Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Bagdad, le campement autogéré de Tahrir est devenu un "mini-Etat"
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2019

Ils ont leurs "garde-frontières", leurs agents d'entretien, leurs hôpitaux: dans le "mini-Etat" qui s'est monté sur la place Tahrir de Bagdad en révolte, chacun a désormais son rôle, avec répartition des tâches et horaires de rotation.
"En deux mois, on a réalisé ce que l'Etat n'a pas fait en 16 ans", s'enthousiasme Haydar Chaker, un ouvrier du bâtiment venu de la province de Babylone, au sud de Bagdad.
Avec des amis, après le pèlerinage chiite de l'Arbaïn, il a simplement replié sa tente et ses équipements de cuisine, qu'il réserve habituellement aux pèlerins se dirigeant vers la ville sainte de Kerbala, et a pris la route de Bagdad.
Là, il a remonté sa tente et y distribue depuis, chaque jour, trois repas à des centaines de manifestants, cuisinés à partir des dons qu'il reçoit. Tous les matins, il discute avec les personnes installées dans les tentes alentours. Une fois les sacs de riz, de sucre, de farine et autres condiments comptés, chaque tente a sa tâche: plats, desserts, thé, café, sandwiches...
Au fil d'une contestation qui veut mettre à bas le système politique et avec lui tous ses politiciens, le campement autogéré de Tahrir est devenu une fourmilière qui, malgré les coupures d'électricité fréquentes en Irak, ne s'arrête jamais de bruisser.
Dès son entrée, Abou al-Hassan monte la garde. Avec des dizaines d'autres, il tient ce qu'ils appellent les "filtres", des barrages faits parfois de bric et de broc où de jeunes hommes et de jeunes femmes fouillent les manifestants qui affluent.
"Nous les Irakiens, depuis tout petit, on côtoie des militaires, donc on a acquis des réflexes", assure ce trentenaire, barbe noire et treillis couleur camouflage, qui depuis sa naissance n'a quasiment connu que la guerre dans son pays.
"On n'a pas besoin de formation pour détecter les saboteurs et les éloigner, pour qu'ils ne souillent pas la réputation de toute la société et pour pouvoir renforcer notre Etat", affirme-t-il, le regard toujours alerte, de droite à gauche.
Un "Etat" qui a vacillé vendredi soir sous les tirs ininterrompus pendant des heures d'hommes qui n'ont toujours pas été identifiés par le pouvoir --ce sont des miliciens pour les manifestants-- et qui ont attaqué un parking à étages que les protestataires occupaient.
Après cette tuerie qui a fait 24 morts, de nouveaux check-points improvisés ont vu le jour sur Tahrir, et le "restaurant turc", cet immeuble de 18 étages qui surplombe la place, a été fermé par les manifestants.
Déjà infiltrés par de nombreux policiers du renseignement et à la merci d'hommes armés qui ont pu traverser les barrages de la police et de l'armée dans Bagdad sans être inquiétés avant la tuerie de vendredi, les manifestants assurent que leur "mini-Etat" repose sur la non-violence.
Mais, dans un pays où les factions armées pro-Iran n'ont cessé de faire grandir leur influence et leurs arsenaux de guerre, les manifestants ont noué une alliance avec un autre Etat dans l'Etat, le bras armé du mouvement du leader chiite Moqtada Sadr, les Brigades de la paix.
Ses "casquettes bleues", les combattants non armés, se sont déjà interposées pour les protéger.
Vendredi soir, à Tahrir, Ahmed al-Harithi et ses confrères médecins ou infirmiers n'ont pas cessé de travailler.
Pour s'éclairer, ils ont pu compter sur les branchements des manifestants sur les lignes haute tension de la municipalité. Et sur les petits générateurs achetés pour faire l'appoint quand l'électricité est coupée, plusieurs heures par jour en Irak.
Dès octobre, ce gynécologue-obstétricien a "abandonné son travail", d'abord pour manifester puis pour soigner les blessés sur l'emblématique place de la deuxième capitale arabe la plus peuplée. Là, au fur et à mesure, il a appris à se coordonner avec les ambulanciers et les conducteurs de tuk-tuk.
Car, rapidement, dit le docteur Harithi, "le syndicat des médecins et celui des pharmaciens se sont organisés sur Tahrir" et ont fini par créer une sorte de "mini-ministère de la Santé".
C'est cette coordination qui gère l'approvisionnement avec les cellules de "soutien logistique" qui stockent médicaments, sérums et autres bandages donnés ou achetés au rabais auprès de pharmaciens sympathisants de la cause.
Devant les hôpitaux de campagne, entre tuk-tuk zigzaguant au milieu des grappes de manifestants, des dizaines de jeunes --pour beaucoup des filles-- balaient toute la journée la rue. Tahrir, jurent tous les manifestants, n'a jamais été si propre, comparé au temps où les employés municipaux s'en occupaient.
Houda Amer, elle, ne va plus en classe depuis des semaines. Cette institutrice repeint aujourd'hui au rouleau trottoir et rambardes sur Tahrir. "Mon arme, c'est mon pinceau", lance-t-elle en souriant.
"Notre révolution ne veut pas tout détruire", dit-elle. Ici, "on est tous là pour construire notre nation".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.