeler que l'institution dont il a la charge avait invité en mars dernier des acteurs du secteur financier à venir débattre de ces questions dans le cadre de la conférence régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient sur la transformation digitale et la mise en œuvre du Programme Fintech de Bali. Une rencontre que Bank Al-Maghrib avait organisée avec le FMI.
Dans le même but, BAM avait également organisé une table ronde sur «l'Africa Blockchain Summit».
A en croire le wali de Bank Al-Maghrib, les risques induits par ces technologies disruptives se sont amplifiés avec la digitalisation accrue et rapide des services financiers.
Pour illustrer ses propos, il fait référence en particulier aux «risques d'utilisation des technologies informatiques à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et de recrudescence des cyberattaques ciblant le secteur financier».
A titre de rappel, Abdellatif Jouahri a relevé qu'au Maroc, les autorités financières ont établi en 2018 une feuille de route pour la surveillance du cyber risque au sein du système financier national en s'inspirant, à cet effet, des standards internationaux. Et de souligner : «Un diagnostic de la maturité des établissements financiers en matière de cybersécurité est en cours de préparation selon une démarche concertée entre les trois régulateurs».
Dans son intervention, le wali a également évoqué les changements climatiques qui «constituent une zone de vulnérabilité critique pour le secteur financier», selon lui. Et d'ajouter : «Les risques physiques induits par la récurrence de plus en plus forte des catastrophes climatiques et les risques liés à la transition vers une économie à bas carbone, notamment quand elle est brutale et non ordonnée, peuvent entraîner des perturbations et des pertes financières significatives pouvant compromettre la résilience du secteur financier».
C'est autant dire que l'élaboration d'une cartographie des risques climatiques par les régulateurs financiers s'impose au titre de leur mandat de stabilité financière, a-t-il soutenu plaidant pour une amélioration progressive des approches d'identification et de mesure d'exposition du secteur financier à de tels risques.
Une problématique qui, faut-il le rappeler, interpelle plus particulièrement l'Afrique du fait que la menace des changements climatiques est plus exacerbée dans ce continent, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.