Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2019

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la Paix, Premier ministre d'un régime dont il est le pur produit, fils de modestes villageois devenu espion en chef, a initié de profonds changements en Ethiopie, suscitant espoirs et inimitiés.
Lors de la réception de son prix, mardi à Oslo, le jeune dirigeant a lancé un nouveau plaidoyer pour l'union à l'heure où son pays est déchiré par des violences communautaires et où la Corne de l'Afrique peine à avancer sur le chemin de la stabilité.
Depuis qu'il a pris les rênes du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique en avril 2018, le quadragénaire a secoué jusque dans ses fondations un régime ankylosé par plus de 25 ans d'exercice autoritaire du pouvoir et pesé sur les dynamiques de la Corne de l'Afrique.
Six mois à peine après son investiture, Abiy Ahmed, 43 ans, avait conclu la paix avec son voisin érythréen, fait relâcher des milliers de dissidents, s'était publiquement excusé des violences des forces de sécurité et avait accueilli à bras ouverts les membres de groupes exilés qualifiés de "terroristes" par ses prédécesseurs.
Plus récemment, il a développé son programme d'ouverture d'une économie largement contrôlée par l'Etat et pèse désormais de tout son poids pour que les élections législatives, qu'il promet inclusives, se tiennent en mai 2020.
Ce faisant, mettent en garde des analystes, le jeune dirigeant s'est placé dans une situation délicate: ses mesures phares sont trop radicales et trop soudaines pour la vieille garde de l'ancien régime et pas assez ambitieuses et rapides pour une jeunesse avide de changement.
Son ouverture a également libéré des ambitions territoriales locales et d'anciens différends intercommunautaires qui ont débouché sur des violences meurtrières dans de nombreuses régions du pays.
Les soutiens d'Abiy, eux, font confiance en son inépuisable ambition personnelle pour faire avancer le pays.
"J'ai toujours dit à mes amis: quand ce type va accéder au pouvoir, vous allez voir d'énormes changements en Ethiopie", confie un de ses proches, l'homme d'affaires Tareq Sabt.
En octobre, M. Abiy a publié un livre détaillant sa philosophie personnelle, nommée "Medemer", un terme amharique signifiant "synergie" et qu'il entend promouvoir pour unifier le pays.
"Il n'y a pas de +nous+ et +eux+", a-t-il déclaré mardi sous le regard de la famille royale norvégienne. "Il n'y a qu'un +nous+ car +nous+ sommes tous liés par un destin commun d'amour, de pardon et de réconciliation".
Né d'un père musulman et d'une mère chrétienne dans une petite commune du centre-ouest, Beshasha, Abiy Ahmed "a grandi en dormant sur le sol" dans une maison qui n'avait ni électricité, ni eau courante.
"Nous allions chercher l'eau à la rivière", a-t-il relaté lors d'un entretien accordé en septembre à la radio de grande écoute Sheger FM, ajoutant n'avoir découvert l'électricité et l'asphalte qu'après l'âge de 10 ans.
Adolescent, Abiy s'engage dans la lutte armée contre le régime du dictateur Mengistu Haile Mariam. Le jeune opérateur radio y apprend par nécessité la langue des Tigréens, le groupe ethnique largement majoritaire dans cette lutte qui formera le noyau dur du régime après la chute de Mengistu en 1991.
Il entame alors une ascension linéaire au sein de la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF).
Il grimpe les échelons de l'armée pour obtenir le grade de lieutenant-colonel et sera en 2008 l'un des fondateurs de l'agence nationale du renseignement, qu'il dirigera de facto pendant deux ans. En 2010, il troque l'uniforme pour le costume d'homme politique. Il devient député du parti oromo membre de l'EPRDF, puis en 2015 ministre des Sciences et Technologies.
Fin 2015, un mouvement populaire de protestation antigouvernementale prend de l'ampleur au sein des deux principales communautés du pays, les Oromo et les Amhara.
Le mouvement, bien que violemment réprimé, finit par emporter le Premier ministre Hailemariam Desalegn, symbole d'une coalition incapable d'apporter des réponses aux aspirations de la jeunesse. Aux abois, l'EPRDF désigne Abiy Ahmed pour sauver la situation, faisant de lui le premier Oromo à occuper le poste de Premier ministre.
Une fois au pouvoir, Abiy a multiplié les initiatives sur la scène régionale. Outre le spectaculaire rapprochement avec l'Erythrée, il a joué un important rôle de médiation au Soudan et au Soudan du Sud.
Quant à savoir si ces démarches seront finalement couronnées de succès, la question reste entière. Y compris sur le dossier érythréen, où les signes concrets du rapprochement se font encore attendre.
"Abiy a bien enregistré des succès en terme de politique étrangère mais il y a eu cette forme d'optimisme mal avisé venant de l'étranger selon lequel il peut transformer la Corne de l'Afrique", avance James Barnett, un spécialiste de l'Afrique de l'Est au sein du groupe de réflexion American Enterprise Institute. "La Corne est volatile. Je doute qu'un seul leader puisse défaire des décennies de défiance et de luttes d'influences".
Son prochain véritable défi sera l'organisation d'élections libres et équitables, qui pourraient lui donner la légitimité des urnes.
Il lui faudra également espérer que les inimitiés suscitées par ses réformes, les violences communautaires et d'importants mouvements au sein de l'appareil sécuritaire ne le rattrapent pas.
En juin 2018, M. Abiy a été visé par une attaque à la grenade lors d'un rassemblement à Addis Abeba. Lors de son entretien à la radio Sheger, il confiait: "Il y a eu beaucoup de tentatives jusqu'à présent, mais la mort n'a pas voulu venir à moi".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.