Le rapprochement "historique" entre le Canada et le Maroc permettra aux deux pays de travailler sur les grands enjeux du monde    LDC Afrique: Pour suivre le derby Maghrébin WAC-USMA    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    La ministre espagnole des AE inaugure le nouveau siège du Consulat général d'Espagne à Rabat    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2019

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la Paix, Premier ministre d'un régime dont il est le pur produit, fils de modestes villageois devenu espion en chef, a initié de profonds changements en Ethiopie, suscitant espoirs et inimitiés.
Lors de la réception de son prix, mardi à Oslo, le jeune dirigeant a lancé un nouveau plaidoyer pour l'union à l'heure où son pays est déchiré par des violences communautaires et où la Corne de l'Afrique peine à avancer sur le chemin de la stabilité.
Depuis qu'il a pris les rênes du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique en avril 2018, le quadragénaire a secoué jusque dans ses fondations un régime ankylosé par plus de 25 ans d'exercice autoritaire du pouvoir et pesé sur les dynamiques de la Corne de l'Afrique.
Six mois à peine après son investiture, Abiy Ahmed, 43 ans, avait conclu la paix avec son voisin érythréen, fait relâcher des milliers de dissidents, s'était publiquement excusé des violences des forces de sécurité et avait accueilli à bras ouverts les membres de groupes exilés qualifiés de "terroristes" par ses prédécesseurs.
Plus récemment, il a développé son programme d'ouverture d'une économie largement contrôlée par l'Etat et pèse désormais de tout son poids pour que les élections législatives, qu'il promet inclusives, se tiennent en mai 2020.
Ce faisant, mettent en garde des analystes, le jeune dirigeant s'est placé dans une situation délicate: ses mesures phares sont trop radicales et trop soudaines pour la vieille garde de l'ancien régime et pas assez ambitieuses et rapides pour une jeunesse avide de changement.
Son ouverture a également libéré des ambitions territoriales locales et d'anciens différends intercommunautaires qui ont débouché sur des violences meurtrières dans de nombreuses régions du pays.
Les soutiens d'Abiy, eux, font confiance en son inépuisable ambition personnelle pour faire avancer le pays.
"J'ai toujours dit à mes amis: quand ce type va accéder au pouvoir, vous allez voir d'énormes changements en Ethiopie", confie un de ses proches, l'homme d'affaires Tareq Sabt.
En octobre, M. Abiy a publié un livre détaillant sa philosophie personnelle, nommée "Medemer", un terme amharique signifiant "synergie" et qu'il entend promouvoir pour unifier le pays.
"Il n'y a pas de +nous+ et +eux+", a-t-il déclaré mardi sous le regard de la famille royale norvégienne. "Il n'y a qu'un +nous+ car +nous+ sommes tous liés par un destin commun d'amour, de pardon et de réconciliation".
Né d'un père musulman et d'une mère chrétienne dans une petite commune du centre-ouest, Beshasha, Abiy Ahmed "a grandi en dormant sur le sol" dans une maison qui n'avait ni électricité, ni eau courante.
"Nous allions chercher l'eau à la rivière", a-t-il relaté lors d'un entretien accordé en septembre à la radio de grande écoute Sheger FM, ajoutant n'avoir découvert l'électricité et l'asphalte qu'après l'âge de 10 ans.
Adolescent, Abiy s'engage dans la lutte armée contre le régime du dictateur Mengistu Haile Mariam. Le jeune opérateur radio y apprend par nécessité la langue des Tigréens, le groupe ethnique largement majoritaire dans cette lutte qui formera le noyau dur du régime après la chute de Mengistu en 1991.
Il entame alors une ascension linéaire au sein de la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF).
Il grimpe les échelons de l'armée pour obtenir le grade de lieutenant-colonel et sera en 2008 l'un des fondateurs de l'agence nationale du renseignement, qu'il dirigera de facto pendant deux ans. En 2010, il troque l'uniforme pour le costume d'homme politique. Il devient député du parti oromo membre de l'EPRDF, puis en 2015 ministre des Sciences et Technologies.
Fin 2015, un mouvement populaire de protestation antigouvernementale prend de l'ampleur au sein des deux principales communautés du pays, les Oromo et les Amhara.
Le mouvement, bien que violemment réprimé, finit par emporter le Premier ministre Hailemariam Desalegn, symbole d'une coalition incapable d'apporter des réponses aux aspirations de la jeunesse. Aux abois, l'EPRDF désigne Abiy Ahmed pour sauver la situation, faisant de lui le premier Oromo à occuper le poste de Premier ministre.
Une fois au pouvoir, Abiy a multiplié les initiatives sur la scène régionale. Outre le spectaculaire rapprochement avec l'Erythrée, il a joué un important rôle de médiation au Soudan et au Soudan du Sud.
Quant à savoir si ces démarches seront finalement couronnées de succès, la question reste entière. Y compris sur le dossier érythréen, où les signes concrets du rapprochement se font encore attendre.
"Abiy a bien enregistré des succès en terme de politique étrangère mais il y a eu cette forme d'optimisme mal avisé venant de l'étranger selon lequel il peut transformer la Corne de l'Afrique", avance James Barnett, un spécialiste de l'Afrique de l'Est au sein du groupe de réflexion American Enterprise Institute. "La Corne est volatile. Je doute qu'un seul leader puisse défaire des décennies de défiance et de luttes d'influences".
Son prochain véritable défi sera l'organisation d'élections libres et équitables, qui pourraient lui donner la légitimité des urnes.
Il lui faudra également espérer que les inimitiés suscitées par ses réformes, les violences communautaires et d'importants mouvements au sein de l'appareil sécuritaire ne le rattrapent pas.
En juin 2018, M. Abiy a été visé par une attaque à la grenade lors d'un rassemblement à Addis Abeba. Lors de son entretien à la radio Sheger, il confiait: "Il y a eu beaucoup de tentatives jusqu'à présent, mais la mort n'a pas voulu venir à moi".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.