Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2019

La victoire écrasante de Boris Johnson aux élections législatives britanniques devrait permettre de réaliser le Brexit d'ici fin janvier et apporter un bol d'air à la cinquième économie mondiale.
Mais même si le chef du gouvernement conservateur parvient rapidement à réaliser sa promesse phare, le Royaume-Uni n'est pas près de voir la fin des incertitudes, car vont s'ouvrir pour des mois, voire des années, de périlleuses négociations commerciales avec l'UE.
A court terme les investisseurs étaient ravis: la Bourse était à la fête, l'indice FTSE 100 des principales valeurs prenant 1,43% et l'indice élargi FTSE 250, plus représentatif de l'économie britannique, flambait de 4,2%, à des records historiques.
La livre, baromètre des marchés sur le Brexit, s'est envolée dans la nuit au-delà de 1,35 dollar, à des plus hauts depuis 18 mois. Face à l'euro, la devise britannique a brièvement retrouvé son niveau de juillet 2016, peu après le référendum sur la sortie de l'Union européenne.
La large majorité des conservateurs "va permettre à l'économie de respirer, comme elle en avait tant besoin", a commenté Samuel Tombs, économiste chez Pantheon Macroeconomics, résumant le sentiment des marchés.
Même si un grand nombre de chefs d'entreprise ont voté contre une sortie de l'UE, la plupart d'entre eux demandaient en effet depuis des mois de mettre fin au brouillard politico-économique qui plombait la croissance, aujourd'hui au point mort.
Carolyn Fairbairn, directrice générale du CBI, la principale organisation patronale britannique, a d'ailleurs immédiatement appelé sur Twitter Boris Johnson "à utiliser son solide mandat pour rebâtir la confiance et mettre fin à un cycle d'incertitude" sur le Brexit.
"Les milieux d'affaires ont besoin d'actions décisives et rapides pour éviter une sortie désordonnée de l'Union européenne et pour faire tomber les barrières qui entravent l'investissement et la croissance au Royaume-Uni", ont renchéri les Chambres de commerce britanniques.
Au-delà du Brexit, le nouveau gouvernement devrait ainsi marquer "la fin d'une décennie d'austérité, et l'économie devrait bientôt bénéficier d'un stimulus budgétaire de taille", remarque Ruth Gregory, de Capital Economics.
Les conservateurs ont promis d'injecter des centaines de millions de livres dans les hôpitaux et les transports notamment, promettant une "révolution des infrastructures", au risque de provoquer un bond de la dette et des déficits.
En ce qui concerne l'engagement du Royaume-Uni à atteindre la neutralité carbone en 2050, les conservateurs se montrent en revanche beaucoup plus timides que les travaillistes, qui avaient promis un "Green deal" et des investissements se chiffrant en centaines de milliards de livres dans la transition énergétique.
Jonathan Portes, économiste du centre de réflexion sur le Brexit, n'attend pas de franche embellie: il n'y aura pas de "ras-de-marée d'investissements", comme l'a évoqué Boris Johnson, et s'il y "a peut-être un sursaut de la consommation - ou de l'immobilier - il sera modeste", ajoute-t-il.
D'après lui, "l'économie britannique va rester sur une trajectoire de croissance lente", notamment parce que les hausses de dépenses gouvernementales ne devraient pas suffire à "contrebalancer les dégats subis par les services publics ces dix dernières années".
Avec l'accord négocié par Boris Johnson, l'ensemble du Royaume-Uni y compris l'Irlande du nord vont quitter l'UE à l'issue d'une période de transition d'un à trois ans.
A plus long terme, le véritable enjeu sera l'issue des négociations sur un nouveau traité de libre-échange du Royaume-Uni avec l'UE, car il déterminera la relation pour des décennies du pays avec son principal partenaire commercial... Même si le gouvernement Johnson espère beaucoup des négociations avec d'autres pays, notamment les Etats-Unis.
Le centre de réflexion The UK in a Changing Europe prévoit que l'accord de Boris Johnson pourrait faire "baisser le produit intérieur brut par habitant du Royaume-Uni de 2,3% à 7%, comparé à s'il restait dans l'UE" sur une période de dix ans.
C'est proche des prévisions que le gouvernement britannique avait avancées lors d'un rapport il y a un an.
Jonathan Portes observe notamment que même si un futur accord de libre-échange s'alignait sur l'Union européenne en termes de réglementations, avec des droits de douane minimaux ou nuls, et pas de quotas entre les transactions UE-Royaume-Uni, l'impact économique ne pourra être totalement neutralisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.