Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie
Publié dans Libération le 12 - 12 - 2019

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la Paix, Premier ministre d'un régime dont il est le pur produit, fils de modestes villageois devenu espion en chef, a initié de profonds changements en Ethiopie, suscitant espoirs et inimitiés.
Lors de la réception de son prix, mardi à Oslo, le jeune dirigeant a lancé un nouveau plaidoyer pour l'union à l'heure où son pays est déchiré par des violences communautaires et où la Corne de l'Afrique peine à avancer sur le chemin de la stabilité.
Depuis qu'il a pris les rênes du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique en avril 2018, le quadragénaire a secoué jusque dans ses fondations un régime ankylosé par plus de 25 ans d'exercice autoritaire du pouvoir et pesé sur les dynamiques de la Corne de l'Afrique.
Six mois à peine après son investiture, Abiy Ahmed, 43 ans, avait conclu la paix avec son voisin érythréen, fait relâcher des milliers de dissidents, s'était publiquement excusé des violences des forces de sécurité et avait accueilli à bras ouverts les membres de groupes exilés qualifiés de "terroristes" par ses prédécesseurs.
Plus récemment, il a développé son programme d'ouverture d'une économie largement contrôlée par l'Etat et pèse désormais de tout son poids pour que les élections législatives, qu'il promet inclusives, se tiennent en mai 2020.
Ce faisant, mettent en garde des analystes, le jeune dirigeant s'est placé dans une situation délicate: ses mesures phares sont trop radicales et trop soudaines pour la vieille garde de l'ancien régime et pas assez ambitieuses et rapides pour une jeunesse avide de changement.
Son ouverture a également libéré des ambitions territoriales locales et d'anciens différends intercommunautaires qui ont débouché sur des violences meurtrières dans de nombreuses régions du pays.
Les soutiens d'Abiy, eux, font confiance en son inépuisable ambition personnelle pour faire avancer le pays.
"J'ai toujours dit à mes amis: quand ce type va accéder au pouvoir, vous allez voir d'énormes changements en Ethiopie", confie un de ses proches, l'homme d'affaires Tareq Sabt.
En octobre, M. Abiy a publié un livre détaillant sa philosophie personnelle, nommée "Medemer", un terme amharique signifiant "synergie" et qu'il entend promouvoir pour unifier le pays.
"Il n'y a pas de +nous+ et +eux+", a-t-il déclaré mardi sous le regard de la famille royale norvégienne. "Il n'y a qu'un +nous+ car +nous+ sommes tous liés par un destin commun d'amour, de pardon et de réconciliation".
Né d'un père musulman et d'une mère chrétienne dans une petite commune du centre-ouest, Beshasha, Abiy Ahmed "a grandi en dormant sur le sol" dans une maison qui n'avait ni électricité, ni eau courante.
"Nous allions chercher l'eau à la rivière", a-t-il relaté lors d'un entretien accordé en septembre à la radio de grande écoute Sheger FM, ajoutant n'avoir découvert l'électricité et l'asphalte qu'après l'âge de 10 ans.
Adolescent, Abiy s'engage dans la lutte armée contre le régime du dictateur Mengistu Haile Mariam. Le jeune opérateur radio y apprend par nécessité la langue des Tigréens, le groupe ethnique largement majoritaire dans cette lutte qui formera le noyau dur du régime après la chute de Mengistu en 1991.
Il entame alors une ascension linéaire au sein de la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF).
Il grimpe les échelons de l'armée pour obtenir le grade de lieutenant-colonel et sera en 2008 l'un des fondateurs de l'agence nationale du renseignement, qu'il dirigera de facto pendant deux ans. En 2010, il troque l'uniforme pour le costume d'homme politique. Il devient député du parti oromo membre de l'EPRDF, puis en 2015 ministre des Sciences et Technologies.
Fin 2015, un mouvement populaire de protestation antigouvernementale prend de l'ampleur au sein des deux principales communautés du pays, les Oromo et les Amhara.
Le mouvement, bien que violemment réprimé, finit par emporter le Premier ministre Hailemariam Desalegn, symbole d'une coalition incapable d'apporter des réponses aux aspirations de la jeunesse. Aux abois, l'EPRDF désigne Abiy Ahmed pour sauver la situation, faisant de lui le premier Oromo à occuper le poste de Premier ministre.
Une fois au pouvoir, Abiy a multiplié les initiatives sur la scène régionale. Outre le spectaculaire rapprochement avec l'Erythrée, il a joué un important rôle de médiation au Soudan et au Soudan du Sud.
Quant à savoir si ces démarches seront finalement couronnées de succès, la question reste entière. Y compris sur le dossier érythréen, où les signes concrets du rapprochement se font encore attendre.
"Abiy a bien enregistré des succès en terme de politique étrangère mais il y a eu cette forme d'optimisme mal avisé venant de l'étranger selon lequel il peut transformer la Corne de l'Afrique", avance James Barnett, un spécialiste de l'Afrique de l'Est au sein du groupe de réflexion American Enterprise Institute. "La Corne est volatile. Je doute qu'un seul leader puisse défaire des décennies de défiance et de luttes d'influences".
Son prochain véritable défi sera l'organisation d'élections libres et équitables, qui pourraient lui donner la légitimité des urnes.
Il lui faudra également espérer que les inimitiés suscitées par ses réformes, les violences communautaires et d'importants mouvements au sein de l'appareil sécuritaire ne le rattrapent pas.
En juin 2018, M. Abiy a été visé par une attaque à la grenade lors d'un rassemblement à Addis Abeba. Lors de son entretien à la radio Sheger, il confiait: "Il y a eu beaucoup de tentatives jusqu'à présent, mais la mort n'a pas voulu venir à moi".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.